[Dossier] Farscape, retour sur une série de SF à ne pas rater

Oui, je sais, j’ai dix ans de retard, mais J’ai très longtemps hésité à démarrer la série Farscape. La première raison, c’est un planning séries déjà bien chargé, ensuite la présence de marionnettes (même si elles sont manipulées par les créateurs du mythique “Muppets show”), et pour finir la peur d’être déçu. Pourquoi déçu? Parce que la série est considérée comme “mythique” par un grand nombre de fan. Et que parfois, une trop grande attente peut entraîner une grande déception (cf Kids on the slope). Mais une fois démarrée, j’ai avalé les 88 épisodes de la série très rapidement à partir de la saison 2 (au rythme de plusieurs épisodes par jour), signe que la série mérite ses galons! Analyse de la série vu de ma lorgnette.

Les raisons pour aimer Farscape :

 Je vais commencer par John Crichton! Ben Browder est très bon dans ce rôle. Tour à tour dépassé, intrépide, ou au bord de la folie! Car bien qu’il soit pilote d’essai à la NASA (on se doute donc qu’il possède un sacré bagage technique), il se retrouve complètement dépassé par son nouvel environnement extra-terrestre. Cela nous le rend sympathique et nous permet de nous identifier et de partager ses galères de pauvre terrien perdu au milieu de l’espace!

Il balance également très souvent des noms ou des anecdotes complétement “terriennes” que lui seul comprend (enfin nous aussi), ce qui renforce la connivence du spectateur avec lui. Une bonne astuce qui fonctionne à merveille! On le suit également dans sa quête de la terre qui nous semble tout à fait légitime.

Viens ensuite Aeryn Sun (Claudia Black, que l’on retrouvera également dans Stargate SG-1 dans le rôle de Vala Mal Doran), la pacificatrice, enfin l’ex-pacificatrice. C’est une sébacéenne, une espèce qui est très proche physiquement de nous, hormis le fait qu’elle supporte mal la chaleur car elle ne dispose pas de moyen de réguler la température de son corps comme nous. Son personnage de femme forte est bien trempé, elle mettra pas mal de temps à changer son mode de pensée. Il faut dire que les pacificateurs élèvent dès le leur plus jeune age leurs enfants pour en faire des soldats, des vraies machines de guerre. A ce titre, sa relation avec Crichton prendra son temps, à mesure qu’elle  s’adoucira et laissera parler ses sentiments.

Il ne faut pas oublier le couple Pilote / Moya. Pilote, est un alien qui vie en symbiose avec un vaisseau léviathan comme l’est Moya. Car les leviathans sont des êtres bio-mécanique, un mélange de vivant et de mécanique. On ne sait pas vraiment quel est leur origine, ni par qui ils ont été crées. Pilote est les yeux et la bouche de Moya, l’intermédiaire avec le reste de l’équipage. Du coup, tout le monde finit par se prendre d’affection pour ce couple qui leur sert à la fois de maison et de vaisseau. Une relation pas vraiment ordinaire, même dans un univers SF. Une grande trouvaille à mon sens de la série. Tout comme l’idée de faire accoucher Moya d’un “fils” nommé Talyn à la fin de la saison 1. En plus de la surprise, cela nous permet d’en apprendre plus sur la “physionomie” des léviathans et leur mode de croissance. Dernier petit plus des vaisseaux léviathans, le passage en “combustion” (un genre de saut hyperespace) qui permettra à l’équipage de Moya de sauver ses fesses un certain nombre de fois!

Voyons maintenant les autres permanents de Moya :

Ka d’Argo (Anthony Simcoe): un guerrier Luxan dont on ne sait pas grand chose de prime abord, si ce n’est qu’il a tendance à rapidement s’emporter et qu’il ne faut pas trop le chatouiller. Puis on découvrira au fur et a mesure un être plus complexe et torturé qu’il n’y parait. Il a été injustement accusé d’avoir tué sa femme (une sébaceene comme Aeryn), il a été obligé de cacher son fils métis, et de partir en cavale. Depuis qu’il est libre, il ne cesse de penser à son fils et cherchera à le retrouver. Les retrouvailles ne seront pas simples, beaucoup de temps et de rancunes s’étant accumulées. Ka d’Argo est le meilleur ami de Crichton, car même si ils sont assez antagonistes au départ, leur tempérament de tête brûlée va les rapprocher. Et ils vont en vivre des aventures ensemble!

Il y a également la prêtresse Pa’u Zotah Zhaan (Virginia Hey), une créature humanoïde bleue  qui appartient à la race Delvienne. Voila un personnage ambigu et mystérieux qui réserve bien des surprises. Son statut de prêtresse et ses manières posées lui confèrent une attitude non violente, mais en creusant un peu on découvre un être tourmenté qui a du composer par le passé avec la violence et qui possède des pouvoirs plutôt puissants. C’est elle qui apprendra à Crichton à faire preuve de patience devant tous les mystères qu’il découvrira et qu’il sera frustré de ne pas pouvoirs tous les appréhender aussi vite qu’il le souhaiterait. On découvrira aussi que les Deviens ne sont pas une espèce animale, mais végétale! Hé oui, la bleue est une plante comme dirait Crichton! Malheureusement, elle quittera la série durant la saison 3, c’est dommage, c’est un personnage que j’aimais bien, mais dont le passé est peut-être un peu moins creusé que les autres.

