Firefly : la série et le film (Serenity)

Après avoir vu « The avengers » , je me suis dit qu’il fallait creuser l’œuvre de Joss Wedon. J’avais déjà suivi Buffy et son spin-off Angel dans ma « prime jeunesse », vu Dollhouse il y a quelque temps déjà, il ne me restait plus que Firefly (diffusée en 2002), série malheureusement arrêtée après seulement 12 épisodes. Mais le succès auprès des fans est tel qu’un film (Serenity) est produit et lancé uniquement en vidéo en 2005. La série est un mélange de space opéra mâtiné de western, un genre inédit dans une série. Par contre, la filiation avec l’animé « cowboy Bebop » , sorti quelques années auparavant me parait plus que marquée. La série mérite-t-elle son statut de série culte?


E

t passé la bataille qui sert à introduire les personnages, les similitudes avec Cowboy Bebop sont assez frappantes. L’équipage du Serenity (un vaisseau de la classe Firefly) n’est pas chasseur de prime comme celui du Bebop, mais contrebandier, en tout cas, ils sont clairement l’un et l’autre en marge de la loi et cherchent à éviter les représentants de l’ordre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux équipages ont à faire face à des galères et problèmes de manière assez courante!

Voyons maintenant les similitudes au niveau des personnages : Malcolm Reynolds dit « Mal » (Nathan Fillion que l’on retrouvera plus tard dans le rôle de Castle dans la série éponyme), est le capitaine du Firefly (le vaisseau qui ressemble à une luciole, « Firefly » en anglais, notamment avec son réacteur allumé qui fait ressemble de manière assez frappante à la partie lumineuse de la luciole), est un ancien militaire alors que Spike Spiegel, le héros de Cowboy bebop est un chasseur de prime et ancien membre d’une triade, les dragons rouges.

Jayne Cobb, le mercenaire peut être rapproché de Jet-Black, l’ancien flic taciturne. La mécanicienne, Kaywinnet Lee dite « Kylee » (Jewel Staite) est l’alter ego de Ed, la jeune hackeuse de l’équipe du Bebop. Même si leurs fonctions ne sont pas tout à fait similaires, mais elles ont le même coté fantasque et naïf. On pourrait également penser que River est calquée en partie sur Ed (pour le côté génie et barge à la fois). Le personnage de Faye Valentine, se retrouve à la fois dans celui de Zoe Washburne (Gina Torrès), le second de Mal, pour son coté femme forte qu’il vaut mieux pas « chatouiller ». Car Gina seconde Mal même dans les bagarres! Pour le coté sexy de Faye, il faut plutôt regarder du côté de la « dame de compagnie » Inara Serra (Morena Baccarin, vue dans V et dernièrement dans Homeland).

Je vais m’arrêter là pour les similitudes du côté des personnages! D’autant que tout le monde ne rentre pas des les « cases »! Ainsi le pilote de serenity, Hoban « Wash » Washburne (Alan Tudyk vu dans DollHouse) ne m’évoque aucun personnage de l’animé. Toujours de bonne humeur et prêt à blaguer, c’est aussi le mari de Zoe.

Mais question ambiance, on est proches aussi, car malgré l’ambiance futuriste, les désaccords se règlent plutôt à coup de colts que de pistolets laser par exemple! Néanmoins, ce mélange de genre déjà agréable dans Cowboy Bebop, est également plaisant dans la série et lui apporte un cachet indéniable! On peut également rajouter la musique comme point de concordance. Là ou Cowboy beebop nous transporte dans un univers musical riche, à la fois jazzy et country (sans doute une des meilleures bande sonore d’animé jamais écrite), Firefly reste plus classique en ne gardant que le côté country, mais cela permet de donner encore un peu plus d’épaisseur à l’univers comme un rappel à l’époque du « Far West ».

L’équipage est rejoint dans le pilot par le docteur Simon Tam (Sean Maher) qui fuit avec sa sœur River (Summer Glau) les forces de l’alliance. Car River, qui a été enlevée par l’alliance qui a fait sur elle de nombreuses expériences, et Simon a dû utiliser sa fortune et ses relations pour arracher des griffes de l’alliance sa sœur. Mal qui on le sent ne porte pas l’alliance dans son cœur décide de les garder tous les deux à son bord, en disant qu’un médecin à bord, ça peut toujours servir.

Le dernier passager, le pasteur Derrial Book (Ron Glass). Mal n’est visiblement pas très croyant et ne se montre pas forcément très accueillant, mais les finances du firefly étant ce qu’elles sont, un passager payant, ça met du beurre dans les épinards! Car c’est ça qui fait aussi le charme de la série, on est dans le concret, je dirais même presque le « réel », car l’équipage se défonce pour des missions souvent foireuses et peine ne serait-ce qu’à payer le carburant pour le firefly! A côté, Star Wars, c’est presque le monde des bisounours!

Reste que « Mal » est un personnage complexe et difficile à saisir. Son sens de l’honneur le mène souvent dans des impasses ou des situations compliquées. Cela le mène à refuser des missions même une fois accomplies! Ce qui en général le mène à un conflit avec son employeur (épisode 3), ou un duel à l’épée lorsqu’il s’agit de défendre l’honneur d’Inara (épisode 5).

