SUICIDE SQUAD

«Fuck Marvel!!!» dixit David Ayer à la première de son «Suicide Squad», un David Ayer chauffé à bloc par un public acquis à la cause DC pour ce deuxième long métrage super héroïque de l’année pour la Warner après le très clivant «Batman V Superman». Il faut reconnaître que le marketing autour du projet réunissant des super-vilains a fait fort par son omniprésence médiatique à travers une bande-annonce sur fond de Queen, des vidéos d’introduction sur chaque personnage par forcément connu du grand public, mais aussi la promesse de caméos dont un nouveau Joker par un Jared Leto qu’on nous a vendu comme très investi dans le personnage.

L’heure de la sentence a sonné, les geeks du monde d’entier ont compté les jours, puis les heures avec la sortie de «Suicide Squad», la guerre des fans DC/Marvel faisait déjà des ravages à la veille de la sortie du film : ça sent le souffre, le sang et le fan service!!!

Suicide_Squad (1)

«Suicide Squad»: suite au décès de Superman, le gouvernement, représenté par Amanda Waller, décide de réunir des criminels aux capacités hors-normes en cas de nouvelle menace métahumaine.

NOUS AUSSI, ON EST DES GENTILS ET ON N’AIME PAS LES MÉCHANTS!

«Suicide Squad» ou la réunion de super méchants pour nous défendre d’une éventuelle menace non humaine, une sorte de film chorale de personnages hauts en couleur et aux mœurs pas très catholiques à en faire suer le crane moumouté d’un Donald Trump. Sur le papier, on a cela avec un criminel black surarmé, une femme forte et allumeuse, un Sud-Américain pyromane, un Australien alcoolisé, une sorcière dark au look satanique, etc, etc,… Enfin le type de personne qu’on amène avec plaisir à un brunch en famille le dimanche! Une palette de personnages introduits dans la première partie du film comme une compilation de scènes post générique de la phase 1 du MCU avec l’ambition de rattraper un certain retard par rapport à la concurrence, mais bien plus agréable à regarder que le coup de la clé USB pour introduire la Justice League dans «BvS».

690067

Beaucoup de personnages et donc pour une répartition des rôles et de la présence à l’écran pas toujours égale et surtout maîtrisée:

  • Deadshoot : l’un des personnages les plus présents à l’écran, interprété par une tête d’affiche et non des moindres : Will Smith. Un Will Smith efficace, moins agaçant que ce que je pouvais imaginer, mais à qui on a confié le beau rôle, ce qui terni pas mal l’idée de super-vilain méchant et incontrôlable…

  • Harley Quinn : LE personnage du film, l’emblème de ce long métrage avec une Margot Robbie qui fait le taf en femme forte, allumeuse, sexy et folle. Encore une fois, la sensation de folie du personnage est rapidement atténuée par l’humour l’accompagnant, donc pour le malaise on repassera…

  • Rick Flag : le gentil et passif militaire, un personnage volontairement lisse dont la relation avec Juna Moone constitue la seule épaisseur. Même le choix de Joel Kinnaman dans ce rôle semble logique dans cette recherche de naïveté et de passivité.

  • Le Joker : forcément, tout le monde l’attendait au tournant, surtout après le Joker mafieux de Jack Nicholson et Burton et le Joker terroriste et dingue de Heath Ledger et Nolan. Le Joker de Leto et Ayer est un Joker seulement introduit dans ce «Suicide Squad», mais qui nous offre une sacrée nouveauté avec un style très gansta/vulgo/chicos que j’ai plutôt apprécié. À voir à l’avenir quand celui-ci aura toute la place nécessaire pour pleinement s’exprimer.

  • Amanda Waller : peut-être le personnage réellement méchant de cette équipe, une bonne écriture de personnage pour nous alerter sur la question de qui est le plus méchant dans cette histoire. Très bien interprétée par Viola Davis et nous risquons de recroiser cette femme puissante et influente à l’avenir, tant mieux!!!

  • L‘Enchanteresse : le personnage le plus mystique, partageant le corps de la scientifique Juna Moone et qui se révélera incontrôlable. Ce double personnage est incarné par l’actrice montante Cara Delevingne.

  • Le reste du monde : désolé de les nommer ainsi, mais pas le choix tant ces personnages sont soit seulement utiles à faire avancer la squad dans l’histoire comme El Diablo, Killer Croc ou Katana, soit tenter de nous faire rire comme le personnage du maudit Jai Courtney aka Captain Boomerang (qu’est-ce que tu veux faire avec un blase pareil, aussi).

AYER, J’AI FINI MON FILM MAMAN!!

