Métal Hurlant Chronicles, Saison 1

Voici la critique que vous attendiez tous (si, si!) : Métal Hurlant Chronicles! J’ai eu quelques difficultés à voir tous les épisodes, ce qui explique ce délai. Quand j’ai entendu que France 4 diffusait une série de SF française (Métal Hurlant Chronicles donc), cela m’a forcément alléché! Après enquête, je me rends compte que la série est en grande partie internationale (ne serait-ce que pour son casting). Mais on ne va pas faire la fine bouche, ce genre de série étant plutôt hors norme pour l’hexagone!

La série reprends à son compte certaines histoires de BD parues dans le célèbre magazine Métal Hurlant (publié dans les années 70-80) sous forme de court-métrages indépendants tout au long des 6 épisodes de cette première saison. Du coup, on est un peu dans de la SF « old-school » à mon sens. Personnellement, ça me va bien, mais cela risque de ne pas plaire pas à tout le monde.

Vue rapide des épisodes :

  • Épisode 1 : La couronne du roi

Un premier épisode relativement décevant. L’histoire de déroule dans un univers médiéval avec une touche de technologie. Le roi se meurt, et son successeur sera désigné parmi les meilleurs combattants du royaume. Mais le vainqueur ne va pas être celui que l’on croit.
Mon Avis : Dès lors que le vainqueur est attaché sur le trône, l’issue ne fait plus de doute. Tout ça pour ça, c’est un peu dommage..

  • Épisode 2 : Protège-moi

Un épisode bien plus réussi! Ambiance huis clos, puisqu’il va être question de guerre atomique et d’abri anti-atomique. Jennifer (Michelle Ryan) va se réveiller dans l’abri atomique de son voisin un brin inquiétant, Brad Davis (James Marsters, le Spike de Buffy). Il lui explique qu’une guerre atomique a eu lieu et qu’il l’a « kidnappée » pour lui sauver la vie. Mais peut-elle lui faire confiance?
Mon avis : Déjà niveau casting, j’adore! James Marsters toujours aussi bon dans un rôle inquiétant, avec en plus la même voix que celle du doublage de Buffy, c’est appréciable. Michelle Ryan que je n’avais pas vue depuis « Bionic Woman » et « doctor who ». Toujours aussi charmante.. Alors que je voyais la chute venir grosse comme une maison, mes pronostics ont été balayés par une chute excellente!

  • Épisode 3 Partie 1 & 2 : Lumière rouge / Réalité glaçante

Deux histoires en un seul épisode. Lumière rouge joue sur l’ambiance et un coté huis clos avec un prisonnier enfermée dans une cellule avec une lumière rouge obsédante. Encore une fois, c’est la chute qui marque! Dans le deuxième épisode, dans un futur lointain, un caisson cryogénique contenant un humain du 20ème siècle encore vivant est retrouvé.
Mon avis : Le premier épisode est intéressant, avec une ambiance oppressante, renforcée par cette unique lumière rouge, et le rêve de liberté du prisonnier dans la cellule qui parle à chacun. Sauf que la chute nous amène à une conclusion bien différente de ce que l’on pouvait s’imaginer! Le deuxième épisode est plus classique, avec un message un peu passe partout et pas très original : le futur, c’est pas bien! La terre est surpeuplée et les gens sont devenus complètement déshumanisés. Mouais, c’est pas celui-là qui me laissera le meilleur souvenir.

Les soldats de la deuxième partie m’ont toute suite fait penser à ceux de Jin-roh, la ressemblance est assez frappante :

  • Épisode 4 : Oxygène

Un vaisseau militaire est percuté et détruit par le métal hurlant. Seul une petite navette échappe à la destruction. A son bord, deux militaires et un ingénieur (Dominque Pinon). Malheureusement, la navette est endommagée, et les réserves d’oxygène fuient. L’air ne sera pas suffisant pour trois personnes d’ici à l’arrivée des secours…
Mon Avis : Autant, je trouve certains épisodes un peu court, autant celui-ci « délaye » bien trop l’intrigue. Je pense que sur 5 ou 10 minutes, l’épisode aurait été bien plus pertinent. Le coup de la Capitaine « sado-maso » n’apporte rien à l’histoire, mais vraiment rien du tout (à part faire de l’œil au spectateur masculin!). Quand à la chute, elle est par trop invraisemblable pour qu’on y adhère!

