The Fall, Saison 1

The fall, c’est avant tout le grand retour de l’actrice américaine Gillian Anderson au petit écran. C’est pour moi un grand plaisir de retrouver la « Scully » de X-files. Car je dois bien avouer que sans cela, je n’aurais pas forcément eu d’appétence pour un enième cop-show qui met en scène un serial killer. Mais j’aurais eu tort de faire l’impasse sur The Fall. Je me suis donc lancé dans la série après un pilote convaincant.

Une enquêtrice qui ne plaisante pas
The Fall

The Fall, met donc en scène la « Detective Superintendent » Stella Gibson (Gillian Anderson donc), qui vient prêter main forte à la PSNI (Police Service of Northern Irland, la police locale Irlandaise). En effet, un tueur sévit dans les rues de Belfast et la police locale dans l’impasse la plus totale. Stella reprend donc les choses en main pour faire avancer l’enquête. Mais difficile d’avancer, pas de suspect, pas de liens, rien qui permettrait de faire vraiment avancer l’enquête. Une « task force » va donc être mise en place pour coordonner l’enquête et c’est tout naturellement Stella qui va en prendre la tête.

Stella est une vraie « tueuse »!

Professionnelle à tendance austère, elle met d’emblée une distance envers tous ses intervenants. Visiblement très compétente et très gradée (il n’y a qu’un seul grade au dessus du « superintendent »), tout le monde la traite avec une certaine déférence et lui sert du « ma’am » (‘m’dame). Cela est peu-être aussi du au fait qu’elle soit Anglaise (il ne faut pas oublier que l’action se passe à Belfast). Toujours tirée à quatre épingles, le tailleur impeccable, la mine sévère, elle en impose dans ce monde d’hommes, en partie une carapace pour ne pas se laisser trop atteindre par ses enquêtes. Mais pour autant, Stella Gibson n’est pas de marbre! Pour preuve les pulsions sexuelles qu’elle assouvit avec l’inspecteur beau gosse! Mais là encore, elle reste dans la maîtrise. A aucun moment elle ne perd le contrôle, c’est elle qui mène la danse. Et qu’elle assumera ouvertement lorsqu’il le faudra. Car comme elle le souligne, un homme qui couche avec une femme ne pose pas de problèmes, alors pourquoi une femme qui couche avec un homme devrait présenter une différence? Une certaine idée du féminisme!

Le tueur roule en peugeot

En parallèle, on suit la vie du tueur, Paul Spector (Jamie Dornan, le Sheriff Graham de la saison 1 de Once Upon a Time), un monsieur tout le monde (ou presque), père de famille avec deux enfants en bas age et conseiller spécialisé dans l’accompagnement  du deuil malgré un manque notable d’empathie. C’est d’ailleurs sans doute ce côté « normal » qui le rend encore plus inquiétant! Il mène de front sa vie de tout les jours et sa vie de tueur. Quitte à parfois prendre des risques comme dans ce premier épisode ou il passe très près de se faire surprendre en pleine action par une patrouille de police qui passe de manière impromptue au domicile de sa victime.

Car même si il « perfectionne » son mode opératoire, il reste encore approximatif. Notamment auprès de sa famille. Il cache ses trophées dans la chambre de sa fille et va régulièrement les visiter lorsqu’elle dort. Mais la petite fille se rend compte du manège sans pour autant comprendre de quoi il retourne. Pire, elle semble que de manière empathique, elle ressente une partie des émotions de son père, ce qui lui cause des terreurs nocturnes. On sent bien à chaque meurtre qu’il devient « accro » et qu’il ressent un besoin de recommencer. Il tue pour le plaisir de dominer des femmes qui ont mieux réussi socialement que lui, pour la sensation de maîtrise que cela lui procure. La mise en scène qu’il réalise ensuite lui permet de prendre des photos qu’il pourra ensuite revoir. Et oui, il roule dans une vieille peugeot pourrave!

