Farscape, Saison 1

Farscape, C’est une série que j’avais depuis longtemps dans mon planning, mais que j’ai tardé à démarrer. J’avoue que l’intégration de marionnettes est un facteur qui m’a par exemple un peu freiné. Bref, mon planning étant en panne de série SF, je me suis donc lancé et je ne le regrette pas!

L

‘histoire débute sur terre, avec un astronaute terrien, John Crichton (Ben Browder, que l’on retrouvera quelques années plus tard dans le rôle du lieutenant Colonel Cameron Mitchell dans Stargate SG-1), qui se trouve pris dans un vortex lors du vol experimental Farscape. A son réveil, il constate que le vortex l’a amené dans un endroit de l’univers inconnu de l’humanité. Mais qui n’est pas désert pour autant car il se retrouve au milieu d’un affrontement entre les pacificateurs (une race de guerriers qui domine cette partie de l’univers) et un groupe de prisonniers évadés.

Un vaisseau pacificateur va d’ailleurs le heurter et se crasher suite à cette collision. John ne le sait pas encore, mais cela va déclencher la colère du frère du pilote, le capitaine Bialar Crais qui ne va avoir de cesse dès lors de le traquer. John sera recueilli dans le vaisseau des prisonniers, un astronef de type Leviathan nommé Moya. Et si le vaisseau a un nom, ce n’est pas pour rien, car elle est vivante (le féminin est important pour la suite), c’est un hybride bio-mécanique. Mais Moya ne possédant pas de voix pour s’exprimer, elle s’exprime par le truchement de Pilote, un extraterrestre qui vit avec elle en symbiose et qui comme son nom l’indique est le pilote. Mais Crichton n’est pas au bout  de ses surprises, car le reste de l’équipage est tout aussi surprenant!

Il y a d’abord l’Officier Aeryn Sun (Claudia Black, que l’on retrouvera également dans Stargate SG-1 dans le rôle de Vala Mal Doran), une pacificatrice qui a aidée Crichton et qui a du fuir avec lui pour ne pas être tuée. Malgré son apparence humaine, elle est un sébacéenne, un race humanoïde très proche des humains, si ce n’est qu’ils sont incapables de réguler leur température lorsqu’il fait chaud (ils ne transpirent pas). En clair, si ils fait trop chaud, une mort lente et atroce leur est réservée. Au départ agressive et renfermée (normal, elle est quand une pacificatrice), mais notamment grâce au contact avec Crichton, découvrira que la vie de pacificatrice n’était pas si bien que cela. Sa relation avec Crichton est compliquée, car on sent bien une certaine attirance entre les deux malgré qu’ils s’en défendent mutuellement!

Vient ensuite Ka D’Argo (Anthony Simcoe), un guerrier Luxan avec un coté un peu bestial. Il part au quart de tour et n’apprécie pas du tout Crichton qu’il considère comme un sauvage ignorant! Il faut dire à la décharge de ce dernier que chaque jour est une découverte pour lui (en terme de technologie, de races nouvelles rencontrées,..) et qu’il a du mal à tout assimiler. Il était injustement prisonnier des pacificateurs, accusé à tort d’avoir tué sa femme. il ne se quitte jamais son arme, une épée qalta qui à la particularité de pouvoir également tirer. C’est un guerrier pure souche, il fonce d’abord et pose les questions après! Mais au fil du temps, il finira par s’adoucir et se lier avec ses compagnons d’infortune. Son sens de l’honneur fait qu’il n’abandonne jamais ses camarades lorsqu’ils sont en fâcheuse posture.

Il y a également la prêtresse Pa’u Zotah Zhaan (Virginia Hey), une créature humanoïde bleue  qui appartient à la race Delvienne. Voila un personnage ambigu et mystérieux qui réserve bien des surprises. Son statut de prêtresse et ses manières posées lui confèrent une attitude non violente, mais en creusant un peu on découvre un être tourmenté qui a du composé par le passé avec la violence et qui possède des pouvoirs psychiques plutôt puissants. C’est elle qui apprendra à Crichton à faire preuve de patience devant tous les mystères qu’il découvrira et qu’il sera frustré de ne pas pouvoirs tous les appréhender aussi vite qu’il le souhaiterait. On découvrira aussi que les Deviens ne sont pas une espèce animale, mais végétale! Hé oui, la bleue est une plante comme dirait Crichton!

