The Flash, Saison 1

The Flash est un série dérivée de Arrow, un spin-off dans le jargon sériephile. En effet, on a découvert le personnage de Barry Allen dans Arrow. Le personnage ayant été bien accueilli, la série a été lancée. Mais The Flash va continuer à interagir avec sa grande soeur, cette première saison va jeter de nombreux ponts entre l’équipe d’Arrow et celle de Flash. Une bonne idée qui permet d’amorcer un début de cohérence à l’univers DC qui pour le moment peine à exister face à Marvel et son récent retour en grâce depuis son rachat par Disney..


B

arry Allen (Grant Gustin) est un jeune scientifique un peu geek sur les bords. Il travaille dans la police scientifique de Central City. Malgré son coté rêveur, le jeune homme cache une double félure : sa mère a été tuée par une mystérieuse forme d’énergie jaune et son père accusé à tord de son meurtre , croupi depuis dans une cellule. Barry va donc grandir sans ses parents, mais il ne sera pas seul pour autant. Il sera élevé par l’inspecteur Joe West (Jesse L. Martin, vu dans New-York, police judiciaire et New-York, unité spéciale), un ami de la famille. Il est très proche de Joe et de sa fille Iris West (Candice Patton) qui est sa confidente et meilleure amie. On va très vite comprendre que Barry est amoureux d’Iris, mais qu’il n’ose pas lui avouer ses sentiments.

Va arriver ce qui devait arriver : l’incident dans les laboratoires de S.T.A.R Labs (l’explosion de l’accélérateur de particules) qui sera la source des pouvoirs de Flash, mais également celle des autres « Méta-Humains » et futurs méchants auxquels notre héro devra faire face. A sa sortie du coma, Barry va donc découvrir ses nouveaux pouvoirs! Aidé par Harrison Wells (Tom Cavanagh), le pdg de S.T.A.R Labs tombé en disgrâce suite à l’accident, il va apprendre à maîtriser ses pouvoirs et commencer à lutter contre les méchants! Il pourra également compter sur les geeks de S.T.A.R Labs, Cisco Ramon (Carlos Valdes) et  le Dr. Caitlin Snow (Danielle Panabaker) qui a perdu son fiancé dans l’explosion du laboratoire.

Mais entre deux combats contre un méta-humain, il ne perd pas de vue son objectif : trouver le meurtrier de sa mère et innocenter son père! Une traque qu’il va s’avérer en lien avec son pouvoir..

Mon avis

T

he Flash, c’est un peu le contrepoint de Arrow. Là ou Arrow est plutôt sombre, The Flash est bien plus fun et optimiste, et ce, malgré le passé de Barry qui est plutôt triste. Mais comme le reconnaît Barry lui même, c’est aussi une forme d’opportunité, il est très attaché à Joe et Iris qu’il considère comme sa famille. Mais malgré tout, il y a une dimension personnelle, avec Barry qui veut utiliser ses pouvoirs pour innocenter son père. Asse vite (dès le pilote en fait), on découvre que le docteur Wells n’est pas celui qu’il prétend être et qu’il semble venir du futur. Cette intrigue va constituer le fil rouge de cette première saison. Fil rouge qui trouvera son épilogue lors du dernier épisode de la saison, mais j’y reviendrai un peu plus tard.

CW et la romance

La partie « romance » entre Barry et Iris, puis ensuite le « trio » avec l’arrivée Eddie Thawne (Rick Cosnett) qui va sortir avec la jeune femme m’a un peu fait « peur » au départ. Mais ce n’est pas si lourd finalement, et le fait que Barry et Iris soient comme frère et soeur apporte la dose de complexification qu’il faut.. Et puis, leur relation n’est pas là et sert la trame au final, je n’en dis pas plus.. J’aime bien Grant Justin, je le trouve très bien dans son rôle, il se pose plein de questions, et ne reste pas aveuglé par son pouvoir. Sans être aussi torturé qu’un Oliver Queen, ça cogite sous le masque! Il incarne parfaitement ce super héros idéaliste et humaniste. Le reste du cast est plutôt pas mal, Jesse L. Martin est bien en « papa gateau » qui s’inquiète pour Barry et sa fille, un rôle assez loin de celui qu’il a joué dans New-York, police judiciaire. Tom Cavanagh arrive à bien rendre l’ambiguité de son personnage, dès le début, on sent que son sourire n’est qu’une façade qui cache quelque chose de bien moins agréable. Le personnage de Carlos Ramon est finalement très caricatural, mais il parvient à le rendre sympathique au final! Les personnages de Danielle Panabaker et Candice Patton sont moins intéressants, mais les deux jeunes femmes ont pour elles un physique qui ne laisse pas indifférent..

Réalisme Vs Super Héros

Peut-on espérer une histoire de super-héros réaliste? J’aimerais le croire, mais visiblement pas les scénaristes de The Flash! Quand on y regarde de près, certains pouvoirs sont quand même extraordinaires! Par exemple, dans l’épisode 2, le méchant, un spécialiste du clonage, se retrouve avec la faculté de créer des doubles de lui-même (des clones). Sauf que son pouvoir est tellement balèze qu’il parvient également à cloner ses vêtements, trop fort, non? Remarquez, c’est la même chose pour le méta humain de l’épisode suivant qui peut passer à l’état gazeux, mais qui retrouve ses vêtements quand il reprend forme. Balèze quand même! Bon évidement, au bout de quelques exemples du genre, on finit par ne plus y prêter attention (ou alors on arrête la série), mais quand même.. Et puis à chaque fois que je vois un combat, je me dit « mais comment un mec super rapide comme Flash peut prendre un coup »? C’est vrai quoi, quand tu es aussi rapide, tu dois être capable d’esquiver quasiment n’importe quoi, non?  C’est un truc qui m’a souvent énervé, mais cela tient plus au personnage qu’à la série proprement dite!

Des guests bien sympas!

Le premier guest est évidement celui de John Wesley Shipp, le flash de la série des années 90. Une réunion prison break avec Wentworth Miller et Dominic Purcell qui incarnent deux méchants dans la série! On retrouve aussi Victor Garber dans le rôle d’un scientifique un peu coincé, et c’est Morena Baccarin qui incarne la voix de Gideon, l’IA de Wells.

Le mot de la fin

The Flash reste agréable à suivre, mais il manque un petit quelque chose à mon gout, une petite étincelle. Peut-être que la saison 2 l’apportera! Car le final de la saison est assez réussi! Si il nous emmène sans surprise au sauvetage de la mère de Barry, c’est la façon dont tout cela va se dénouer qui va être surprenante, mais pour autant assez logique (quoique l’on puisse discuter de ligne temporelle et ne pas être d’accord avec ce qui est dit). Mais tout cela est en parfaite cohérence avec le caractère de Barry et donc fort bien amené. Ainsi qu’une révélation sur Cisco qui va confirmer un soupçon à ce sujet.

[amazon_link asins=’B00YS1LNSA’ template=’grille3′ store=’chezmat-21′ marketplace=’FR’ link_id=’f7ac7447-d801-11e6-9053-05d2ca14c293′]

En commandant le DVD avec le lien ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

The Flash, Saison 1
7 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1277 articles

Une réflexion sur « The Flash, Saison 1 »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.