Child of Light

Si j’ai été par le passé un joueur régulier sur PC, je ne passe plus guère de temps à jouer sur mon ordinateur, mes dernières parties remontant à Starcraft 2, ça commence à dater! Il faut dire que j’ai moins de temps et d’envie de jouer, encore plus depuis que j’ai commencé à attaquer les séries! Mais je joue encore de temps à autre sur ma tablette pour ne pas perdre la main! Malgré tout, j’ai finalement décidé de tester Child Of Light dont j’ai entendu beaucoup de bien!


E

t dès le premier contact avec Child of light, on est sous le charme! J’ai pourtant eu une première déconvenue, ne parvenant pas à faire fonctionner la manette que j’avais sous la main. Impatient de tester, je décide de passer outre et j’attaque le jeu au clavier et à la souris. Après quelques minutes de jeu, je constate que le jeu au clavier est tout à fait agréable, on n’utilise en fait pratiquement que les touches directionnelles pour se déplacer et la touche E pour toutes les interactions (discuter, bouger des objets, rentrer dans les maisons,..). C’est une des grandes forces du jeu qui simplifie au minimum les commandes sans pour autant tomber dans le simpliste. Le personnage principal est Aurora, une jeune fille Autrichienne qui contracte une maladie qui la plonge dans un sommeil profond. Elle va se réveiller dans un univers étrange et fantastique, celui de Lemuria que l’on va découvrir avec elle et qui est dominé par l’obscurité.

Très vite, on rencontre  Igniculus la luciole, qui va s’avérer un compagnon très précieux! Il permet d’interagir de plusieurs façons dans le jeu. La première utilité, c’est de jouer les lampes torches! Mais ce n’est pas sa plus grande utilité! En utilisant son pouvoir (avec une jauge qui décroît assez rapidement) on peut soit redonner des points de vie à ses alliés soit paralyser les montres. Et cette dernière fonction prend tout son sens lors des combats. Si les combats semblent classiques au premier abord, du tout par tour à la Final Fantasy, on découvre vite des petites subtilités! Une jauge détermine l’ordre d’attaque des différents protagonistes et une zone rouge à la fin. Une fois rentré dans la zone rouge, on peut prévoir son attaque mais elle ne sera déclenchée qu’une fois le curseur du personnage arrivé à la fin de la zone rouge. La zone est étroite, mais selon le type d’attaque choisit, le temps pour l’atteindre peut être très variable. Et c’est là ou il faut être vigilant, car une attaque adverse peut vous faire annuler la votre et ainsi perdre votre tour. Il faut donc faire jouer au maximum le pouvoir d’Igniculus pour frapper en premier. Facile à dire, mais plus compliqué quand il faut gérer la barre d’énergie de la luciole ainsi que plusieurs ennemis!  Cela fait tout le sel des combats!

Child-of-Light_09

Pour le reste, c’est du classique, HP / MP, points de compétence à dépenser à chaque niveau pour améliorer vos personnages et équipement que l’on peut améliorer avec des oculi (des gemmes que l’on peut également fusionner et améliorer). Ça reste basique avec peu de possibilités, mais c’est fonctionnel et simple à intégrer.

Child-of-Light_10 Child-of-Light_11

Mais le jeu ne se distingue pas uniquement par son système de combats astucieux! Du côté ambiance, le paquet est mis sur les graphisme et la musique. Alors, non, pas de super graphismes en 3D de la mort qui tuent. Non, tout est dessiné à la main, des décors aux personnages pour donner l’impression d’être dans un livre de contes. C’est très beau, quoique surprenant de prime abord. Du côté de la musique, c’est également très réussi avec des instruments de musique classiques, piano, violoncelles, flûte… mais sans paroles, qui offrent une très belle ambiance sonore au jeu. Il y a un petit coté mélancolique, triste qui colle assez bien à l’univers envahi par l’obscurité. La musique est composée par Béatrice Martin, chanteuse québécoise que l’on connaît surtout sous le nom de Cœur de pirate. L’avantage, c’est qu’il ne vous faudra pas un PC de guerre pour faire tourner le jeu (il tourne très bien sur ma configuration qui commence pourtant à prendre de l’age). Les temps de chargement sont bien gérés et tout cela reste fluide.

child_of_light_screenshot_cave_127132-52f4b23883ef4 child_of_light_screenshot_village_127131-52f4b2425250f

Child-of-Light_01 Child-of-Light_05

Du coté de la difficulté, c’est plutôt bien dosé. Si on commence façon balade tranquille au début, cela se complique, le nombre de monstres rencontrés devient plus important et les combats sont plus longs et complexes. Heureusement, on rencontre d’autres personnages et on récupère des items pour nous aider (potions, boost des caractéristiques,..) au fil du jeu. Mais mieux vaut ne pas trop foncer tête baissée dans le tas quand même! L’avantage, c’est que l’on peut éviter les monstres sur la carte, ce n’est donc pas un combat toutes les minutes à la Final Fantasy! En plus de la trame globale, on a également des missions facultatives à accomplir pour gagner des bonus. Et comme pour Rayman, l’aspect exploration est important, pour chaque niveau il y a un compteur des coffres et des poudres d’étoiles récupérés. Et tout récupérer va s’avérer compliqué, il y en a de planqué un peu partout à la Mario! Mais c’est bien, cela permet de contenter le “casual gamer” qui ne va faire que la trame principale et le “hardcore gamer” qui quant à lui chercher à tout faire et tout récupérer. Le concept n’est pas nouveau, mais reste tout à fait efficace!

Acheter sur Amazon

  col-pc col-mp3

Également disponible sur PS4 et PS Vita (non testé)

Col-PS4 col-vita

En commandant le jeu avec les liens ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1207 articles

Une réflexion au sujet de « Child of Light »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *