Solos, Saison 1

Le titre de la série est à double sens! C’est à la fois un « solo » par la structure anthologique et aussi dans le fait que le personnage de chaque épisode se retrouve seul face à lui même (au sens propre comme au sens figuré d’ailleurs). Le tout sous fond de SF, je ne pouvais pas donc rater la série disponible sur Amazon prime!

Les épisodes de la saison 1 de Solos

Episode 1 : LEAH

Leah (Anne Hathaway) est une jeune physicienne brillante. Elle est obsédée par le voyage temporel et tente depuis plusieurs années de percer le secret du voyage dans le temps depuis le sous-sol de la maison de sa mère.

Mais pouvoir connaitre le futur n’est pas sans conséquences. L’épisode est réussi, j’aime bien l’idée de montrer que l’on évolue avec l’âge et que les choix que l’on fait à un instant T pourraient être différents si on avait du les faire à un autre moment. Que nos préoccupations ou nos centres d’intérêts, nos priorités changent.


Episode 2 : TOM

Tom (Anthony Mackie) a une vie parfaite. Mais lorsqu’il apprends qu’il ne lui reste que quelques semaines à vivre, il va faire un choix radical! Laisser un double de lui à sa famille.

Un face à face étonnant, parfois dérangeant vu le contexte. Mais l’épisode ne dispose pas assez de temps pour développer plus ses thématiques (éthiques notamment). Du coup, on est un peu frustré par le « Happy end » final.


Episode 3 : PEG

Peg (Helen Mirren) est une femme âgée qui a décidé de tout plaquer pour se lancer dans un voyage spatial sans retour (et sans destination visiblement). Elle profite de ce voyage pour tenter de se remémorer les moments importants de sa vie, de lister ses regrets et les choses qu’elle aurait aimé faire autrement.

Pas du tout convaincu de l’épisode qui met en scène un contexte travaillé (mais flou) juste pour en arriver à ce « coup dans le rétroviseur » de son protagoniste. Malgré le talent de Helen Mirren, l’épisode tourne à vide.


Episode 4 : SASHA

Sasha (Uzo Aduba) est confinée dans sa maison depuis 20 ans comme beaucoup suite à une pandémie. Son assistant robotique tente de la convaincre qu’il est temps qu’elle sorte enfin de chez elle car elle ne risque plus rien.

Mais rien que l’idée de devoir quitter sa maison rend Sasha hystérique. Entre peur irraisonnée et théorie du complot, impossible de quitter son cocon. Comme l’épisode précédent, on tourne à vide. On dirait une improvisation dans un cours de théâtre. Alors oui, c’est bien jouer (un peu surjoué par moment), mais c’est chiant. Et la chute, hyper prévisible ne viendra pas relever le niveau.


Episode 5 : Jenny

Jenny (Constance Wu) est dans une salle d’attente. Elle rentre d’une soirée déguisée et porte toujours son costume. Mais elle ne se rappelle pas vraiment ce qu’elle fait là. Elle va redérouler la soirée et nous raconter en détail ce qu’elle a fait. Et puis, elle va finir par se rappeler comment s’est terminée sa nuit…

Encore une fois, un monologue pesant, un exercice théatral qui tourne à vide. On s’ennuie très vite en se demandant quelle va être la chute tout en espérant qu’elle parviendra à sauver l’épisode. Sans être totalement renversante, la chute est effectivement réussie même si le monologue laisse échapper des indices ci et là, empêchant la surprise totale.

Et au passage, le contexte futuriste ou ta bagnole fait un scan rétinien pour démarrer mais te laisse conduire bourré, c’est quand même de l’anticipation bas de gamme!


Episode 6 : Nera

Nera ( Nicole Beharie) est seule chez elle, enceinte jusqu’au yeux. Dehors une tempête de neige fait rage. Tout va aller de travers lorsqu’elle va ressentir les premiers signes du travail. Impossible d’appeler une ambulance ou son médecin, les communications sont trop instables.

Après un accouchement épique en solo, les choses vont encore empirer! Son bébé disparait de son berceau. Si on échappe au monologue pesant de certains épisodes, on a par contre le droit à certains poncifs de la SF pas vraiment renouvelés. Ajoutez à cela le format court qui fait survoler l’intrigue, on a un épisode peu inspiré.

Episode 7 : Stuart

Stuart (Morgan Freeman) vis à l’isolement avec d’autres malades d’Alzheimer. Alors que les visites sont interdites, Otto (Dan Stevens), un mystérieux visiteur fait le forcing pour entrer. Une fois en compagnie de Stuart, il sort un dispositif pour régénérer l’esprit endommagé du vieil homme. Mais quel sont les motivations d’Otto? Est-il simplement altruiste ou a-t-il un lien avec Stuart ?

Ah mon dieu, un épisode final qui échappe au monologue! Et qui propose une intrigue assez bien fichu et offre quelque chose de digeste et satisfaisant. Pas un chef d’oeuvre, mais de quoi sortir un peu du lot (médiocre) du reste de la saison.

Mon avis

Ce qui fait le sel (et aussi l’inconvénient) du modèle « anthologie », c’est d’avoir un sujet nouveau à chaque épisode (même si on garde une thématique commune). Du coup, jammais de lassitude, mais le risque de ne pas avoir assez de temps pour exposer une belle idée est souvent en embuscade. Et bien sur, Solos, n’échappe pas à la règle!

C’est parfois réussi (épisodes 1 & 2), mais le plus souvent, ça vire à l’exercice de style légèrement vain. Ajoutez à cela des épisodes ou le personnage est seul et se livre à un monologue, et vous obtenez un ennui poli devant la série.

Malgré mon appétence pour les séries anthologiques (avec les qualités et les défauts inhérents au genre), je ne peux que vous conseiller de passer votre chemin. Allez donc plutôt voir Ted Lasso dont la saison 2 débute!

5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1308 articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.