  • Épisode 5 : Les maîtres du destin

On suit les péripéties d’un mercenaire (Joe Flanigan, vu notamment dans Stargate Atlantis) qui suite à la mort de son partenaire, décide de se mettre en quête de la planète des «Tortues Sapiens» (des cousines des tortues ninjas) aussi appelée planète des «Maîtres du destin». Car selon la légende, ils ont la capacité à prédire la date de votre mort. Il trouvera la réponse à sa question et bien plus encore!!
Mon Avis : Sympa de retrouver Joe Flanigan en vieux routard de l’espace mais avec un coté sombre. Quand à Kelly Brook, je ne la connaissais pas, mais elle est plutôt canon! En plus, faut dire que son costume met très en valeur ses attributs. La fin manque un peu de surprise, c’est dommage!

  • Episode 6 : Le serment d’Anya

Une fois de plus, les anciens ont reçu une alerte : un démon s’est échappé et il s’apprête à sévir sur Terre. Ils vont envoyer leur meilleur guerrier (Gregory Basso, le Greg de la télé-réalité) sur terre. Il devra pour cela franchir les dimensions qui le sépare de la terre grâce à la « divine épée » et se mettre en quête du démon présent sur terre, dirigé par son maître (Rutger Hauer). Mais les démons peuvent prendre des visages des plus inattendus..

Mon avis : un « greg le millionnaire » méconnaissable en guerrier impitoyable, dirigé par un Rutger Hauer toujours aussi impérial, voila un casting pour le moins étonnant. J’avoue eu du mal à reconnaître l’ancien candidat de télé-réalité, à la fois parce que son apparence physique est pas mal modifiée et que visiblement, il a été doublé en VF avec une voix qui n’était pas la sienne! Dommage que la chute soit finalement assez prévisible dès que le guerrier se retrouve en face du « démon »..

Interview du réalisateur Guillaume Lubrano, à propos du cating :

Le casting de Métal Hurlant Chronicle par son réalisateur Guillaume Lubrano

Mon Avis

Petit rappel sur les origines de Métal Hurlant..

A l’origine du magazine Métal Hurlant, Jean-Pierre Dionnet, jeune critique et scénariste de bande dessinée, en association avec ses amis auteurs Philippe Druillet et Mœbius. Ils fondent ensemble les Humanoïdes associés, qui va éditer le magazine. Le premier numéro va paraitre en Janvier 1975. Ce sera un laboratoire d’idées pour la BD de SF, accueillant à la fois des artistes déjà reconnus (comme Alexis, Marcel Gotlib, Nikita Mandryka, Jacques Tardi, Enki Bilal, Caza, F’Murr, Jean-Claude Forest,..) et d’autres en devenir.

J

e salue la « prise de risque » d’un tel projet! Déjà la thématique SF est en soit une prise de risque! Le format est également particulier. Certes on reste dans une durée standard de 20 minutes, mais le format « sketches » qui n’ont aucun liens entre eux est assez rare. Ce type de format a été pas mal employé dans le « passé », je pense à des séries comme Twilight zone, Au-delà du réel ou Les Contes de la crypte, qui ont fait les belles heures de la télé de fantastique et de science fiction. Mais dans le PAF contemporain, ce format détonne. D’un autre coté, la série s’appuie sur la renommée du magazine Métal Hurlant (et également de son pendant US « Heavy Metal ») et le nombre d’épisodes produits est extrêmement réduit (un galop d’essai??), de quoi convaincre des producteurs de prendre le risque!

Comme je le disais également, les thèmes sont plutôt de la SF « old-school », que moi j’apprécie car j’ai lu pas mal de SF de ce type. Après on apprécie ou pas ce genre, qui est parfois plus de l’anticipation (comme l’épisode 2) que vraiment de la SF. Mais peu importe, je suis client quand même! On est pas dans la SF US, version « glamour » avec moult effets spéciaux qui ébahissent le spectateur. Ici, peu voir pas d’effets spéciaux pour certains épisodes. On est avant tout au service d’une histoire, pas pour épater la galerie.

