Big Eyes

Le 18 mars 2015, Tim Burton nous sors un nouveau film! Après de moult déceptions comme La Planète des singes ou encore plus récemment Alice Aux Pays des Merveilles et Dark Shadows. On attendait impatiemment le retour du grand réalisateur qui nous avais tant fait rêver avec Ed Wood, Edward aux mains d’argents, Mars Attack ou même Big Fish. Je tiens donc à vous rassurer de suite, Tim Burton est revenu au top de sa forme avec Big Eyes et ça fait plaisir !

BIG EYES – Bande Annonce Officielle VOST – Tim Burton (2015)

Un peu plus de 20 ans après Ed Wood, Tim Burton nous refait un biopic avec la même équipe. Cette fois on nous conte l’histoire de Margaret Keane, l’artiste des fameux «Big Eyes» dans les années 60. On nous montre comment son mari, Walter Keane, s’approprie son travail aux yeux du grand public afin de mieux les vendre. Margaret se voit alors contraint de mentir pour garder le secret.  Ce synopsis simple au premier abord permettra d’aborder de nombreuses thématiques comme la place des femmes dans la société, une réflexion autour de l’art et sa commercialisation.

Au niveau casting, on fait peau neuve pour du Tim Burton. Pas de Johnny Depp, ni de Helena Boham Carter ce qui donne un peu de fraîcheur au film pour un résultat moins grandiloquent, comme le réalisateur nous y avais habitué ces dernières années, et  bien plus intimiste. On retrouve, dans le rôle de Margaret Keane,  l’excellente Amy Adams (Man of Steel, American Bluff…) qui joue un personnage féminin qui a du mal à s’affirmer et Christoph Waltz (Inglorious Basterds, Django Unchained…) interprète avec sa folie habituelle le génial Walter Keane. Un duo qui fonctionne à merveille tout au long du film et qui est relativement équilibré tout au long du film. On retrouve également Danny Elfman à la musique qui nous enchante avec une magnifique OST.

Contrairement aux apparences, la patte de Tim Burton est présente tout au long du film, que ce soit au niveau de l’esthétique globale du film ou encore des thématiques abordées. Si la colorimétrie empreinte plus de Charlie et à la Chocolaterie, la thématique du rapport entre le créateur et sa création est un thème récurrent du réalisateur comme dans Edward aux mains d’Argents ou encore Frankenweenie.  Même les tableaux de Margaret Keane ressemblent beaucoup aux dessins de Tim Burton dans ses films d’animations. Ce n’est pas juste une coïncidence vu que le réalisateur a avoué être un fan de ces œuvres. Certaines scènes font clairement Burtonesque notamment celles en fin de film. D’ailleurs j’ai trouvé la fin du film un peu trop vite expédié et Waltz surjoue un peu dans le final mais cela nous donne une scène d’anthologie taillée pour l’acteur.

La force du film repose surtout sur une auto critique de la carrière de Tim Burton. En effet, on ne peut s’empêcher de voir un parallèle entre les œuvres de Keane et les derniers films de Tim Burton qui finalement pourraient être considéré comme l’industrialisation de son style. Des films où ils reproduisaient tellement son style qu’il en perdait en qualité. Big Eyes marquerait donc son émancipation des gros studios de cinéma pour le retour à un cinéma plus personnel tout comme Margaret s’est émanciper de son mari ?

Big Eyes deviendra sûrement un des films incontournables de Tim Burton, mais qui sera certainement moins apprécié du grand public comme l’a été Ed Wood. Ce n’est pas son meilleur film mais ça reste l’un des meilleurs depuis très longtemps ! Donc fan de Tim Burton, ou non d’ailleurs, n’ayez crainte foncez en salle pour voir ce film !

 

8 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Jyrald

"Ain't no thing like me, except me" (Rocket Raccoon). Je crois que ça me résume bien ! Sinon je suis passionné de jeux vidéos et de cinéma.

13 articles

8 réflexions sur « Big Eyes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.