Stranger Things, Saison 1

Jusqu’à maintenant, sans pouvoir vraiment l’expliquer, je n’ai accroché à aucune série Netflix (exception de la série animée « Dragons »)! Est-ce que Stranger Things, la nouvelle série du diffuseur et son ambiance rétro qui fleure bon les 80’s va parvenir à rompre la « malédiction »?

1983, la  ville de Hawking (Indiana), semble figée dans sa routine tranquille. Mais tout va basculer quand le jeune Will Byers disparaît sans laisser de trace. L’apparence paisible de la ville va alors voler en éclats.

les goonies stranger things

Ses amis  Mike (Finn Wolfhard), Dustin (Gaten Matarazzo) et  Lucas (Caleb McLaughlin) sont extrêmement inquiets et partent à sa recherche malgré l’interdiction faite par le shérif  Jim Hopper (David Harbour). Si leurs recherches vont s’avérer infructueuses, ils vont malgré tout tomber nez à nez avec Onze / Elfe (Millie Brown), une jeune fille en blouse d’hôpital, les cheveux rasés et l’air hagard. Mike va alors décider de l’héberger chez lui en cachette de ses parents.

elfe stranger things

Alors que l’enquête peine à trouver du concret et que Joyce Byers (Winona Ryder méconnaissable) semble perdre peu à peu la raison, on découvre un complot gouvernemental, un monstre venu d’une autre dimension et autres bizarreries. Chacun va mener son enquête de son côté et nous faire profiter de ses avancées.

Mon avis

stranger things posterStranger Things joue à fond le côté nostalgique avec cette plongée dans les années 80. Non seulement sur l’ambiance, mais également en « pillant » les grands « classiques » de l’époque. On pensera bien sûr aux Goonies avec la petite bande de copains inséparables (Dustin rappelant furieusement Choco), et même a E.T par la suite avec l’arrivée de Onze dans le rôle de l’alien.. Le logo, les effets de transition au début de l’épisode, tout va vous rappeler cette époque (pour peu que vous l’ayez connue). Je ne vais pas ici détailler tous ces clins d’oeil très (trop?) appuyés, d’autres l’ont déjà fait! D’ailleurs, même la musique est au diapason avec ses compositions qui fleurent bon le synthé, l’instrument omniprésent des 80’s!

Comme un gout de déjà-vu

Du coup, Stranger Things a un côté patchwork assez prononcé. Si cela manque évidemment d’originalité, cela reste malgré tout assez digeste. Suffisamment en tout cas pour une série d’été sans prétention autre que de divertir. C’est un positionnement qui me va bien finalement! Mais cela pourra en bloquer certains qui vont reprocher ce pillage en règle des icônes de notre jeunesse!

Mais un bon cast

Les acteurs sont plutôt convaincants, notamment les plus jeunes qui sont plutôt impressionnants. Mention spéciale à Millie Brown qui incarne de manière très réussie un personnage énigmatique et traumatisé, à mi-chemin entre Ripley (Sigourney Weaver dans Alien) et Takashi, le mutant dans Akira pour le côté pouvoirs. Malgré le peu de dialogues dont elle dispose, elle parvient très bien à faire passer les émotions par ses expressions. Une jeune actrice que l’on va être amenés à revoir à n’en pas douter! Winona Ryder est également surprenante dans son rôle de mère borderline! J’avoue même ne pas l’avoir reconnue d’emblée! C’est en lisant son nom au générique que cela a fait « tilt ».. 🙂

Une écriture limpide et accessible

L’écriture de la série reste globalement claire et simple à suivre. Si beaucoup de questions se posent, on obtient les réponses petit à petit, la trame se dévoilant peu à peu pour révéler les tenants et aboutissants. Tout en n’étant jammais alambiqué ou capilotracté, ce qui est finalement une belle performance pour ce type d’histoire. Un bon point à créditer aux Duffer Brothers, les créateurs encore peu connus de la série. Une fois la saison terminée, tout est clair et aucune zone d’ombre majeure ne subsiste.

Au final

Vous l’aurez compris, à défaut d’être complètement emballé par Stranger Things, j’ai passé un bon moment avec la série qui reste un bon divertissement estival selon moi. La « malédiction » Netflix n’est donc pas totalement levée, mais c’est un premier pas vers la « réconciliation ».. Et alors que la série aurait pu s’arrêter après une saison vu que l’histoire semble clôturée, la scène finale avec le shérif nous indique le contraire.. Ou comment changer la donne avec une gaufre.. 🙂

 

stranger things, saison 1
7 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1274 articles

Une réflexion sur « Stranger Things, Saison 1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.