Lazy Company, Saison 3

Lazy Company, c’est mon chouchou parmi les séries françaises! On rigole, on pleure, et surtout, ça ne ressemble à rien de déjà vu, ce qui est pour moi le défaut de 50% des séries françaises qui ne font qu’appliquer une recette ou copier une série US. Pour cette saison 3, je suis à la fois super enthousiaste de retrouver la plus belle bande de bras cassés du PAF, mais aussi triste que cela soit pour la dernière saison. Mais je compte sur Samuel Bodin et Alexandre Philip, les deux créateurs de la série pour nous offrir une fin tout en panache à la hauteur de la série.

Le temps des retrouvailles

Après un recap des événements passés, cette saison 3 fait parler la poudre dès le début avec le Colonel Sanders (Anne Benoît toujours aussi truculente) qui va faire un carton sur les invités du mariage de Niels (Alexandre Philip) et de la Jeanne (Aurélia Poirier). De quoi sceller définitivement la séparation de la Lazy, déjà sérieusement ébranlée par la mort de Henry, froidement exécuté d’une balle dans la tête par Sanders.

Lazy Company - Sanders Lazy Company

Quelques semaines plus tard, c’est Jessica (Tiphaine Daviot qui remplace Vanessa Guide), la fille du colonel Sanders qui travaille désormais pour l’OSS (Office of Strategic Services, une agence de renseignement Américaine) qui lance la contre-attaque. Elle souhaite à la fois mettre la main sur son infâme traîtresse de mère et trouver le repaire d’Hitler pour l’éliminer. Pour cela, il lui faut ceux qui connaissent le mieux Hitler : les anciens de la Lazy. Mais chacun est parti de son coté.

Lazy Company - Jessica Lazy Company

Niels et la Jeanne travaillent pour la résistance et sont en fâcheuse posture lorsque L’agent Craig (Yohann Pisiou), le bras droit de Jessica, va les retrouver. Surnommés les Forniqueurs du Maquis, Il ont été capturés par la Gestapo et c’est Klaus Barbie qui mène l’interrogatoire. Le danger écarté, le couple va désormais jouer les agents pour l’OSS. Leur première mission? Retrouver le Major Spring (Laurent Seron-Keller) afin de le recruter.

Lazy Company Lazy Company - Klaus Barbie

Slice (Benoît Moret) tente quant à elle tant bien que mal d’élever Jeffrey, son fils, avec Helmut (Thomas Vandenberghe). Mais le « bébé » a grandi très vite et ressemble plus à un adolescent rebelle qu’à un nourrisson. Cerise sur le gâteau, il possède des pouvoirs psychiques que Hitler (Quentin Baillot) lui-même convoite.

Lazy Company - Jeffrey Lazy Company -Slice

Chester (Alban Lenoir) quand à lui est devenu alcoolique et dépressif et joue à la roulette russe pour gagner sa ration de bibine!

Lazy Company - Chester

L’enlèvement de Jeff par Hitler va finalement faire se rejoindre les deux missions : pour trouver le fils de Slice, il faut mettre la main sur Hitler qui se terre dans le Panzernest! Mais la seule piste pour retrouver le fuhrer, c’est un médium qui fait des rêves prémonitoires. Pas gagné!

Retour en terre connue

Très vite, on reprend ses marques, la musique est familière, les coloris particuliers de la série (vert-bleu et ocre sur les décors de forêt par exemple), les gags et bons mots qui fusent! Mais c’est aussi un photo soignée qui met en valeurs les personnages et les acteurs. C’est l’accent à couper au couteau de la Jeanne qui est toujours aussi succulent. Ce sont aussi les « fiches » de présentation des personnages, avec les commentaires qui clashent! Bref, toutes les petites choses qui font que l’on s’est attaché à la série.

Les personnages sont toujours aussi barges, que cela soit les « anciens » ou les nouveaux comme Barbie qui me fait beaucoup penser aux pirates d’Astérix, car il se prend une déculottée monumentale à chaque rencontre avec des membres de la Lazy. L’agent Craig, le bras droit de Jessica, est un vrai cliché du mec parfait que l’on va détester d’emblée! Beau gosse, trop sur de lui, le goujat va jusqu’à draguer Jeanne sur le nez de Niels! Inacceptable d’autant que Jeanne peu habituée à se faire courtiser de la sorte ne semble pas trouver ça si désagréable qu’elle le dit!

Lazy Company - le docteur

La musique nous remet elle aussi directement dans le bain! Si la plupart des morceaux sont déjà entendus sur les saisons précédentes, il y a tout de même me semble-t-il quelques nouveaux morceaux. Mais c’est un grand plaisir de retrouver les morceaux que l’on connaît et apprécie et qui fonctionnent toujours bien sur de nouvelles scènes. D’ailleurs, ce serait vraiment bien qu’un album des musiques de la série sorte enfin de manière officielle, plutôt que de devoir aller les écouter sur Soundcloud. Je me dit qu’une mise en vente au format numérique ça doit quand même pas être si compliqué que cela et peu coûteux (pas de risque financier), alors pourquoi?

Péripéties & Digressions

Cette saison 3 prend son temps, et avant d’aller péter la gueule à cet insupportable bouffon d’Hitler (Quentin Baillot est toujours aussi survolté), on va avoir le droit à quelques péripéties et digressions! On va commencer avec Lee qui va s’improviser Boxeur et qui va prendre cher! Mais motivé par l’esprit de corps, il va aller au bout de lui-même pour lui et surtout pour ses camarades! Même si le combat n’est pas tout à fait sérieux, Alban Lenoir met ses tripes dans le truc et nous offre un boxeur hyper convaincant.

Lazy Company - boxe

Le retour de Chuck d’entre les morts lors de l’épisode 7 sera très émouvant. On explore ici le côté humain du personnage pour aller au delà de l’aspect machine à tuer de celui que l’on surnomme N°17 (clin d’oeil au cyborg de DBZ). Tout cela pour mieux repartir sur son côté noir. Mais j’aime beaucoup le nouveau Chuck, tout en retenue, mais tout aussi bouillonnant à l’intérieur!

Easter Eggs

Lazy Company regorge d’Easter Eggs, des clins d’oeils à la culture geek. En voici un petit florilège :

    • Jessica qui est appelée agent « J », est un clin d’oeil à l’agent J (Will Smith) de la trilogie Men in Black!
    • Le « Jessicaaaa » lancé par Lee à l’issue de son match de boxe est un clin d’oeil à Rocky et son cri « Adriennnnne »!
    • L’allemand au PanzerNest qui décrypte l’équipe à la façon du Mentalist.

Bref, regarder Lazy Company, c’est comme retrouver une bande de copains que l’on a pas vus depuis longtemps, mais qu’il nous semble avoir quitté la veille encore! La séparation est toujours difficile, mais ils restent dans nos cœurs pour toujours! Et on espère bien les revoir sous d’autres cieux très vite!

Bouyah les guignols et merci pour tout!

Commander sur Amazon


En commandant le DVD avec le lien ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

9 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1272 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.