Godzilla II : Roi des Monstres

Le MonsterVerse se fait très discret dans le domaine des univers cinématographique persistants. Lancé en 2014 avec le premier Godzilla puis suivi par Kong : Skull Island, nous voici désormais en face du troisième chapitre, dernier virage avant l’ultime affrontement entre le plus célèbre des lézards radioactifs géants et le plus célèbre des gorilles géants au cinéma Godzilla vs. Kong, qui sortira en mars 2020.
Mais avant ça, voyons si Godzilla II comble les faiblesses du premier opus et si le MonsterVerse mérite de continuer à exister !

Godzilla II se déroule 5 ans après les événements du premier film. Le monde est désormais au courant de l’existence de ces créatures gigantesques appelées titans et leur nombre ne cesse d’augmenter.
Mais quand un autre titan alpha se réveille, le dernier espoir de l’humanité repose sur Godzilla qui doit s’imposer comme le véritable roi des titans.

Si vous avez vu le premier Godzilla (celui de 2014, pas celui avec Jean Reno de 1997), vous savez que l’un des principaux reproches fait au film est la présence assez minime de Godzilla alors que le film s’intitule … eh bien Godzilla. Le côté humain était un peu trop poussé au mépris du côté « lézard radioactif géant qui a un souffle atomique et qui se bat contre une autre créature géante ».

L’ironie…

Godzilla II comble extrêmement bien cette faiblesse avec énormément de scènes sur notre lézard préféré, tout comme sur les autres célèbres titans qui ont fait le bonheur de nombreux japonais à travers l’histoire de la Toho. On retrouve donc dans ce film non seulement Godzilla, mais également le ptérodactyle géant Rodan, le papillon de lumière (sans commentaires sur mes références musicales merci…) Mothra et le dragon à 3 têtes némésis de Godzilla, le vilain Ghidorah.

Voir ces créatures dans un film avec un tel budget est visuellement très satisfaisant, avec de nombreuses scènes épiques qui jouent bien avec le gigantisme comme le faisait le premier Pacific Rim par exemple.
On se sent ridicule face à ces créatures divines qui s’affrontent et les affrontements fonctionnent. Sur la carte du divertissement, ce film fait extrêmement bien le boulot et les créatures géantes sont bien mises en avant.

Seulement voilà, l’accent est maintenant tellement mis sur les titans que le problème inverse au premier Godzilla arrive : le casting humain est inintéressant au possible. Alors attention, le casting du film est très bon. Le problème est qu’on ne leur a rien donné d’intéressant ici. Les drames familiaux et les différents moments un peu plus accentués sur l’émotionnel ne fonctionnent pas un seul instant pour un problème simple mais majeur : nous n’en avons rien à faire.

Le tout est abordé en surface et passe tellement vite que les décisions de certains personnages ne paraît pas faire de sens (sans rien spoiler, je peux par exemple dire que le personnage incarnée par Vera Farmiga est d’une stupidité totale), les sacrifices héroïques n’ont pas d’impact émotionnel sur le spectateur et on attend juste les prochaines scènes avec les monstres qui s’affrontent.

Quand je vois ça, difficile d’être intéressé par Kyle Chandler qui nous parle de ses soucis familiaux derrière.

C’est globalement un soucis inhérent au MonsterVerse. Ces films ne savent pas quoi faire avec leurs personnages humains. Et Godzilla II ne fait pas exception, au contraire.

Néanmoins, contrairement aux autres opus, ici cette faiblesse est amoindrie par le nombre important de scènes d’action. On finit par ressortir du film satisfait visuellement, mais en étant incapable de retenir le nom d’un seul des personnages humains.
Je suis incapable de vous dire le nom du personnage jouée par Vera Farmiga ou joué par Kyle Chandler sans aller sur Wikipédia alors que j’ai vu le film hier.

Cela va même plus loin que ça, je vous donne un exemple.
Nous avons dans une scène un personnage incarné par Joe Morton (si vous ne voyez pas de qui il s’agit, c’est le docteur Dyson dans Terminator 2). Il s’agit en fait de la version adulte du personnage joué par Corey Hawkins dans Kong : Skull Island.
J’ai appris ça en allant sur le wikipédia du MonsterVerse, car il est absolument impossible de savoir ça autrement.

Godzilla II : Roi des Monstres est un bon divertissement qui a son lot de scènes épiques. Vous passerez un bon moment au cinéma.
Mais ça n’est malheureusement qu’un film qui ne satisfait que sur sa forme uniquement. Pour l’investissement émotionnel ou de l’intérêt pour les personnages, passez votre chemin vous n’aurez rien de tout ça ici.

6.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Greil

36 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.