Forcément, dans ce genre d’exercice proche du court métrage, le niveau entre les différents épisodes est variable. On peut passer du moyen au très bon d’un épisode à l’autre. Les thématiques étant également différentes, on peut plus ou moins adhérer à l’univers proposé en fonction des épisodes. Mais c’est un pré-requis qu’il faut savoir accepter! Par contre, j’ai trouvé que les histoires sur dix minutes (cf les deux histoires de l’épisode 3), ça fonctionne pas aussi bien. Je veux dire par là que la durée ne permet pas de développer aussi bien l’histoire que sur 20 minutes. J’ai à ce titre trouvé l’histoire de « réalité glaçante » un peu vaine et inutile.

L’écueil auquel se heurte la série, c’est que tout est misé sur la chute. Quand elle est réussie, on applaudi des 2 mains, par contre quand elle l’est moins, on se dit « tout ça pour ça! ». Le format de la BD est en ce sens difficilement transposable en série. Trop éloigné des « canons » sériesque actuel. Tout comme le coté SF old-school de certains épisodes (je pense à l’épisode 1 & 6 par exemple). Je me dis que quitte à faire de la SF à la française, il eu peut-être mieux valu partir sur une autre base que Métal Hurlant. Certes, cela permet de bénéficier du nom que tout le monde ou presque connait, mais au final, je crains que cela ne satisfasse personne (les fans de la BD comme ceux qui ne la connaissent pas).

J’espère que cela ouvrira la voie à des projets similaires avec pour thème la SF! J’attends quand même de voir la saison 2 (qui à priori est déjà commandée) pour voir si le tir est en partie corrigé (sachant que le format porte intrinsèquement les soucis que j’évoquais plus haut dont il sera difficile de s’affranchir). Peut-être qu’un meilleur choix dans les histoires disponibles permettra d’améliorer également les choses..

Dernière point, un carton rouge pour l’heure de passage plus que tardive!! A quoi ça sert de faire des séries qui sortent de l’ordinaire, si c’est pour les passer à des heures ou seuls les noctambules sont encore debout?? C’est s’assurer des mauvais chiffres d’audience directement.. Il y a la télé de rattrapage me direz-vous, mais la qualité pour France 4 est vraiment très mauvais, c’est tout pixelisé!!

Et vous, vous êtes-vous laissé tenter par Métal Hurlant Chronicles en bon fan de SF??

Acheter sur Amazon :

Édition DVD  /  Édition Bluray /    Coffret Collector

Le coffret collector m’a l’air bien sympathique, j’ai contacté l’éditeur pour en avoir un, ça suit son cours.. Je vous en reparle bientôt j’espère!

 En commandant le DVD / Bluray avec les liens ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

6.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1277 articles

5 réflexions sur « Métal Hurlant Chronicles, Saison 1 »

  1. Je trouve cette première saison correcte.
    Les 3 derniers épisodes sont les meilleurs à mon avis.

    Par contre je trouve le 2 horriblement long, lent, qui tire en longueur … c’est pour moi le plus mauvais à tous les points sauf celui (comme tu le précisais) du dénouement qui a réussi à me surprendre.

    Vivement la saison 2.

    J’ai également apprécié le doublage français qui garde les voix des acteurs connus dont (car Stargate Atlantis est ma série préférée) joe flanigan ; même si j’aurais aimé qu’il parle lui même en français car il pratique très bien notre langue. C’est le cas de l’acteur Jamie Bamber (Lee Adama, « Apollo » pour les intimes, de la série Battlestar Galactica) dans le film « Un jour mon père viendra » avec Gérard Jugnot, Olivia Ruiz, François Berléand, … )

  2. Bonjour Aris,

    Encore une fois, tout est question de perception! Moi j’aime bien le 2, sa « lenteur » colle bien à l’histoire. j’espère également une (meilleure) saison 2!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.