Mais pourtant, tout son équipage fait front derrière lui quelques soient la situation. Il faut dire que tout ce beau monde forme une famille très unie malgré leurs disparités!

 

Mon Avis

L

‘ambiance « Far West » est la bonne idée de la série, à la fois pour le décalage avec le coté space opéra et la proximité que cela inclus avec le spectateur (on connait tous l’univers far west). Ce mélange fonctionne parfaitement dans Cowboy Bebop, mais aussi ici, on est tout de suite dans l’ambiance! Parfois, on se demande quand même si ce parti pris n’est pas là également pour faire du space opera à moindre cout.. Ben ouais, 3 chevaux, deux colts et des fermes, ça coute pas cher en décors!! Par moment, on sent un peu le manque de moyens dans les décors.

Pour continuer dans les comparaisons, j’ai également pas mal pensé à Farscape pour le coté équipage dépareillé mais qui au final forme un groupe très uni. Car sur Serenity, tout le monde mange ensemble « à la bonne franquette » et dans la bonne humeur, ce qui n’empêche pas un respect de la hiérarchie (contrairement à Farscape), lorsque que Mal donne un ordre, on obéit, même si cela déplait parfois. Jayne en fera l’amère expérience lorsqu’il tentera de placer un coup bas. Nathan Fillion campe un Mal convaincant, droit dans ses bottes, pleins de principes, un peu cassant parfois (son coté ancien militaire), qui dit comme ça, pourrait passer pour un type pas très recommandable. Mais son leitmotiv, qui lui vaut la fidélité de son équipage, c’est qu’il ne laisse tomber personne de son équipage. Quand bien même il devrait se mettre en danger, ou même si la personne en danger est Simon ou River (qu’il ne porte pas tout à fait dans son cœur). De quoi évidemment susciter une fidélité à toute épreuve de l’équipage de Serenity envers son capitaine. Ça me donnerait presque envie de re-tenter de me mettre à la série castle (c’est dire!!)… Morena Baccarin est plutôt sexy dans son rôle de « courtisane » même si ses traits son plus « poupins » (elle a tout juste 23 ans lors du tournage de la série), son physique (très agréable) est en tout cas plus mis « en valeur » que dans les autres séries ou je l’ai vue (V et Homeland).

Et puis l’univers semble sympa, même si il n’est pas toujours décrit en détail : la « caste » des compagnes, l’alliance et sa main mise sur l’ensemble des planètes,.. Bref, il y avait matière à poursuivre! En tout cas, une série à voir pour les fans de SF!

Pour la petite histoire, on voit passer certains des acteurs de desperate housewives en méchants flics de l’alliance :

Et vous, qu’en pensez-vous? Firefly est-il la version « live » de Cowboy Bebop? Ou les différences sont-elles suffisamment marquées pour en faire un univers à part entière?

Autres Avis:

Le film Serenity

L
a série étant restée inachevée, un film est sorti (directement en DVD) sous la pression des fans pour mettre un vrai terme à la série. Car beaucoup de questions restent sans réponse à la fin de la série : qui est en réalité le pasteur qui semble cacher beaucoup de secrets, qu’a t-on fait à River et de quelles capacités est-elle pourvue, les non-dits entre Mal et Inara vont-ils en rester là? Autant dire que beaucoup d’attentes reposent sur le film d’une durée de 2 heures (119 minutes pour être précis!). Après une introduction assez habile qui se permet le luxe de s’adresser à ceux qui ne connaissent pas la série en leur présentant les personnages, mais aussi ceux qui ont suivis la série d’en apprendre un peu plus, on découvre que le film n’est pas tout à fait la suite de la série. Certains éléments ont changés, de façon subtile, comme le caractère de Simon (beaucoup plus coléreux et prompt à l’action) ou celui de Mal (encore plus cynique et autoritaire) ou de façon plus arbitraire, comme l’agent spécial vu dans le dernier épisode de la série alors que personne ne le connaît dans le film. Quoiqu’il en soit, ce sera l’occasion d’obtenir une partie des réponses suscitées par la série… Car encore une fois, l’équipage du serenity va foncer tête baisser dans les ennuis et va devoir affronter l’élite de l’alliance…

Coup de gueule par contre sur la VF! Certaines des voix ont été changées entre la série et le film, des traductions également (le pasteur appelé « sheppard » dans la série devient « padre » dans le film), ou encore des expressions qui font marrer des fans de SF (genre le « terraformatage »). Bref, cela ne m’a pas gâché mon plaisir, mais ça m’a mis un peu les nerfs!

Mes Labels

Commander sur Amazon


 En commandant le DVD / Bluray avec les liens ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

9 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1275 articles

3 réflexions sur « Firefly : la série et le film (Serenity) »

  1. J’adore cette série et même si j’aime aussi beaucoup Cowboy Bebop, je trouve Firefly plus fouillé. En tous cas pour moi, il n’y a pas vraiment de comparaison à faire entre les deux. Ce sont deux séries excellentes! Elles se ressemblent mais c’est souvent le cas dans les séries dans l’espace (je trouve).

    1. Salut,

      Je trouve quand même la ressemblance assez étonnante, vu que la thématique est quand même pas si courante.. Après, je ne fais pas de procès d’intention, j’aime bien aussi les deux univers..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.