Des seconds couteaux aiguisés

On aurait pu imaginer des seconds rôles mal dessinés vu le peu d’épisodes de cette saison 1, mais il n’en est rien. Dani Ferrington (Niamh McGready), une jeune femme officier de police avec qui Stella a des atomes crochus (sans doute en partie parce qu’elles sont toutes les deux des femmes dans un univers macho). Empathique et consciencieuse, elle prend son métier très à cœur. On retrouve également Archie Panjabi (Kalinda dans the Good wife) dans le rôle de Tanya Reed Smith, le médecin légiste.

Jim Burns (John Lynch), le second du responsable de la police d’Irlande du Nord, un ami de longue date de Stella (même un peu plus visiblement). C’est lui qui a eu l’idée de faire venir Stella pour faire avancer l’affaire. Il subit de fortes pressions politiques et doit composer avec les médias parfois un peu trop curieux. Il a donc une position très exposée! Sally Ann Spector (Bronagh Waugh), une infirmière en néonatalogie, travaille de nuit (ce qui laisse le champ libre à son mari pour aller traquer ses proies de nuit). Très prise par son travail et ses enfants, elle ne semble pas nourrir le moindre soupçon sur la double vie de Paul.

vlcsnap-2013-06-16-15h26m59s203vlcsnap-2013-06-16-15h28m08s157vlcsnap-2013-06-16-15h25m35s149vlcsnap-2013-06-16-15h25m08s126

Mise en abîme

La mise en scène est excellente et s’amuse des parallèles entre la vie de Spector et de Gibson. Ainsi, lorsque Spector met en scène le cadavre de sa victime sur son lit, on a le pendant avec Gibson allongée sur son lit après une séance de sexe très « contrôlée ».

vlcsnap-2013-06-16-15h21m56s249 vlcsnap-2013-06-16-15h22m40s167

Et les scènes de ce genre vont se renouveler assez fréquemment tout au long de la série, insistant ainsi sur la proximité de leur deux vies. Si proches et si loin à la fois! Même si cela va avoir tendance à s’atténuer après l’épisode 3.

Une ambiance à tomber!

La ou la série excelle, c’est sur l’ambiance. Tout d’abord, on a droit à de longues scènes silencieuses, très posées. Comme par exemple lorsque Spector baigne ses victimes et les mets en scène dans une position aussi naturelle que possible. Ce coté précis, méticuleux est mis en scène de manière froide, réaliste, fait froid dans le dos. Bien plus que si l’on avait eu droit à de l’hémoglobine. Cela accentue l’aspect glauque de Spector pour qui finalement tuer n’est pas une finalité, mais un commencement. Car il prend grand plaisir à sa mise en scène, et aux souvenirs qu’il rapporte (photos, mèche de cheveux).

Ambiance à laquelle Gilian Anderson participe également. Elle a toujours ce coté distant et froid dans l’interprétation de son personnage. Cela se traduit par une distanciation vis à vis des gens en général et des autres policiers en particulier. L’actrice de 44 ans a un charme fou qui transparaît à l’écran.

Le tout est bercé par un rythme lent, quasi contemplatif, mais qui ne dérange pas le spectateur qui est comme happé, hypnotisé dans cet univers.

Le mot de la fin

Une excellente série qu’il ne faut pas rater. Des acteurs très bons servis par une mise en scène aux petits oignons! La fin de cette saison 1 finira sur une joute verbale entre Paul Spector et Stella Gibson. La scène résume bien l’ambiance de la série mais ne nous apporte pas vraiment de conclusion, chacune des parties restant sur un constat d’échec. Pour autant, cela laisse une grande marge de manœuvre pour la saison 2 à venir.

Autres Avis :

Label

label_GK_TheFall_S01

Commander sur Amazon :

thefall-DVD thefall-BR

 En commandant le DVD / Blu-ray avec les liens ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

9 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1318 articles

2 réflexions sur « The Fall, Saison 1 »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.