Dune – Part 1

Si il y a bien un film que j’attendais avec une grande impatience, c’est bien Dune! En tant que fan de l’oeuvre d’Herbert, je suis à la fois impatient et anxieux de découvrir cette nouvelle adaptation cinéma après le baroque (mais raté) film de Lynch et la mini série fauchée mais fidèle à l’oeuvre. Ou encore le projet fou de Jodorowsky resté dans les cartons.

Dune, le chef d’oeuvre absolu de la SF

J’ai découvert Dune adolescent, une époque ou je piochais allégrement dans la grande bibliothèque de mon père. J’ai tout de suite été fasciné, happé par cet univers riche et complexe. Cela reste à ce jour le space opera le plus riche et complexe que j’ai pu lire. Dans un autre genre, Fondation, dAsimov (qui arrive d’ailleurs bientôt en série), est plutôt pas mal non plus.

La saga s’étends sur plusieurs millénaires, met en présence de nombreuses factions politiques et religieuses. Le tout sous fond de manipulation, de pouvoir absolu et de préservation de l’humanité. Et c’est aussi le seul univers de SF que je connaisse ou sont absents les robots et les machines pensantes (coucou le Jihad Butlérien). En quelque sorte, un univers ou skynet s’est pris directement une branlée par l’humanité sans passer par la casse départ!

J’ai d’ailleurs rédigé il y a un petit moment un dossier sur le sujet, ou je parle également des suites / préquels écrites par le fils de Frank Herbert.

Certes, le fils n’a pas le talent du père, mais continuer de découvrir l’univers est fort agréable malgré tout. Et comment ne pas parler du gargantuesque projet de film de Jodorowsky! Un projet qui n’a jammais vu le jour et qui pourtant a été un élément fondateur du cinéma de SF moderne (coucou Star Wars, Alien,..). Il faut absolument voir le documentaire Jodorowsky’s Dune. Ou comment appréhender le fait que la frontière entre la folie et le génie est bien plus ténue que ce que l’on croit!

Tout ça pour dire que cela fait longtemps que j’attends une adaptation de Dune digne de ce nom tout en sachant la complexité d’une telle adaptation. J’aurais plutôt vu ça sous forme d’une série de « luxe » (coucou HBO) qui aurait permis de prendre le temps et de détailler. Mais deux films pour couvrir le premier tome, ça peut aussi le faire (si on oublie le fait de devoir patienter avant de voir les Harkonnens se faire botter le cul).

Pour l’occasion, je me suis relu le premier tome (pour la troisième fois au moins) en m’offrant la nouvelle édition / traduction. Autant vous dire donc que j’attends ce premier film de pied ferme. Bref, je digresse, vous êtes venu lire une critique du film de Denis Villeneuve, pas entendre ma passion pour Dune.

J’ai aussi écouté la BO de Hans Zimmer avant de voir le film. J’aime bien tester la BO avant le film quand je peux le faire. Entendre la musique sans avoir le film en tête. J’attendais rien de cette BO tant je n’apprécie guère le travail de Zimmer en règle générale, et pourtant j’ai été déçu. La BO est d’une platitude et d’un ennui soporifique. De temps à autre quelques voix viennent apporter une petite claque qui réveille, mais ça ne dure jamais très longtemps.

J’avoue aussi avoir été très déçu quand j’ai appris que la BO était dans les mains de Zimmer. Je pense que par exemple Bear McCreary aurait pu faire quelque chose de tellement plus original et marquant (il sera d’ailleurs sur la BO de la série Fondation que j’évoquais en introduction). Bref, là aussi, je me dis qu’il faudra voir avec le film pour se faire une vraie opinion.

Dune, le film (enfin)

Et pour le coup, poussé par mon enthousiasme (et ma chère et tendre que je bassine sur le film depuis des semaines), j’ai pris mes billets pour la version 4DX! N’ayant jamais testé le concept, je me suis dit que cela pouvait être l’occasion…

Je n’étais pas tout à fait serein en entrant dans la salle. J’avais lu tout et son contraire de tout à propos du film. Et j’avais évidement beaucoup d’attentes! Mais cette séance c’est plutôt très bien passée!

