Ride Your Wave

Quand un film de Masaaki Yuasa sort au cinéma en France, je ne me pose pas de question, j’y vais! J’adore la patte folle et surréaliste du réalisateur qui détonne. Je suis donc allé en salle voir « Ride Your Wave » sans même prendre le temps de savoir de quoi il en retourne! C’est parti!

Hinako Mukaimizu est une jeune étudiante qui vient d’emménager dans une ville côtière pour ses études. C’est en réalité pour un prétexte pour revenir sur les lieux de son enfance et de reprendre sa grande passion : le surf! A peine installée, un incendie va ravager son immeuble. Elle sera sauvée par Minato Hinageshi un jeune pompier. Ce dernier semble la connaitre et il l’appelle « mon héroïne », mais il n’en confiera pas plus à son cadet et ami Wasabi Kawamura.

Très vite une idylle va s’installer entre la jeune femme et son sauveur. Maladroite et piètre cuisinière, Hinako va progresser avec Minato. Tandis que ce dernier va prendre des cours de surf avec sa bien-aimée.

Mais tout va basculer un soir d’hiver ou Minato va perdre la vie en sauvant une personne de la noyade.

RIDE YOUR WAVE Bande Annonce VOSTFR (2021) Masaaki Yuasa, Animation, Romance

Mon avis

Une réussite décevante

j’assume parfaitement ce qualificatif antonymique! J’ai été décu dans le sens ou je venais pour voir une oeuvre complétement dingue qui m’aurait retourné la tête. Et de ce point de vue, c’est raté. J’ai vraiment le sentiment que cet aspect barge de Yuasa s’étiole au fil de ses projets. Tout comme l’aspect enfantin que peuvent avoir ses premières œuvres. C’est déjà le cas dans Devilman Crybaby qui quitte définitivement l’aspect enfantin et de Japan Sink qui est très (trop ?) sérieux. J’aime vraiment cet aspect dingue et décomplexé du réalisateur. C’est tellement frais et loin des standards.

Mais ce que l’on perd en folie, on le « gagne » en émotion et en finesse. Ride your wave est un film sur le deuil, mais on en sort pourtant avec le smile. Hinako n’arrive pas à accepter ni même à gérer le décès de Minato. Elle « bug » littéralement. On souffre avec elle. Elle se sent perdue et sans aucun but dans la vie. Elle va remonter peu à peu la pente, grâce à ses amis et à Minato.

Une romance adulte

Si la première partie du film commence comme une romance très classique, j’ai trouvé le traitement relativement adulte. Il y a un coté sensuel, tactile à leur relation. Et une approche de la découverte de l’un et de l’autre très « vraie ». Une relation très « saine » ou chacun encourage l’autre, le porte et le pousse à se réaliser. Hinako va devoir se faire confiance pour « surfer sa vague » (d’ou le titre du film).

Une romance très ancrée dans le réel ou il est facile de s’identifier. Enfin en tout cas, moi ca me parle. Un couple, c’est avant toute chose se soutenir, s’épauler.

Le deuil

Et puis tout bascule. Le coté dingue apparait, mais n’est finalement qu’un prétexte narratif pour exposer la réaction d’Hinako à son deuil. Comme si l’impossibilité d’y faire face était plus supportable avec ce « retour » de Minato. D’ou ma déception. Finalement, le sujet de fond du film est très sérieux. La légère folie douce qu’apporte le fantôme de Minato n’est finalement là qu’un stratagème pour adoucir la situation. Une façon de parler du deuil mais en ayant une approche moins pesante. Mais malgré tout, ce n’est pas non plus traité à la légère. On comprends par exemple plus tard que Hinako n’est jamais venu rendre visite à la famille de Minato pour se recueillir sur l’autel dédié aux morts.

Bref, on l’approche est décalée, mais pour autant ne nie en rien la difficulté de faire son deuil. C’est aussi l’occasion de célébrer les « héros du quotidien », dans le sens ou chacun aides les autres à sa façon. Mais pas besoin d’être forcément pompier ou médecin pour aider son prochain!

Le rire

Certes, c’est moins dingue qu’escompté, et le sujet du deuil ne prête pas forcément à rire, mais Ride your wave n’est pas morose. C’est drôle au travers de personnages (la soeur de Minato par exemple) ou au travers de situations décalées (Hinako qui « promène » Minato dans un marsouin gonflable). Et comme le disais, on sort de la séance avec un gros smile.

C’est aussi un film sur la résilience. Sur la vie qui continue, malgré tout. les deux dernières scènes du film, sont d’ailleurs un bon résumé de ct état d’esprit. L’avant dernière scène ou l’on retrouve Hinako, heureuse, mais qui ne peut s’empêcher de fondre en larme à l’évocation de Minato. Et la dernière scène ou elle est sur sa planche, heureuse, attendant une belle vague…

Au final

Je crois qu’il va falloir que je me fasse au fait que Masaaki Yuasa évolue, qu’il s’assagit et qu’il devient plus profond, pour aller au delà du loufoque dingo. Car le doute n’est plus permis en l’occurrence, son art évolue!

Un choix un peu déstabilisant pour moi qui adore le coté dingue de ses précédentes œuvres. Mais je vais m’y faire. Car on retrouve malgré tout cette touche de folie (légère désormais) et un amour pour une animation toujours ultra léchée et efficace. Bref, le style Yuasa est toujours bien là malgré tout.

Ride your wave reste très plaisant à regarder pour autant. La BO et les chansons accompagnent bien le film et font même le fil rouge, le lien entre nos deux amoureux. Bref, je reste sur mon avis de « réussite décevante » pour ce nouveau film de Yuasa. Et je reste très content d’avoir pu le voir sur grand écran.

7 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1318 articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.