Utopia, Saison 1

Utopia, c’est la série UK de ce début d’année! Ami(e)s conspirationnistes, la série est faite pour vous! Une organisation appelée « the Network« , le réseau en français, est dotée de très larges pouvoirs dans de très nombreux pays, et tire les ficelles en coulisse. Mais afin de pouvoir rester dans l’ombre, ils sont à la recherche du deuxième tome du roman graphique « utopia experiments » qui ferait mention de l’identité de leur dirigeant, le mystérieux Mr Rabbit..

utopia-castEt la BD va refaire surface via un forum spécialisé sur le sujet. 5 de ses membres vont se rencontrer pour le découvrir. Becky (Alexandra Roach) est un peu la meneuse, elle connaît le premier volume sur le bout des doigts. Pour elle, il met en lumière un complot responsable de la maladie qui a entraîné la mort de son père. Elle passe pas mal de temps sur le forum. Ainsi, lorsqu’un des membres du forum, Bejan, affirme qu’il possède le second tome d’utopia et il propose à Becky et 3 autres membres de se rencontrer dans un pub pour leur montrer elle accepte tout de suite. Lorsque Becky arrive au pub, elle fait la connaissance de Ian (Nathan Stewart-Jarrett vu dans Misfits, une autre série de Channel 4), un consultant informatique légèrement dilettante et de Wilson Wilson (Adeel Akhtar), un geek paranoïaque (et amateur de théories du complot) qui a minutieusement effacé ses traces sur le net depuis des années.

Mais bien sur, rien ne va se passer comme prévu! Ni Bejan, ni Grant (Oliver Woollford), un  jeune garçon de 11 ans livré à lui même convié à la rencontre, ne viendront. Les tueurs du réseau vont se mêler de la partie! Les 4 survivants vont très vite se rendre compte que leur vie d’avant est derrière eux. Désormais, ils doivent fuir et se cacher. Ils seront aidés par la mystérieuse Jessica Hyde (Fiona O’Shaughnessy) qui s’avère être la fille de l’auteur d’utopia experiment. Elle est elle aussi en quête de réponses.

 grantjessica

Mais dans ce contexte, à qui se fier? La paranoïa est de mise dans cette ambiance! En parallèle, on suit une deuxième intrigue avec les tribulations de Michael Dugdale (Paul Higgins), un employé du ministère de la Santé qui a mis enceinte une prostituée. Cela va lui valoir de remplir des missions pour le compte du proxénète (qui s’avère être à la solde du réseau). Lui aussi va découvrir qu’il va devoir affronter des adversaires qui possèdent de sacrés ressources! En premier, son nouveau supérieur hiérarchique, Geoff (Alistair Petrie), un autre « pion » du réseau. Malgré son air un peu empoté et sa tête de « monsieur tout le monde », il va se lancer dans le combat!

michaelgeoff

Et qui est ce mystérieux Mr Rabbit (quel surnom bizarre pour un bad guy!) qui tire les ficelles en coulisse?? La petite bande parviendra-t-elle jusqu’à lui?

Teaser

Utopia | Coming Soon | Channel 4

Mon Avis

Le pilote fait forte impression (pour les éléments cités avant), intrigue. Le coté violent peut rappeler « Orange mécanique » par certains aspects. Le reste de la série ne déçoit pas. Elle révèle une partie des informations au fur et à mesure. Notamment l’épisode 5 qui lâche une flopée d’informations importantes et offre un nouvel éclairage..

Mais Utopia, c’est avant tout une ambiance. Une ambiance sur les couleurs, qui sont exacerbées par un contraste assez fort. C’est une façon de filmer avec un amour sans commune mesure pour les plans larges (très souvent vides) qui donnent un sentiment d’isolement. Et ces plans larges sont d’autant plus percutants que le format de l’image est très large (il y a des bandes noires importantes en haut et en bas de l’image). Un travail presque photographique par moment..