Respect du livre

Comme je le disais, l’étiquette de roman « inadaptable » colle à Dune, car l’univers est riche et complexe. Le scénario est donc le point central de cette adaptation (et la première préoccupation de Villeneuve). Et franchement, c’est une belle réussite de ce point de vue. Le film débute par la situation sur Dune, une partie qui n’est pas dans le livre, mais permet d’exposer les parties en présence de manière très claire pour qui ne connait pas l’univers.

La bête contemple Dune

Pour le reste, toutes les grandes étapes du livre sont là. Il y a aussi beaucoup de sous-entendus, de clin d’oeil pour qui a lu le livre. Que cela soit la souris du désert que l’on aperçoit (« Muad’Dib ») qui deviendra le nom Fremen de Paul. Ou la tête du taureau (qui a embroché le grand-père de Paul) dans la salle de réception. Bref plein de détails qui « parlent » aux lecteurs du livre. Mais le film est accessible à la fois aux fans et aux profanes de l’univers (validé par Chérie qui m’a accompagné). Rien que de ce point de vue, le film est une (grande) réussite.

Je n’ai toujours pas compris pourquoi Liet Kynes est devenue une femme par contre. Ce n’est certes qu’un détail sur lequel il est inutile de se focaliser, d’autant que le personnage perd un peu en épaisseur dans le film. Mais j’aime bien comprendre les choses. Si quelqu’un sait, ça m’intéresse!

Evidement, on perd en précision par rapport au livre. Toute l’approche mystique notamment de Jessica au travers des enseignements de la missionara protectiva est presque éludé et présent simplement par petites touches. Le rapport à l’épice lui est aussi est revu. Pour le film, il semble que Paul découvre l’épice à son arrivée sur Dune et que cela éveille ses pouvoirs. Alors que comme tout membre de grande maison, il consomme de l’épice depuis son plus jeune âge, principalement pour ses effets gériatriques. Lorsque Paul et sa mère font face à un vers lors de leur fuite, ils sont submergés par l’odeur d’épice qui en émane et c’est à ce moment la que Paul comprends le rapport entre les vers et l’épice. Un « détail » omis par le film.

L’être humain seul face à la nature

Et l’attaque Harkonnen / Sardaukar est vraiment extrêmement rapide, on a l’impression qu’ils arrivent deux jours après le débarquement des Atréides. Alors que l’installation dans le livre est bien plus posée, même si il y a une continuelle ambiance d’état d’urgence. La première rencontre avec Stilgar se fait dans d’autres circonstances, Kynes est mortellement blessé par les Harkonnens dans le livre, par les Sardaukars dans le film.

Je pourrais trouver beaucoup d’autres exemples, mais cela n’a finalement pas grand intérêt. C’est une adaptation du livre en film, pas une « lecture ». Et parfois, on a aussi propositions inédites intéressantes. Comme les visions de Paul ou l’on comprends assez vite que le futur n’est pas écrit. Qu’il voit des futurs possibles, mais jamais LE futur. Il voit Jamis, le Fremen comme un fidèle allié et soutien dans une vision. Et se retrouve finalement à devoir l’affronter dans un duel à mort. Une amorce du sentier d’or qu’il va s’efforcer de suivre par la suite pour ne pas détruire l’humanité.

Visuel sans grain de sable

Le visuel est aussi une grande réussite, même si pour Denis Villeneuve ce n’était pas la partie « complexe » du film. Les ornithoptères sont tels que je les imaginait avec leur aspect de « grosse libellule » métallique. Les portants sont plus surprenants avec les « ballons » pour soulever les chenilles à épice, mais j’ai trouvé l’idée ingénieuse! Les boucliers sont bien rendus également (on est loin du ridicule moche de la version de Lynch). Un poil déçu par contre par les Krys que je voyais pas tout à fait comme ça, meuh bon. J’imaginais plus la version « ondulée » à la façon de certains kriss terrestres.

Coté costume, c’est vraiment très réussi aussi, à part le bémol sur les armures de combat qui font vraiment déjà vu. Les distilles sont assez convaincants avec leur cape à la « cool ».

Après les tonalités de couleurs restent souvent très sombres, que cela soit sur Caladan au départ ou plus tard sur Dune ou ils y pas mal de scènes de nuit. C’est un parti-pris qui en a dérangé certains, mais pas moi. J’imagine la seconde partie plus « colorée », on verra bien ce qu’il en sera!

J’avais aussi une vision un peu différente de l’ibad, les yeux complétement bleus des Fremens à cause de leur exposition à l’épice. Dans le film, les yeux des Fremens sont seulement légèrement bleus. Il faut dire que j’ai été pas mal influencé par les très belles couvertures de Siudmak sur les anciennes éditions françaises de Dune.

Illustration de Siudmark pour le premier tome de Dune

Cast impérial

Même si on a encore peu ou pas vu tout le cast, c’est un régal de bout en bout. Tout le monde a une place qui lui va très bien. Le coté adolescent chétif de Chalamet, c’est exactement Paul. Zendaya toujours aussi lumineuse est une belle incarnation de Chani. J’aime beaucoup aussi Javier Barden dans le rôle du bourru Stilgar. Ou Stellan Skarsgård répugnant à souhait dans son rôle du terrifiant baron Harkonnen! Jason Momoa, même si il joue encore un guerrier, mets moins ses muscles en avant.

Je pourrais continuer à égrener le cast, mais ça deviendrait un peu lassant! C’est un très bon cast, ou certes on place des actrices et acteurs bankables, des têtes d’affiches, mais pas n’importe comment.

Le film presque parfait

Si je vais attendre la suite avec autant d’impatience que ce premier film, il y a quand même un point négatif dont j’ai déjà parlé. La BO. Je l’avais déjà trouvée fade et sans intérêt à l’écoute seule. Et avec le film, c’est presque pire. C’est vraiment du Zimmer sans aucune subtilité, juste une simple emphase des scènes du film. Ca n’apporte rien. Ca tambourine, ca pétarade, ca fait bim bam boum pour paraphraser une grande chanteuse de notre siècle.

Hasard du calendrier, une semaine avant de voir le film, j’écoutais une interview de Joe Hisaishi sur le blu-ray des Enfants de la mer. Le compositeur japonais y explique que son travail ce n’est absolument pas de paraphraser l’image ou de l’expliquer. Mais d’accompagner l’émotion du support visuel. C’est visiblement une conception diamétralement opposée à celle de Zimmer. C’est dommage pour le film.

Un choix plus audacieux ou « risqué » que Zimmer aurait surement bien mieux servi le film. J’aurais tellement aimé avoir un Bear McCreary à la BO…

Au final

Dune est un indéniable réussite. L’adaptation du roman de Herbert n’est plus un obstacle infranchissable. Le dernier regret que j’ai, c’est que les deux parties n’aient pas été tournées en même temps, il va falloir encore probablement patienter quelques années avant de voir la seconde partie de Dune sur nos écrans.

Et qui sait, si la charge n’est pas trop écrasante pour Villeneuve, imaginer l’adaptation des suites de la saga… Bon la je m’enflamme un peu.

Allez donc voir Dune, que vous soyez « simple » fan de SF ou inconditionnel de la saga de Frank Herbert, vous ne serez pas déçus. Et pour ceux qui le peuvent, j’avoue que la séance 4DX est plutôt sympa, ca bouge bien pendant les combats aériens ou terrestres. Par contre, pensez à désactiver les projections d’eau parceque sur les lunettes 3D, c’est moyen. Ah et les « sur-lunettes » 3D à mettre sur les lunettes, c’est un must-have pour la team bigleux!

Dune-part1
9 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1318 articles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.