Critique Farscape saison 1Le Dominar Rygel XVIe, un monarque Hynérien déchu. Haut comme 3 pommes et très souvent perché sur un trône volant, ce dernier a gardé l’habitude d’être servi et respecté, même si depuis qu’il a été chassé du trône, il n’est plus qu’un prisonnier en fuite! Plutôt antipathique au premier abord, on découvrira un personnage qui n’est pas aussi mauvais qu’il veut bien le faire croire et qui parfois peut se révéler utile à notre bande (c’est un excellent négociateur). Mais son coté chapardeur et grande gueule leur vaudra également parfois quelques soucis dont ils se seraient passés! D’ailleurs Crichton passe son temps à l’affubler de surnom peu flatteurs (genre « gros tas »)! Vous l’aurez compris, c’est un peu le souffre douleur du vaisseau! Mais on comprendra assez vite qu’il est finalement très attaché à Moya et à ses compagnons, même si il rechigne à l’avouer. J’oubliais une petite chose à savoir, lorsqu’il est stressé, il lâche des gaz odorants composés d’hélium, ce qui fait que ceux qui sont à coté se mettent à parler d’une voix de canard (comme lorsque l’on respire de l’hélium)…

Critique Farscape saison 1Enfin, l’équipage est rejoint en cours de saison 1 par Chiana (Gigi Edgley), une nébarie fantasque et un peu timbrée sur les bords! Mais, elle aussi, au contact des autres apprendra à leur faire confiance et à s’intégrer peu à peu au groupe. Ainsi, la petite voleuse rebelle va finir par devenir un compagnon de voyage à part entière et quelqu’un sur qui l’on peut compter. Elle sera proche de Crichton qui la surnomme affectueusement “chipie”, ce qui lui va assez bien je trouve. Mais il y aura un rapprochement encore plus important avec D’Argo, même si leur relation sera chaotique et compliquée. Elle fonctionne beaucoup à l’instinct et “oublie” souvent de réfléchir et à tendance à foncer un peu tête baissée elle aussi.

Il va y avoir d’autres pensionnaires plus ou moins réguliers que je ne vais pas détailler et que je vous laisse découvrir!

02-nemesis

Il faut forcément un bon méchant, un Némésis, pour faire un contre poids au héro de la série. En l’occurrence, Scorpius est  probablement l’un des meilleurs méchant de série. Déjà son look façon “sado maso” détonne! Ensuite le personnage est un véritable serpent! Il est partout, ne recule devant rien pour atteindre ses buts. Ses buts restent d’ailleurs flous, on le pense au départ au service des Pacificateurs, mais bien vite, on se rend compte qu’il ne sert qu’un seul maître : lui-même!

Et il n’y a pas que le look de Scorpius qui est trash! Quand il s’énerve, il postillonne de partout, quand on le frappe, il crache, il bave, un vrai animal enragé! A la fin des saisons 2 et 3, on le pense enfin mort, mais non, il fait toujours son retour au moment ou on l’attend le moins. Sa relation avec Crichton est très particulière, d’autant que ce dernier a un avatar de Scorpius dans sa tête, reliquat de la sonde psychique implantée dans sa tête. Cet ersatz de Scorpius, qu’il a affectueusement nommé “Harvey” donne lieu à de savoureux intermèdes ou Crichton discute avec lui afin d’obtenir des informations sur le vrai Scorpius, le tout dans des situations à chaque fois improbables (sur un grand 8 par exemple). Les deux forment un couple indissociable! Scorpius a besoin de Crichton pour sa technologie des vortex qu’il compte utiliser pour se venger des Scarrrans qu’il hait plus que tout. Et Crichton, sans Scorpius n’est finalement plus qu’un terrien paumé dans l’immense univers..

Car si la série prends parfois le chemin des écoliers, la traque de Crichton par Scorpius pour s’emparer de la technologie des vortex reste le fil rouge de la série. Mais la relation entre les deux hommes va évoluer de manière assez marquée au fils des saisons. A tel point qu’il vont finir par collaborer ensemble pour mettre fin à la guerre qui se prépare entre les pacificateurs et les Scarrans. Même si il faut bien l’avouer, Crichton aura bien du mal à faire confiance à son ancien ennemi. Mais ce revirement apporte du piment à la dernière saison et change la donne!

En tout cas, un bien meilleur adversaire que le Commandant Grayza qui n’est au final qu’une arriviste sans grande envergure. Il faut dire que passer derrière Scorpius, c’est pas évident..