plan-large1 plan-large2

plan-large3  

Et puis bien sur une ambiance de violence latente, soit directe, brutale, froide, quasi mécanique avec les tueurs du « Network », et une autre plus en retrait avec la violence employée par les membres du réseau qui n’hésitent pas à faire tuer des innocents pour couvrir leurs traces. Quitte parfois à choquer lorsque le tueur du « réseau » s’en prend à des enfants dans une école (même si on ne le voit pas directement tuer les enfants). Mais dans cette ambiance de paranoïa, ça en devient presque « acceptable ». On est de retour à une espèce de loi primale : tuer ou être tué.

networkrb

Mais on découvrira finalement que Arby (« RB »), l’un des tueurs n’est finalement pas qu’une machine à tuer. Il est lui aussi impliqué dans toute l’histoire et n’est pas aussi manichéen qu’il y parait au début de la série. A l’image de Jessica, les événements autour de lui l’ont cassé et l’ont modelé. D’ailleurs, cela semble tous les deux les rapprocher.

Les personnages, malgré un premier abord parfois un peu flou vont s’affiner au fil des épisodes. On va découvrir au fur et à mesure qu’ils ne sont pas si lisse qu’il y parait. Mais évidement, Jessica reste le personnage central, une espèce d’anti-héroïne,  trash, barge, difficile à suivre. Elle est totalement en dehors des normes et des considérations sociales de base. Ce qui est marrant, c’est que Ian, le personnage de Nathan Stewart-Jarrett, est finalement assez similaire à celui de Curtis dans Misfits, il reste un « suiveur » un peu en retrait..

Une Uchronie dans toute la noirceur qu’affectionne le style! D’autant que les événements vont faire ressortir chez les personnages tous les travers de l’humanité : égoïsme, mensonge, violence, chacun est prêt à trahir les autres au nom de l’instinct de survie! Car une fois révélé, le vrai but du réseau et de son projet Janus, les cartes sont redistribuées! Et si, en quelque sorte, le réseau agissait pour le bien de tous? Qui croire?

Le dernier épisode conclut la saison en beauté et nous réserve quelques bonnes surprises! Mieux, alors que je ne voyais pas comment la série pourrait aller au-delà d’une saison, une certain nombre de porte s’entrouvrent au final. De quoi espérer une saison 2. Mais la barre est déjà très haute!

Comme nombre de séries anglaises, Utopia sait prendre des risques, surprendre ses spectateurs en ne cédant pas à la facilité. C’est ça aussi la marque de fabrique des séries UK. Un aspect que bien souvent les séries US oublient, en nous sortant des ficelles scénaristiques tellement énormes qu’on les voit venir bien avant! Bref, je le dis et je le répète, la série à voir en ce début d’année 2013! Si vous ne l’avez pas encore vue, ruez-vous dessus! Car de toute façon, je ne la vois pas diffusée sur une grande chaîne française avant très longtemps, voir jamais! Et puis, il faut la voir en VO, ne serait ce que profiter des accents (surtout celui de becky)..

Mon label

label Utopia Saison 1

Commander sur Amazon :

utopia-integrale-min

 En commandant le DVD le lien ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

9.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1276 articles

3 réflexions sur « Utopia, Saison 1 »

  1. Je suis d’accord. Pour employer un terme populaire : c’est une tuerie 😉
    Premier point la réalisation, extrêmement travaillée. Tu as souligné la photographie mais je rajouterai également l’excellente bande son. C’est bien simple je ne me souviens pas d’avoir entendu une bande son de ce calibre, à la fois angoissante, mystérieuse, complètement barrée, et grinçante. Je recherche l’OST.
    Deuxième point : la narration. Elle prend des raccourcis inespérés qui demandent au téléspectateur de bien réfléchir, d’autant que le puzzle est très bien conçu (et ça aussi ça manquait à la télévision).
    Troisième point : la violence. Oubliez la violence gratuite inutile des productions calibrées pour le câble américain, là la violence a un impact prodigieux, parce qu’elle brise vraiment des tabous (en particulier la violence de et faite aux enfants).
    Quatrième point : son sous-texte altermondialiste absolument jubilatoire qui reprend toutes les théories en vogue en ce moment pour en faire un melting-pot cohérent.

    Bref, de loin la série à voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.