Critique Farscape saison 1Reste le Dominar Rygel XVIe, le monarque Hynérien déchu. Haut comme 3 pommes et très souvent perché sur un trône volant, ce dernier a gardé l’habitude d’être servi et respecté, même si depuis qu’il a été chassé du trône, il n’est plus qu’un prisonnier en fuite! Plutôt antipathique au premier abord, on découvrira un personnage qui n’est pas aussi mauvais qu’il veut bien le faire croire et qui parfois peut se révéler utile à notre bande. Mais son coté chapardeur et grande gueule leur vaudra également parfois quelques soucis dont ils se seraient passer! D’ailleurs Crichton passe son temps à l’affubler de surnom peu flatteurs (genre « gros tas »)! Vous l’aurez compris, c’est un peu le souffre douleur du vaisseau, mais c’est surtout parcequ’il le vaut bien!

Critique Farscape saison 1Enfin, l’équipage est rejoint en cours de saison par Chiana (Gigi Edgley), une nébarie fantasque et un peu timbrée sur les bords! Mais, elle aussi, au contact des autres apprendra à leur faire confiance et à s’intégrer peu à peu au groupe. Ainsi, la petite voleuse rebelle va finir par devenir un compagnon de voyage à part entière et quelqu’un sur qui l’on peut compter.

Voila donc cette famille « recomposée » va naviguer de planète en planète en essayant de ramener chacun chez lui, tout en évitant les pacificateurs, au premier rang duquel le capitaine Bialar qui cherche sans répit à venger la mort de son frère. Mais un danger plus grand encore semble guetter Crichton en la personne de Scorpio, un haut gradé pacificateur qui semble s’intéresser de près aux vortex comme celui que ce dernier à traversé pour arriver dans cet univers…

Le générique qui place bien la situation :

Farscape Intro (French)

Mon avis

U

ne vraie bonne série de SF! Les personnages sont complexe et bien décrits (on pense avoir au début des stéréotypes « classiques », mais on découvre bien vite qu’ils ne sont bien plus que cela). Les scénarios sont originaux et surprenants, on est assez loin des poncifs habituels la plupart du temps (le vaisseau qui accouche, c’est quelque chose!!). D’ailleurs la série justement ne  va pas dans les chemins balisés! Rien de manichéen, le méchant d’un jour peut devenir l’allié du lendemain (à défaut de l’ami!). Bref, tout cela se veut réaliste autant que possible, vu que l’on est dans un univers SF quand même. Car même si en l’occurrence, on ne peut pas parler de nature humaine pour l’équipage de Moya, c’est quand même de cela qu’il est question dans un certain nombre d’épisodes (comme par exemple celui ou ils acceptent de couper un bras à pilote en échange d’une carte pour pouvoir rentrer chez eux). On n’est pas non plus dans un traité philosophique, cela reste du (bon) divertissement!

Un point que j’apprécie également, c’est le coté à « l’ancienne » (et je ne parle pas du format 4/3 de la série). Je veux parler par exemple de l’emploi des maquillages très réussis (Zhaan, D’Argo,..), des marionnettes (Pilote, Rygel) plutôt que d’un usage effréné d’infographie qui a toujours l’inconvénient d’avoir un coté froid à mon sens. Pour autant, l’usage d’infographie est tout de même présent, mais réservé aux vaisseaux (et de meilleure qualité de ceux de Babylon 5 tournés seulement quelques années plus tôt). Même si cela a été fait pour des raisons de budget ou de limitations techniques.

Les acteurs sont aussi parti prenante dans cette réussite. Au premier plan,Ben Browder en humain dépassé mais qui sait rester positif en toutes circonstances, avec un sens de l’humour qui mettra du temps à s’imposer.. On s’attache très vite à la petite bande qui finit par devenir une vraie famille, chacun veillant sur les autres. Même Rygel qui ne voudra jamais l’avouer.

Il y a également ce petit coté « Ulysse », avec Crichton, perdu loin de chez lui et qui rencontre un bestiaire digne de la mythologie grecque tout au long de son périple (le généticien fou de l’épisode 9 ou le calcivore de l’épisode 21 par exemple) . Une adaptation moderne que n’aurait sans doute pas renié Homère!

Autre Avis:

Cover et Labels

Farscape saison1 Intégrale Covers & Labels Farscapelabel Farscape Saison 1 1 150x150 Intégrale Covers & Labels Farscapelabel Farscape Saison 1 2 150x150 Intégrale Covers & Labels Farscape

Acheter sur Amazon :

En commandant le DVD / Bluray avec les liens ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

9 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1295 articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.