On nous a vendu de l’action, des méchants énervés et une ambition visuelle sombre avec un sentiment de folie constante, est-ce vraiment le résultat de ce «Suicide Squad»?? Oui et non en fait. David Ayer est un cinéaste qui alterne le très bon et le moyen depuis le début de sa carrière. Si je devais conseiller un film de ce réalisateur américain, je n’hésiterais pas une seconde à vous hurler «Fury» tant ce film contient la bestialité que j’aurai aimé avoir dans ce «Suicide Squad». Je dois quand même reconnaître que j’ai fortement apprécié la photographie et l’ambiance visuelle générale de ce SS qui mélange le sombre et le poisseux avec des touches de couleurs très flashy. Même très dark, le film reste très lisible avec des jeux d’ombres très appréciables, ça m’a même rappelé la série animée Batman des années 90 qui avait d’ailleurs donné naissance au personnage d’Harley Quinn.

suicide-squad-reshoots-harley-quinn-margot-robbie

Les scènes d’action sont très bien réalisées même si la deuxième moitié du film semble moins maîtrisée, presque bâclée à travers des CGI parfois douteux et une narration chaotique. Le plus gros souci du film reste son montage qui charcute complètement celui-ci, ridiculise parfois les personnages, et éteint toutes tentatives de développement de l’histoire la rendant faussement complexe et illogique par moment. C’est bête parce que l’histoire de ce «Suicide Squad» même basique reste efficace sur le papier pour permettre à Ayer de faire tout péter et de permettre à la folie et à la méchanceté des personnages de s’exprimer à travers des acteurs qui ne demandent que ça. Niveau humour, les blagues, situations comiques et punchlines fonctionnent une fois sur trois et j’ai eu la sensation que Ayer,Warner et DC cherchaient plus à recopier le voisin Marvel Studios plutôt que d’assumer un réel parti-pris voir une alternative au genre du superhéros.

DEEZER OU DC

«But I’m just a poor boy and nobody loves me, he’s just a poor boy from a poor family» ahh Queen, cette douce mélodie à mes oreilles, le choix de cette musique qui m’a donné définitivement envie de voir ce «Suicide Squad». Queen fait donc partie des nombreux morceaux qui constituent la BO de notre film du jour, j’ai quand même eu la sensation d’écouter une vulgaire playlist Deezer dont la fonction était d’introduire la multitude de vilains qui compose la team à Waller. L’idée est bonne, mais on a le sentiment que tous ces tubes sont interchangeables et qu’on a cherché à faire dans le cool, efficace ceci dit, à la manière des Gardiens de la Galaxie en août 2014. Cette sélection musicale reste bien plus appréciable que les morceaux génériques et bon marché utilisés surtout sur la deuxième partie du film pour nous donner de l’épique pour une dernière bataille presque aussi ridicule que l’affrontement final du dernier 4 fantastiques.

Suicide-squad-1

SUICIDE COLLECTIF OU MEURTRE CRITIQUE?

Et si la folie de «Suicide Squad» ne se trouvait pas dans le film, mais dans les acteurs de celui-ci? Le studio, le réal et même le public!!! On nous a vendu un film sombre, fou et surtout la Warner a la bonne idée d’aller récupérer des réalisateurs talentueux et au style reconnaissable afin de proposer des films de cinéma et non des épisodes d’un univers formaté géré par des Yesman influençables. Résultat des courses, on a l’impression bizarre de voir le même cahier des charges que ces films emballés sous vide avec un film consensuel qui doit rester accessible à tous dans un souci de rentabilité avec pour conséquences des blagues fadasses et une dramaturgie sous xanax…

even-the-suicide-squad-director-was-freaked-out-by-jared-letos-twisted-joker-performance-on-set

J’en veux aussi à Ayer qui fait du sous-Ayer alors que les rumeurs de tournage semblent nous indiquer que celui-ci avait fait vivre l’impossible à ses acteurs pour au final… rien, rien à l’écran, rien de foufou, beaucoup de bruits pour rien. Je ne suis même pas sûr que le studio y soit pour quelque chose!!!

Et pour finir le public, ou plutôt une partie du public qui défend son amour aveugle pour DC ou Marvel à la manière de fanatiques religieux. Débat stérile qui semble trouver intérêt et écoute chez les studios qui en deviennent schizophrènes dans leur manière de mener ce type de projets, projets qui reste seulement des films qui adaptent des comics, avec tout le respect que je peux avoir pour cet art…

À voir? Maladroit, inconsistant, mais pas la souffrance annoncée. Dommage quand même, ce film avait tous les ingrédients pour réussir : casting, réalisateur de qualité, un studio qui laisse un peu de marge de manœuvre à l’expression artistique et des vilains qui permettent à la folie et à la violence de prendre vie, vraiment dommage…

[amazon_link asins=’B01JLTNAPW,B01JLTN8AO’ template=’grille3′ store=’chezmat-21′ marketplace=’FR’ link_id=’18634397-d131-11e6-9c88-739ef016afe9′]

En commandant le DVD / Blu-ray avec les liens ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
On a aimé
  • Une sensation de cool surtout sur la première partie du film.
  • Harley Quinn et à un degré moindre le Joker version Leto.
  • Une photographie générale sombre avec quelques pointes flashy.
On a pas aimé
  • Bancal, forcé, maladroit, un film au gros potentiel mais gâché par le système actuel.
  • Un montage final qui charcute le film et freine les ambitions d'Ayer.
  • Une BO qui mélange compil random et musiques génériques pour film de super-héros.
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Anthony

Grand consommateur de films, mais attention : j'aime la qualité!!! SF, fantastique, action, réflexion, comédie, français, étranger, drame, biopic, etc, etc, ... du moment que c'est fait avec le cœur et non avec les pieds!!!

79 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.