Creed II

Un nouveau chapitre se déroulant dans l’univers de Rocky est toujours un événement pour moi. Et malgré renaissance réussie de la saga avec le premier Creed, une crainte s’était installée en moi : l’opus de trop.
Nous en sommes au huitième film mine de rien, le risque de redite ou simplement d’histoire sans réel intérêt est présent. Est-ce que Creed II est ce fameux opus de trop, ou sommes-nous devant une bonne suite qui confirme la nouvelle direction lancée par l’opus précédent ?
Spoiler : C’est la deuxième catégorie, mais lisez quand même la critique s’il vous plaît !

Synopsis

Creed II se déroule plusieurs années après les événements du premier film, avec Adonis désormais au sommet avec son championnat du monde poids lourds. Mais sa réussite va attirer une ombre du passé. En effet, Ivan Drago revient de Russie après une trentaine d’années pour que son fils challenge Adonis pour le titre. Ayant la volonté de réécrire l’histoire et de venger indirectement la mort de son père des mains d’Ivan (spoiler de Rocky IV, mais bon le film a 34 ans donc bon on va partir du principe que c’est connu) et tandis que sa vie personnelle connaît plusieurs tournants importants, Adonis accepte le dangereux challenge.

Rocky Legacy

Ce film, comme n’importe lequel des opus précédents, ne parle pas de boxe. La boxe n’est qu’une toile de fond pour parler indirectement de la vie de famille et d’autres thèmes importants. Creed II parle d’héritage, du poids du passé et de l’influence sur les nouvelles générations. Mais Creed II nous parle aussi de la volonté d’avancer dans sa propre voie.

Sylvester Stallone a récemment déclaré que si jamais il y avait des suites, il ne serait plus de l’aventure, que l’histoire est désormais centrée sur Michael B. Jordan uniquement. Et on sent que c’était sa volonté dans tout le script (c’est lui qui l’a écrit) de faire un ultime passage de flambeau vers la nouvelle génération. Avec l’historique de la saga, forcément ce Creed II a une saveur mélancolique particulière.

Back to Rocky IV

Revenir sur l’histoire de Rocky IV était un peu risqué. Creed était clairement revenu sur la partie réaliste et dramatique de la saga, alors que Rocky IV est tout sauf ça. On parle quand même d’un film dont tout le modo était « Vous avez aimé le montage d’entraînement dans Rocky III avec Eye of the Tiger en fond ? … ON VA EN METTRE 1000 DANS CE CAS !! ».
Rocky y bat quasiment le communisme dans ce discours de fin bon sang ! On peut reprocher beaucoup de choses à Rocky V mais heureusement qu’il a un peu calmé le jeu parce que Rocky IV était d’une bêtise glorieuse (j’adore Rocky IV, mais c’est un plaisir coupable comparé aux autres opus).

Vous voyez ?! Même Dolph Lundgren tire une tête pas possible
quand on lui reparle de Rocky IV.

Heureusement, le film ne tombe pas dans la facilité en voulant un peu développer l’histoire de la famille Drago et sa situation. Bien trop peu à mon goût (surtout le fils Viktor, qui n’a quasiment pas de dialogue), je pense que développer encore plus le duo Ivan / Viktor pour accentuer la différence et la rivalité avec le duo Adonis / Rocky aurait eu un impact émotionnel encore plus fort.

Du punch émotionnel à revendre

Mais Creed II a du punch émotionnel en veux-tu en voilà. Avec le couple Michael B. Jordan / Tessa Thompson qui marche extrêmement bien et le duo entre Adonis et Rocky qui marche aussi, l’histoire nous propose des émotions fortes qui amènent à un combat final qui faisait applaudir et fortement réagir les gens dans la salle.
C’était une expérience vraiment plaisante et rien que pour ça, je vous encourage à aller voir Creed II au cinéma et ne pas simplement attendre son arrivée en Blu-Ray ou à la télé !

Le seul point négatif que je pourrais relever est peut-être une sous-intrigue reposant sur un enfant dont je ne parlerais pas pour ne pas spoiler, mais il y a cette impression de rajout au drame pour simplement avoir encore plus de drame qui était peut-être de trop. La situation se suffisait déjà à elle-même pour l’investissement émotionnel. Mais c’est un détail et ce n’est peut-être que moi.

Ce couple a bien trop de charme, c’en est énervant !

L’action n’est pas en reste. Les combats ne sont pas filmés en plans séquences comme le faisait Ryan Coogler dans l’opus précédent. Mais un grand bravo à Steven Caple Jr. qui fait un très beau travail ici. On ressent l’intensité, on ressent les coups… On vit le combat comme si nous étions nous-même dans le ring, donc c’est bien joué ! Je suis sorti de la salle avec les côtes fêlées à cause de ça…

Round final ?

Creed II a coûté 50 millions de dollars mais en a déjà rapporté le triple et c’est loin d’être fini. Je ne pense pas trop prendre de risques en annonçant qu’il y aura sans doute un Creed III.

Mais Creed II faisait une parfaite conclusion à toute la saga de Rocky. Adonis est sorti de la lourde ombre de son père. Michael B. Jordan est désormais sorti de la lourde ombre de Sylvester Stallone. Et il en est sorti d’une excellente manière. On sort de la salle avec une énergie folle et comme avec les films précédents, le cœur un peu serré.

7.5 Note GeeKroniques
10 Visiteurs (1 vote)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Greil

43 articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.