Déjà, l’idée du vaisseau bio-mécanique nous change de l’ordinaire! Quand en plus, le dit vaisseau accouche, c’est encore quelque chose! Et ils vont en voir du “pays” à bord de Moya! Et la pauvre en verra de toutes les couleurs (je n’ai pas compté les fois ou elle est endommagée, mais il y en a un paquet!). La série prends le temps à chaque saison de se “balader” et de nous faire découvrir de nouvelles planètes et de nouvelles espèces. En cela elle suit les traces de prestigieuses séries avant elle (je pense par exemple à Star Trek) et que d’autres après elle utiliserons (Stargate pousse le concept jusqu’au bout, mais sans vaisseau!). Du classique à ce niveau, mais ça le fait!

l’emploi de marionnettes, que je redoutais un peu, est en fait plutôt efficace. Elles apportent un coté “organique” que ne pourrait pas avoir une image de synthèse qui fait plus froide, moins vivante. Bien sur, cela n’est sûrement plus valable aujourd’hui en 2012. En tout cas, cela n’empêche pas de considérer ces marionnettes comme des personnages à part entière.

Un certain nombre de séries n’ont pas eu le sort qu’elles méritaient et ce sont arrêtés parfois prématurément ou en tout cas sans disposer d’une vraie fin. Cela a failli être le cas pour Farscape. A l’origine prévue sur 5 saisons, la série aura finalement été arrêté au bout de 4 saisons. Cela aura pu en rester là, la saison 4 se conclu d’ailleurs de manière plutôt nette, mais laisse certaines choses en suspens malgré tout. Mais finalement, la série aura droit à deux téléfilms d’une heure pour conclure définitivement l’aventure. Certes, on a parfois le sentiment de voir une saison de 22 épisodes en accéléré, que certaines choses auraient mérités d’être plus développées ou mieux amenées. Mais au moins, le point final est mis proprement, ce qui évitera toute frustration aux amateurs de la série. Sans en dire trop, nos voyageurs pourront enfin vivre en paix sans plus personne à leurs trousses, ce qui est plutôt mérité je trouve!

Pour autant, tout n’est pas parfait! Une des marques de la fabrique de la série, c’est l’habitude de commencer un épisode sans introduction, de sorte que l’on retrouve nos héros dans une situation incongrue, souvent dangereuse. Au téléspectateur de raccrocher les wagons au fur et à mesure de l’épisode. Ce n’est pas en soit un défaut, mais parfois, cela devient un peu pénible quand l’on passe du coq à l’âne d’un épisode à l’autre. Il faut dire que la série aime bien prendre son temps, quitte à perdre de temps à autre le fil principal de l’histoire.

Même si la série repose sur un concept des vortex ou “trou de vers” qui sont des vrais concepts en physique (même si ce concept n’est que théorique), Farscape prend tout de même parfois quelques libertés avec les lois de la physique. La principale, qui m’a fait bondir, c’est les sorties dans l’espace avec un simple respirateur (ou même en retenant sa respiration)! Autant dire que dans ce cas, c’est directement la mort façon surgélation ultra rapide dans le vide de l’espace. Pas catastrophique, mais ça fait un peu tache dans le décor.

Il y a également des ficelles scénaristiques un peu grosses, voire carrément invraisemblables! Un exemple, c’est lorsque dans la saison 4, Crichton s’invite à la conférence de paix entre Pacificateurs et Scarrans, avec une bombe nucléaire sous le bras alors que tout cela se déroule dans la base ultra secrète et ultra sécurisée des Scarrans (mais virez donc votre chef de la sécurité les mecs!).

Mais tout cela finalement passe au second plan tant la série est agréable à suivre! Si ce n’est pas encore fait, lancez-vous, vous ne le regretterez pas!!

Retrouvez mes critiques des 4 saisons (attention, comme d’habitude, je spoile pas mal) si vous voulez plus d’infos cliquez sur les images!

Farscape, Critique Saison 2Farscape, Critique saison 3

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1207 articles

6 réflexions au sujet de « [Dossier] Farscape, retour sur une série de SF à ne pas rater »

  1. Haaaa Farscape !
    Cela restera une série légendaire pour moi, un space opéra comme on n’en fait plus. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis refais les 4 saisons… Ca reste vraiment une référence dans le genre ! Et au final, je trouve que la série n’a pas trop mal vieillie en plus.
    Certes, on est loin de la Hard SF niveau niveau réalisme du scénario mais là n’est pas l’intérêt de la série non plus.
    Les personnages sont hyper attachant en prime.
    Et il faut avouer que toute une communauté qui se soulève à l’annonce de l’arrêt de la série pour finalement obtenir une vraie fin, ca claque quand même !

  2. Rygel lâche des flatulence d’ hélium et pas d’ ” Azote “, grosse erreur … L’ azote, c’ est du carburant pour fusée .. l’ Azote liquide brule les verrues, ça doit faire mal au trou du ..

    1. Bonjour Totocaca,

      Merci pour la précision, c’est corrigé. Mais sans faire un cours de physique élémentaire, l’azote liquide brule justement parcequ’il est sous forme liquide. C’est son passage de l’atat liquide à l’état gazeux qui absorbe la chaleur et entraine une “brulure” par le froid. Et quand tu pètes, tu émets un gaz. Que ce soit du méthane, de l’hélium, ou du méthane, c’est normalement indolore. J’ai pas dit inodore!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *