son-of-zorn critique-séries

Son of Zorn, Saison 1

Son of Zorn, c’est l’histoire d’une relation père-fils plutôt compliquée. Il faut dire que depuis son divorce avec Edie, la mère d’Alan, Zorn a été un père absent. Il faut dire qu’il habite très loin, et que c’est un toon…

alan-zornZorn est un vrai personnage! C’est le croisement improbable entre Conan le barbare et Archer. Du panache, mais un niveau souvent en dessous de la ceinture et une tendance à taper d’abord et à discuter ensuite. Ou pas discuter du tout d’ailleurs. Un père difficile à assumer pour Alan, qui est plutôt du genre réservé et timide, tout l’opposé de son extravagant père qui n’en rate pas une pour se faire remarquer.

Mais tout butor et bourrin qu’il soit, Zorn va prendre conscience qu’il doit être plus présent dans la vie de son fils. Il va donc s’installer, prendre un appart et trouver par chance un boulot de démarcheur téléphonique. Mais voilà, jouer les pères modèles quand on se sait que massacrer des ennemis, c’est un peu le grand écart pour notre grand gaillard baraqué. Entre un fils qu’il a du mal à comprendre et une ex-femme qui tente de lui faire comprendre qu’il est le père d’Alan et pas son copain, sa nouvelle vie ne va pas être fun tous les jours..

allan-eddie

Mon avis

Je suis le premier à pester contre les networks à court d’imagination qui nous pondent de plus en plus de remakes idiots ou qui font durer top longtemps des séries. Mais là, on se demande ce qu’ils ont fumé pour sortir une série avec un tel pitch de base! Certes, on sent ici une grande influence de Roger Rabbit, la référence en la matière, mais tout de même, il fallait oser. D’autant qu’ici, le postulat de base n’est à aucun moment justifié ou expliqué. Et que personne ne semble choqué de voir un Toon déambuler tranquillement en ville.

zorn-linda

Le problème c’est que la série repose uniquement sur Zorn et son caractère hors normes (dans tous les sens du terme). Et on fait un peu l’impasse sur le reste. Remplacez Zorn par un acteur “humain” et le show tombe complément à l’eau. La série reste pourtant assez drôle (sans être hilarante non plus), mais ne parvient par vraiment à surprendre, avec un Zorn qui va finalement devenir “consensuel” au fil des épisodes (enfin à sa façon). Certes tout cela est souvent émaillé de gadgets toonesques assez délirants et magiques, mais bon, ça ne fait pas tout..

zornUn père Zéphyrien, ce n’est pas rien!

 Outre l’aspect décalé de Zorn, c’est sa volonté de devenir un meilleur père (voir un père tout court) qui va être en trame de fond. Une préoccupation somme toute assez universelle! Mais là encore, le trait est un peu trop poussé avec le “Son of Zorn” diamétralement opposé à son papounet. Ne vous y trompez pas, j’aime bien le personnage d’Alan et son coté looser pathétique. Mais cela semble trop forcer sur le contraste avec Zorn à mon sens.

Mais cela va aussi compliquer la tâche de Zorn qui va devoir redoubler d’efforts pour parvenir à comprendre ce fils si différent.

Des personnages attachants malgré les clichés

Heureusement pour Zorn, les personnages restent assez attachants malgré leur coté  parfois cliché. Si celui de Zorn en est le parfait exemple, on peut également citer Craig dans le cliché du gars sensible et un poil pusillanime, en parfait négatif de Zorn.

Mais sinon, j’aime bien Alan, l’ado mal dans ses baskets qui va voir d’un oeil un peu terrifié cet encombrant père qui fait un retour inattendu. Edie, en mode mère poule un brin déjantée (en même temps, elle a été la compagne d’un Zéphyrien) apporte une dose de bonne humeur et de léger décalage (ce qui nous change un peu des autres “gros” décalages).

Pas mécontent non plus de retrouver Clara Mamet (découverte dans The Neighbors) dans le rôle de Layla, la copine d’Alan. Une ado un peu en marge / rebelle qui lui va bien je trouve.

Au final

Son of Zorn vaut incontestablement le coup d’être regardé. Le format est court et le nombre d’épisodes réduit. Mais clairement le contrat n’est pas complètement rempli et la série de repose trop sur son postulat de départ un peu dingue et sur son héros haut en couleur. La transformation d’Alan en Zéphyrien est malheureusement mal gérée à mon sens et complètement sous-exploitée. Dommage, la aussi, il y avait matière à faire mieux.

J’ai malgré tout envie de voir une saison 2 de Son of Zorn, d’autant que le cliffhanger de fin de saison promet d’enfin nous emmener sur Zéphyria, ce que cette première saison s’est toujours refusée à faire!

 

6.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1190 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *