City Hall, tomes 4 à 6

J’ai découvert City Hall à Geekopolis lors de la conférence sur le steampunk a laquelle étaient présent les auteurs de la BD. Car oui, City Hall est furieusement steampunk, et ça c’est bien. Après un premier cycle composé de trois tomes, un nouveau cycle démarre avec le tome 4. Alors que tout semble sous contrôle et que le trio d’enquêteurs improbable composé de Jules Verne, Arthur Conan Doyle et de Amélia Earhart s’apprête à se séparer, tout va se bousculer!


O

n découvre alors  que le premier cycle n’était que la partie visible d’un vaste complot! Et que Black Fowl, le papercut crée par Pierre Verne, n’a pas dit son dernier mot! Par un ultime tour de passe-passe, il va prendre l’apparence de son créateur. Incapable de distinguer l’original du faux, les deux hommes vont être incarcérés. La reine va alors prendre une décision plus que radicale : après un délai de 28 jours, les deux hommes seront exécutés si on ne parvient pas à distinguer! Une mesure plus que radicale!

Seule solution pour notre trio d’enquêteurs : trouver le papier qui a servi à créer Black Fowl pour innocenter Pierre Verne. Malgré des indications précises, la course contre la montre s’avère longue et périlleuse! Le trio n’est pas au bout de ses surprises (et le lecteur non plus)!

Mon avis

U

n nouvel arc qui va creuser l’univers déjà mis en place dans les 3 premiers tomes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Rémi Guerin s’en donne à cœur joie et qu’il continue à nous placer tous un tas de personnages historiques très connu dans son univers. On citera en vrac :

  • Victor Hugo (qui se révélera être le créateur du papercut de Jules,
  • Maurice Leblanc, créateur du papercut de Arsène lupin,
  • Guy de Maupassant, créateur du terrifiant papercut du Horla,
  • Harry Houdini et son double, le papercut Reverso,
  • Lewis Caroll, créateur du monde inversé (l’univers d’Alice) qui est en fait un papercut extrêmement complexe,
  • Nikola Tesla,
  • Agatha Christie,
  • J.R.R Tolkien.

Sans oublier du coté des méchants Mary Shelley et Jospeh Bell. Mais tout cela n’est pas un simple « étalage » de noms connus, il y a un vrai emploi! On a également un nombre de clin d’oeils / références plus ou moins appuyés! Dans le tome 5, on découvrira une « Police Box » dont l’intérieur est minuscule, clin d’oeil à la série Doctor Who, le papercut de Jules Verne s’appelle Hetzel, qui est une référence à  Pierre-Jules Hetzel, l’éditeur de Jules Verne. Ou le train qui relie l’Angleterre à la France qui est en fait une « balle » géante mise dans le tunnel qui sert de canon, un bel hommage du canon utilisé dans « de la terre à la lune » de Jules Verne. On aura bien sur le droit à une petite ballade en Nautilus et même des méchas dans le tome 6! Un sacré foutoir qui reste malgré tout très agréable à suivre! On trouve des clins d’oeil plus surprenants comme celui au Visiteur du Futur croisé dans le tome 4 (avec François Descraques, le créateur de la série) et les quelques planches à la fin du tome. Il faut dire que la web-série est aussi produite par Ankama qui édite la BD.

J’ai bien aimé la vision de Paris, capitale polluée et crado qui tente de faire illusion!C’est tout à fait dans l’esprit steampunk de la série qui est très sympa. Graphiquement, c’est toujours très dynamique, même si parfois le trait manque un tout petit peu de précision. J’aime bien cet esprit graphique à mi-chemin entre la BD francophone et le manga. Du coté de la trame, cela prend considérablement en profondeur, on découvre au fil des pages que Black Owl n’est pas seul, mais qu’une forme de résistance secrète s’est mise en place : le conseil des 10. Bref, la trame s’annonce riche et promesse de nombreux rebondissements! On pourra cependant regretter que le tome 6 soit un filler qui ne fait pas vraiment avancer la trame globale.

Je recommande très chaudement pour ceux qui comme moi sont à la fois amateur de BD francophone et de mangas, ils devraient trouver ici leur bonheur! Mention spéciale aux couvertures très sympa avec leur liseré or imprimé en relief!

Commander sur Amazon :

 cityhall4 cityhall5 cityhall6

En commandant les BD avec les liens ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!
 
8.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1283 articles

Une réflexion sur « City Hall, tomes 4 à 6 »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.