Star Trek : Picard, Saison 1

Star Trek Picard, ou quand la franchise sort du congélateur un ancien personnage! Si je n’ai pas vu la série « The Next Generation » qui mettait en scène les aventures du commandant Picard, je me suis dit que cela pouvait quand même être sympa de découvrir les aventure du plus frenchie des commandants de starfleet! Et puis, j’ai aussi entamé un rattrapage global sur la franchise, donc pas d’excuses!

Alors que l’amiral Jean-Luc Picard (Patrick Stewart) coule des jours heureux dans son domaine viticole français, tout va changer lorsqu’il va croiser le chemin de Dahj Asher (Isa Briones). Cette jeune femme est traquée et vient chercher la protection du vieux militaire. D’abord sceptique, le vieil homme va accepter de l’aider. Sa routine de vigneron va alors exploser en morceaux. Car Dahj est au centre d’un complot qui implique les Romuliens et le haut commandement de Starfleet.

Dahj / Soji

C’est en fait une « synthétique », un robot. Mais depuis le bombardement de Mars par des robots, leur fabrication est interdite. Lorsqu’il va comprendre qu’elle est la « fille » de son vieil ami Data, il va décider de retrouver le créateur de la jeune femme, Bruce Maddox. Il caresse le fol espoir de pouvoir lui faire ressusciter Data. Une quête folle qu’il va devoir mener sans l’aide de Starfleet et donc sans vaisseau ni équipage.

Picard & Raffi : un vieux « couple »

C’est donc un équipage de bric et de broc qu’il va devoir assembler. Le docteur Agnes Jurati (Alison Pill), une spécialiste en Robotique qui a travaillé avec Maddox. Sous ces airs d’ingénue, la jeune femme poursuit son propre agenda. Raffi (Michelle Hurd), une ancienne officier de Starfleet qui a servi sous les ordres de Picard et qui a sombré dans l’alcoolisme. Elnor (Evan Evagora), un jeune Romulien sauvé par Picard lors de l’évacuation du système Romulien. Il est un expert du combat au corps à corps. Mais tout comme Raffi, il a un lourd passif avec l’amiral. Enfin, Chris Rios (Santiago Cabrera) va fournir le vaisseau et son expertise en pilotage pour tout ce beau monde..

Picard & Elnor

Mon avis

Too old for this shit ?

Comme évoqué en introduction, je n’ai pas vu The Next Generation, je ne connais donc pas le personnage de Jean-Luc Picard. Mais d’emblée, le personnage est complexe. On sent l’homme de poigne, le commandant habitué à se faire obéir. Mais très vite, la part d’ombre de l’homme refait surface. Ses regrets, ses erreurs reviennent le hanter. En désaccord avec Starfleet, il a fuit et abandonné le combat. Et si il ne s’est pas fait que des amis dans le haut-commandement, on ne peut pas dire qu’il a non plus laissé des bons souvenirs à Raffi ou à Elnor.

Sur le papier, le personnage est donc d’emblée ultra antipathique. Pourtant, on arrive pas à le détester. Sans doute que le charisme de Patrick Stewart n’y est pas complétement étranger. Mais au delà de cela, on sent un homme en quête de rédemption qui ne veut plus oublier ses erreurs, mais les affronter. Mais aussi un homme animé par l’espoir fou de pouvoir ressusciter un ami.

Qu’on se le dise, JL est de retour et bien décidé à régler son addition!

Tout cela est un peu à l’image de la franchise! Plus toute jeune, mais toujours sur nos petits (et grands) écrans. D’ailleurs, ce qui est très drôle, c’est que le dernier épisode de Picard tease le retour de Star Trek Discovery dont la saison 3 se fait attendre.

Le gang des loosers

L’équipe de Picard, c’est l’apologie des anti-héros! Certes, si leur « jeunesse » a été flamboyante, le poids des années a été lourd! Outre Picard qui se place déjà bien dans le genre héro has been sur le retour, on est pas mal non plus avec Raffi. Elle a sombré dans l’alcool depuis qu’elle a quitté Starfleet, a perdu sa famille et passe son temps à ruminer son glorieux passé (un point commun avec Picard).

Rios, c’est différent. C’est plus un opportuniste cynique qui se débrouille comme il peut pour subsister. Loin du stéréotype du héros, mais loin de la décadence des 2 autres. Mais ce vieux briscard cache une certaine sensibilité que l’on va découvrir au fur et à mesure avec ses hologramme de bord qui apportent une belle touche d’humour.

Rios, le pilote grognon

Pour le docteur Jurati, c’est plus compliqué. Si le premier abord laisse voir une personne plutôt candide, on va vite découvrir qu’une âme tourmentée se cache derrière ce visage d’ange…

Le docteur Jurati & Picard

Seule l’innocence d’Elnor va venir contrebalancer tout cela. Coincé dans le carcan de son éducation, il perçoit le monde extérieur qu’il découvre avec les yeux d’un enfant. Bon, un enfant qui manie le katana de manière particulièrement redoutable ceci dit…

No synth!

On découvre bien vite que tout est contre Picard! Le Zhat Vash, une organisation clandestine Romulienne encore plus confidentielle que le Tal Shiar (la police secrète Romulienne) qui cherche à détruire tout forme de vie artificielle est aux trousse des jumelles et de leur créateur. Mais on comprends bien vite qu’ils ne sont pas qu’une petite bande de fanatiques isolées. Ils se sont infiltrées un peu partout et notamment dans le haut commandement de Starfleet.

Mais pour autant, les Romuliens, en charge de démanteler le « cube » Borg ont une position assez ambiguë. Veulent-ils détruire la technologie ou s’en emparer? Tout cela reste en toile de fond ceci étant, seule la position extrémiste du Zhat Vash est évidente. La thématique n’est pas vraiment développée, seule l’interaction entre Picard et Soji servira de base au débat.

Dommage quand on repense à la saison 2 de Star Trek Discovery qui utilise l’intelligence artificielle dans son intrigue de manière tellement plus centrale et pointue.

Une saison 1 qui se cherche! Et peut-être une saison 2 qui se trouvera…

Outre l’aspect fan service de cette « réunion des anciens », qui par ailleurs ne semble pas toujours fonctionner pour ceux qui ont vus « The next generation », cette première saison se cherche un peu.

Les ressorts scénaristiques souvent faibles ou de l’ordre du « deus ex machina »! C’est finalement l’attachement que l’on aux personnages qui fait que l’on reste. Mais mine de rien, la saison 1 instille un peu de mythologie. Et le final de la saison ouvre de formidables possibilités! La nouvelle condition de Picard et sa nouvelle mission est complétement inédite dans la franchise. Si la « condition robotique » reste l’un des piliers de la SF, c’est un sujet que j’aimerais beaucoup voir traité via le prisme de la franchise Star Trek.

Je pense donc que la série Picard a une très belle carte potentielle à jouer. Un changement de cap drastique. Un peu à la manière de Person of Interest, qui passe d’un procedural policier très classique à quelque chose de largement plus complexe et intéressant. Ce serait une belle surprise. A voir sur la saison 2 qui est déjà dans les tuyaux… 🙂

Star Trek Picard, Saison 1
7 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1295 articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.