Brooklyn Nine Nine, Saison 1

L’année passée, j’ai boudé Brooklyn Nine Nine suite aux mauvaises critiques que j’ai pu lire sur la série. Mais comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, en lisant un article sur la saison 1 chez Cinecomeca, je me suis dit qu’il fallait au moins que je jette à coup d’oeil à cette comédie.  Et du coup, je me suis fait un rattrapage version « binge » de la première saison. Non pas que la série soit géniale, elle est simplement plaisante, mais parce que finalement j’ai été moi même surpris d’autant apprécier une série avec des personnages aussi caricaturaux et peu originaux! Je profite du démarrage de la saison 2 hier soir pour vous parler de cette première saison!


P

remier point positif, la comédie se déroule dans un commissariat de police situé à Brooklyn, alors qu’habituellement, c’est plutôt le décor pour des séries policières « sérieuses » du genre de The Shield. Malheureusement, les bonnes surprises vont s’arrêter là! Car très vite, on va découvrir une galerie de personnages tous plus caricaturaux les uns que les autres! On commence avec Jacob « Jake » Peralta (Andy Samberg), un jeune inspecteur plutôt doué, mais avec l’age mental d’un enfant de 5ans! Il fait des blagues qui tombent souvent à plat, refuse toute forme d’autorité et déteste rédiger des rapports (sans doute en partie parce que son orthographe est loin d’être bonne)! Un comportement qui serait dû à une enfance particulière et difficile (snif). Un de ses grands plaisirs, c’est de taquiner sa collègue, l’inspecteur Amy Santiago (Melissa Fumero)! Dotée d’un esprit de compétition acéré, elle ne va avoir de cesse que de se mettre en concurrence avec Jack. Mais elle aussi est un peu « borderline », très ambitieuse (mais un peu maladroite), elle ne cesse de jouer les lèches bottes auprès du nouveau capitaine qui n’en a que faire!

brooklyn nine nine brooklyn nine nine

Il faut dire que le  Captaine Raymond Holt (Andre Braugher) est difficile à cerner! La mine sévère, l’homme est peu enclin à rire, et encore moins des mauvaises blagues potaches de Jack. D’autant qu’il est là pour démontrer qu’il est à la hauteur! Il attends depuis très longtemps un poste à la hauteur de ses capacités, mais son coming-out précoce a visiblement été un énorme frein à sa carrière! Mais il va pouvoir compter sur l’aide du chef d’équipe de la brigade, le sergent Terence Jeffords (Terry Crews), un colosse bodybuildé  à la carrure impressionnante! Mais malgré son physique impressionnant, il cache une sensibilité à fleur de peau qui le tient loin du terrain, ce qui ne l’empêche pas de bien connaître son équipe. Car il y a encore quelques cas!

brooklyn nine nine brooklyn nine nine

brooklyn nine nineIl y a l’inspecteur Rosa Diaz (Stephanie Beatriz), la mine peu avenante, un côté garçon manqué, c’est une vraie bombe à retardement! Incapable de comprendre les rapports sociaux et les autres, elle est également très soupe au lait et s’ennerve très vite! Dans ces cas-là, mieux vaut ne pas rester près d’elle! Les ordinateurs et autres jouets technologiques vont souvent subir les foudres de ses colères. On a également le contraire de Jack en la personne de l’inspecteur Charles Boyle (Joe Lo Truglio). Pas un flic d’instinct, c’est un vrai bosseur. Cultivé et un peu précieux, il aime la nourriture (il tient un blog sur les pizzerias de Brooklyn). Il a aussi le béguin pour Rosa! Pourtant, Gina Linetti (Chelsea Peretti), l’assistante du poste 99, un brin fainéante et acerbe, ne cesse de lui répéter que ce n’est même pas la peine d’y penser!

brooklyn nine nine brooklyn nine nine

Vous l’aurez compris, Brooklyn Nine Nine, c’est le poste de police le plus loufoque de la télé!

Brooklyn Nine Nine : 99% de poncifs & 1% d’originalité

N

on content d’avoir des personnages plutôt caricaturaux, rien n’est fait pour arrondir les angles de ce côté là au cours de la saison puisque l’intrigue et les gags sont basés en grande partie dessus. Seul Andre Braugher tire son épingle du jeu dans son rôle du capitaine un peu coincé. Il faut dire qu’il vaut mieux garder ses distances pour tenir une pareille équipe de bras cassés. Après, on essaie quand même de nous en remettre une couche avec le conjoint du capitaine qui dit que Holt est très drôle, mais ça passe moyen. Il est là pour du résultat, pas pour se poiler avec ses hommes.

Si on prête un peu attention, le personnage de Rosa, c’est l’extraterrestre de service, le Spock de Star-Trek, le Sheldon Cooper de The Big Bang Theory, bref le procédé du personnage décalé, n’est pas tout à fait nouveau! Je ne vais pas m’appesantir non plus sur les contrastes hyper clichés comme le balèze hyper sensible, le fait que Jack soit un flic né qui ne bosse pas alors que Charles n’a aucune intuition de flic, mais qu’il bosse pour compenser. Le duo principal Jake / Amy dans la ligne droite du buddy-movie : « mal assorti mais super bon potes en devenir ». Pas vraiment de sens de la mesure ou de réalisme. Du côté des intrigues, on voit venir la trame grosse comme une maison! Outre le fait que Jack va finir par réussir (plus ou moins) à amadouer le capitaine, on voit le rapprochement impossible entre Rosa et Charles arriver inexorablement, sans parler du fait que Jack en pince pour Amy (au demeurant, Melissa Fumero est charmante) et que si il passe son temps à lui chercher des noises, c’est sa manière (puérile) de lui signifier son intérêt. Dans le genre, psychologie de bas étage, la série se pose là!

Mais de manière un peu surprenante, on finit par s’attacher à cette bande de bras cassés, malgré leurs défauts et l’approche simpliste dont font preuve les scénaristes sur la trame globale. Sans être hilarante, la série reste relativement drôle (pour peu que l’on sache apprécier l’humour potache et bon enfant) et on passe plutôt un bon moment en compagnie du poste 99.Comme quoi, une bonne « mécanique » peu suffire à attirer des spectateurs! Me semble bien que je viens de trouver un second guilty pleasure après The 100! Car honnêtement, le Golden Globe de la meilleure série télévisée comique remporté par Brooklyn Nine Nine n’est absolument pas justifié à mon sens!

[amazon_link asins=’B00NMY68AW’ template=’grille3′ store=’chezmat-21′ marketplace=’FR’ link_id=’392cff0f-d975-11e6-95a8-bde2ce754111′]

En commandant le DVD avec le lien ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

rwp-review id= »0″]

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1277 articles

2 réflexions sur « Brooklyn Nine Nine, Saison 1 »

  1. La fin de ton article résume très bien ce que j’en pense. Les personnages et les acteurs qui les jouent, restent très attachants et ceux dès les premières minutes de la série. Et la série est drôles sans que ce soit du très haut niveau mais ça marche très bien sur moi. D’ailleurs, le premier épisode de la saison 2 est un des plus drôles pour ma part. Ca n’augure que du bon pour la suite!! =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.