Five

Five, c’est l’histoire de 5 potes (d’où le titre) qui réalisent enfin leur rêve : vivre ensemble en collocation! Sauf que sans le savoir, c’est à ce moment que tout va commencer à aller de travers pour la bande d’amis!

Synopsis

Five : projection

Give me five!

Le meneur de la petite bande, c’est Samuel (Pierre Niney), fils de bonne famille, il fait profiter ses copains de l’argent de son père sans compter et sans arrière pensée. Viennent ensuite Vadim (Igor Gotesman, également scénariste et réalisateur), le “petit gros” à tendance hypocondriaque, Timothée (François Civil), le barge du groupe qui a cramé pas mal de neurones a force d’abuser de la “weed”, Nestor (Idrissa Hanrot), le sérieux du groupe qui est étudiant en droit. Et puis, il y a Julia (Margot Bancilhon), la fille du groupe, un fort caractère qui ne mâche pas ses mots!

Alors que tous les 5 emménagent enfin ensemble, une première tuile va tomber sur la tête de Sam : son père lui coupe les vivres lorsqu’il découvre qu’il ne fait pas médecine comme il le pensait, mais prend des cours de comédie. Et comme il est censé prendre à sa charge la moitié du loyer, c’est un sacré problème! Mais plutôt que de décevoir ses copains, Sam va décider de dealer de l’herbe pour rester à flot. Première erreur d’une longue liste qui va venir animer le film!

FIVE Bande Annonce (Pierre Niney, Comédie - 2016)

Avis de Mat (7,5 / 10)

Five, c’est le premier film de Igor Gotesman, qui joue également le rôle de Vadim dans le film. Et pour un coup d’essai, c’est plutôt une belle réussite. Certes, le scénario est assez convenu et on voit pratiquement toujours venir les mésaventures qui vont tomber sur le groupe d’amis, certains gags sont un peu lourds (cf l’étron déposé sur le paillasson du voisin). Mais malgré tout, on est embarqué par la fraîcheur du film et de ses acteurs! Il y a une vraie complicité entre eux (qui n’est sûrement pas étrangère au fait que Igor, pierre et François se connaissaient avant le film).

Le rythme est lui aussi bien mené, les réparties fusent, les vannes sont cash, et le tout est bien soutenu par une mise en scène appliquée et efficace. J’ai bien aimé les effets de “raccourcis” un peu façon vidéoclip, comme le chien qui grandi sur un plan en quelques secondes, donnant ainsi la notion du temps qui passe de belle manière, la plongée dans la piscine qui permet de passer du début de la fête à une ambiance plus festive,… Rien de révolutionnaire en soi, mais une belle cohérence d’ensemble. On appréciera également les faux semblants semés pour dérouter le spectateur (l’introduction avec Julia en voix-off, Samuel qui conduit de grosses voitures de sports alors que son père lui a coupé les vivres), c’est bien fait à défaut d’être original.

Mention spéciale à Pierre Niney qui crève vraiment l’écran dans Five! Je découvre l’acteur que je ne connaissais que de nom, il est plutôt convaincant! Comme tout le reste du cast d’ailleurs, mais il se détache vraiment du lot malgré tout.. On notera la participation très décalée de Fanny Ardant et de Pascal Demolon, en star déjantées et complètement shootées!

Au final, dans le contexte actuel des comédies ultra formatées et lancées avec un gros plan marketing, Five tire plutôt bien son épingle du jeu en se distinguant par sa fraîcheur et sa sincérité. La BO colle très bien à l’ambiance « djeuns » du film, même si contrairement à Silia, je ne connaissais absolument pas les musiciens qui ont fait la musique (ou comment prendre un coup de vieux au passage)..

Échanges avec les 5 acteurs principaux

On a eu la chance de voir Five en avant première et avec la présence des 5 acteurs principaux à l’issue du film pour une séance de questions-réponses dans une ambiance bonne enfant! Un petit aperçu de ce qui s’est dit!

  • Idrissa Hanrot est producteur, c’est son premier rôle en tant qu’acteur, ce qui ne se perçoit pas vraiment à l’écran. Une expérience qui ne lui a pas déplu, mais qui reste exigeante. Pas forcément fermé à retenter l’expérience, mais pour le faire sérieusement, pas en dilettante, pour le moment, il retourne à la production
  • Igor a fait des petits boulots (notamment voiturier, une expérience qui l’on retrouve dans le film) pour financer son premier court-métrage du même nom tourné en 2011 et dans lequel jouait déjà François Civil dans le rôle de Timothée, et qui était une “première version” du film
  • Igor, Pierre et François se connaissaient avant le film, ce qui explique en partie la belle alchimie des acteurs.
  • Influences : la haine citée par Igor, mais pour moi, c’est plus au “Péril Jeune” le film de Klapisch (qui est aussi une référence pour lui) que m’a fait penser le film pour son côté histoire d’une bande de potes inséparables.
  • La question du  budget a été évoquée, et répondue de manière assez direct! Il est de 4 millions (ce qui est modeste, mais confortable pour un premier film), avec 39 jours de tournage en France (principalement sur Paris) et 2 jours en Thailande (ou l’équipe a eu la chance d’avoir du soleil pour tourner malgré la période des moussons en cours).
  • Un Five 2? Pourquoi pas, tout sera conditionné par le succès du film! Mais Igor avoue avoir déjà quelques idées pour un second film, la fin étant assez ouverte, on peut aisément imaginer une suite. A suivre..
  • Pierre niney a aimé l’idée de faire un film sur un groupe de potes qui soit portée par un jeune réalisateur / scénariste. On a senti l’acteur très impliqué dans les discussions, il a beaucoup parlé, sans doute plus à l’aise que ses petits camarades dans l’exercice, et parce que le film lui tient à coeur.

Avis de Silia (7,5 / 10)

Au risque de me faire (encore) traiter de fangirl (Note de Mat : c’est bien, tu commences à assumer), j’apprécie beaucoup Pierre Niney, que ce soit dans des rôles de jeune premier un peu paumé comme dans 20 ans d’écart, ou dans des rôles plus sérieux et profonds comme l’envoûtant Yves Saint Laurent. C’est donc avec joie que j’ai accompagné Mat pour aller voir Five, une comédie française avec en premier rôle, vous l’aurez deviné (ou lu plus haut, logiquement), ledit Pierre Niney. C’était à peu près les seules informations que j’avais sur le film avant d’aller à la projection, avec aussi la présence du groupe Gush, que j’aime beaucoup, à la bande-originale.

Pour son premier film, Igor Gotesman nous propose un bon buddy movie. Leur bande de 5 potes est bien équilibrée et leurs interactions sont naturelles et crédibles, au delà des situations loufoques qu’ils traversent (Parce que personnellement, je ne me suis jamais retrouvée à dealer plusieurs kilos de weeds avec mes copines … Mais ma vie est très planplan, je dois l’avouer). L’humour est souvent potache, mais même si je ne suis pas une grande fan du genre, je me suis retrouvée plus d’une fois prise de fous rires incontrôlables. Je me suis aussi parfois cachée derrière mon gilet en me disant “Oh non, ils ne vont pas oser !” … Et si ! C’est d’ailleurs ce que j’ai trouvé le plus rafraîchissant dans ce film : il ose tout, il montre tout, pour l’amour du rire ! Parce que oui, le vomi, le caca ou la nudité, c’est rigolo de temps en temps.

Petit point négatif pour moi : le scénario. L’enchaînement des situations est souvent assez attendue, et je suis un peu restée sur ma fin une fois le générique arrivé. Plusieurs trames ne sont pas clôturées, et je suis du genre à préférer les fins fermées et claires. Mais Igor Gotesman a affirmé qu’il s’agissait d’un choix, pour que chacun puisse imaginer ce qu’il souhaite (et se laisser une porte ouverte pour un Five 2, qui sait ? S’agira-t-il alors d’un Ten ?). Mais bon, il s’agit là d’une comédie, donc il n’y a pas trop lieu de râler plus que ça sur le scénario. C’est un film à aller voir entre copains, pour rire un bon coup en espérant pouvoir faire une petite soirée dans le superbe appartement de la collocation, ou dans la somptueuse demeure de Pascal Demolon.

Et la transition est toute trouvée pour vous parler des acteurs, à commencer par lui. Pascal Demolon est génial en riche queutard à moitié fou. Même Pierre Niney a mentionné qu’il les avait fait beaucoup rire sur le plateau, une scène qui devait prendre une vingtaine de minutes à tourner ayant pris 6 heures à force de fous rires, de prononciations foireuses de Pinnocchio et de mouvements de kimono (quelques indices pour que vous reconnaissiez ladite scène au visionnage). Pour ce qui est des 5 acteurs principaux, comme je l’ai mentionné plus haut, ils partagent une très bonne alchimie à l’écran, qui crédibilise totalement cette bande de pote. Mention spéciale à François Civil, que j’avais déjà pu voir dans Castings, programme court de Canal + avec en vedette un certain Pierre Niney. Ici, il joue un cuisinier de génie qui s’ignore dans la fumée de ses pétards, et une majorité des scènes comiques repose à mon goût sur ses épaules, et il les porte avec brio ! Son personnage est définitivement mon chouchou de la bande.

Enfin, la bande son était un vrai bonheur à mes petites oreilles qui adorent Gush. Leur style bondissant se marie parfaitement avec les aventures des 5 potos, et c’est un régal de profiter de leur musique dans ce contexte. Le générique de fin par Nekfeu est tout aussi top.

Galerie photos


7.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1318 articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.