Breaking Bad, Saison 1

Attention, série d’exception et ce dans tous les sens du terme ! Exception sur le format et le nombre des épisodes (55 minutes et 7 épisodes pour la première saison), mais surtout exception sur le thème traité et la façon de l’aborder. En effet, on est ici très loin des séries américaines « classiques » , jugez plutôt : Walter White, prof de chimie dans un lycée apprend par hasard qu’il est atteint d’un grave cancer des poumons. Après réflexion, il décide de mettre à profit son expérience de chimiste pour fabriquer de la méthamphétamine avec un de ses anciens élèves devenu dealer afin de mettre sa famille à l’abri du besoin après son décès. Voilà un « pitch » pas banal !! Vince Gilligan, le créateur de la série, est un ancien scénariste et producteur de la mythique série X-files.

Premier point fort, le casting. Walter white est joué par Bryan Cranstom :

C

e nom ne vous dit sans doute rien, mais vous connaissez surement pour son rôle de « Hal » dans la série « Malcolm in the middle ». Je le trouvais déjà très bon dans le rôle de père débordé, mais là il est carrément excellent, d’ailleurs, il rafle tous les ans l’« emmy award » dans la catégorie « meilleur acteur pour une série dramatique » depuis le début de la série (2008, 2009 et 2010). Walter est un homme brillant, mais au final son caractère « bonne pâte » et effacé fait que beaucoup de gens le méprisent (ses élèves, une partie de sa famille,..). Le comble, c’est que visiblement son travail de prof ne suffit pas pour vivre, il travaille également dans une station de lavage de voiture (ou son patron l’exploite). Bref, une vie pas facile, mais qui va encore se compliquer le jour de ses 50 ans ou suite à un malaise, on lui diagnostique un cancer des poumons en phase terminale. Il n’a pas les moyens de se payer un traitement pour se soigner et sa femme Skyler est enceinte. Walter préfère taire sa maladie à son entourage. Début du « pétage » de plomb, après avoir accompagné sur beau-frère Hank (un agent de la DEA « Drug Enforcement Agency ») sur une saisie d’un labo de drogue, il décide de produire de la méthamphétamine avec Jesse Pinkman, un de ses anciens élèves qu’il surprend en train de s’enfuir du laboratoire clandestin.

L’histoire est lancée, le ton est très noir, très acerbe, mais avec parfois des situations très drôles (il faut voir Walter se mettre en slip kangourou pour préparer la drogue !!), le tout est remarquablement écrit et joué. Aucun jugement sur les personnages qui au final ne font qu’essayer de s’en sortir du mieux qu’ils le peuvent. Les épisodes s’enchainent à merveille et bien que plus longs qu’un épisode « standard », on ne voit pas le temps passer et chaque épisode finit trop vite !

Au final, rien ne se passe comme prévu, nos deux compères se retrouvent très vite avec un cadavre de trafiquant et un témoin gênant à éliminer. Cela donne lieu à de savoureuses scènes comme par exemple Jesse qui se rend dans un magasin de bricolage pour acheter une grande bassine plastique pour pouvoir dissoudre à coup d’acide fluorhydrique le cadavre qu’ils ont sur les bras. Discrètement, il se planque derrière un rayon pour se mettre dans la bassine et vérifier qu’elle est assez grande pour contenir le corps. Au final, ne trouvant pas de récipient assez grand, il monte (péniblement) le cadavre dans sa baignoire pour le dissoudre dans l’acide. Sauf que n’ayant pas été très attentif lors des cours de Walt, il ignore que l’acide va dissoudre également la baignoire. Résultat, l’acide ronge la baignoire et le sol et un mélange d’acide et de chair rongé finit par atterrir dans le couloir en dessous. Voilà donc nos deux apprentis criminels contraints de nettoyer ce mélange infâme.

Pour couronner le tout, la DEA finit par repérer la drogue extrêmement pure produite par Walt et se met en chasse de ce nouveau venu de talent dans le monde de la drogue. Hank recherche donc son propre beau-frère sans le savoir ! Walt à force de mensonges finit par avouer à sa femme qu’il est malade. Cette dernière se met alors en quatre pour tenter de sauver Walt (quitte à s’endetter lourdement). D’ailleurs, la série traite également de thèmes sérieux et grave, comme par exemple le fait de suivre ou de ne pas suivre de traitement dans le cas de cancer découvert à un stade avancé comme dans le cas de Walter. Soit on suit le traitement en espérant augmenter son espérance de vie mais très souvent au détriment de sa qualité de vie (la chimio et / ou les rayons rendent très souvent malade, soit on s’abstient de subir un traitement et profite des bons moments qui restent. Walter, plutôt partisan de la deuxième solution finira cependant par accepter de subir un traitement (rayon + chimio) devant l’insistance de sa femme et de son fils.

Les personnages principaux de gauche à droite : walter Jr, Walter, Skyler, Marie (la soeur de Skyler), Hank (le mari de Marie) et Jesse.

Reste également que le milieu de la vente de drogue est totalement inconnu de Walter, difficile donc de se faire une place au soleil dans cet environnement de gros durs. Jesse,  malgré son passé de dealer va d’ailleurs en faire la douloureuse expérience! Mais une nouvelle fois, Walter va utiliser ses talents de chimiste pour se faire respecter de manière explosive!!

Mon Avis

L

a série est réellement décoiffante et très loin du politiquement correct habituel des américains. Plus étonnant encore, la série a trouvé son public aux Etats-Unis puisque qu’une quatrième saison va être diffusée cet été (comme quoi !). Une série à voir ABSOLUMENT !!
Et le personnage de Walt crée un fort lien d’empathie, on ne peut s’empêcher d’éprouver de la sympathie pour lui-même dans les pires moments. Bryan Cranstom s’approprie totalement le personnage (qui a des cotés similaires à celui de Hal dans Malcolm, mais avec une épaisseur et une intensité bien supérieure).
En tant que chimiste de formation, j’apprécie également tout le « background » chimique qui gravite autour de la série (et qui pour l’instant est plutôt bien documenté et exact). Walt est un prof comme j’aurai aimé en avoir, toujours passionné par son métier malgré un public peu attentif. A noter le clin d’œil au tableau périodique dans le générique (les lettres en vert correspondent à un élément chimique) et dans le logo (le Br provenant du symbole du Berylium et Ba de celui du Baryum). Clin d’oeil également à l’un des fondateurs de la mécanique quantique, Werner Heisenberg, lorsque Walter prend comme surnom Heisenberg.
Vince Gilligan, le créateur de la série est à suivre de près..
La seule petite déception, c’est la fin de la saison sans réel cliffhanger. C’est sans doute du au fait que la saison prévue initialement avec 9 épisodes n’en comporte au final que 7 à cause de la grève des scénaristes. Mais j’ai quand même hâte d’attaquer la saison 2…

Mon Label

Liens

Site officiel d’Arte (qui a diffusé les 2 première saisons), plutôt riche et instructif

Acheter sur Amazon :

En commandant le DVD avec le lien ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!
  
10 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1285 articles

2 réflexions sur « Breaking Bad, Saison 1 »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.