Bilan Geekopolis 2015

Pour ceux qui n’ont pas pu être présents sur place, nos compte-rendus de la troisième édition de Geekopolis! Silia et moi étions présent sur place pendant les deux jours du festival qui s’impose comme un incontournable pour les amateurs de culture geek! Notre avis sur l’organisation,  les activités proposées et l’ambiance.

Organisation

Nouveau hall, nouvelle disposition pour cette troisième année! Et du coté du plan du salon, on est assez proche de la perfection! Après une entrée dans un large couloir avec les portraits des plus grands méchants, on arrive sur une place centrale qui dessert les 5 zones. Une très bonne idée pour améliorer la “navigation” des visiteurs sur place.

entree hall

L’autre (très bonne idée), c’est de séparer des 5 zones la plupart des salles de conférence, de spectacle ou de projection (hormis le format « arène »). Ou comment profiter d’un concert sans gêner le reste du salon! Une règle que certains comme Paris Manga par exemple devraient s’inspirer! Seul bémol potentiel, certaines salles n’étaient pas des “vraies” salles, mais juste des zones séparées par des cloisons, je ne sais pas ce que cela donnait en terme d’isolation sonore, je n’ai pas fait d’activités dans ces salles.

teklab tokyo

nautilus avalon

Comme d’habitude, on retrouve parmi les stands une majorité de passionnés ou associations venus se faire connaître et qui n’ont rien à vendre. Les « purs » stands commerciaux restent minoritaires et c’est quelque chose que j’apprécie car ce n’est pas le cas d’autres conventions qui ressemblent au final plus à un immense supermarché bondé de cosplayers qu’autre chose! Le seul petit bémol que j’émets, c’est la présence de plusieurs stands de fruits séchés qui n’ont à mon avis pas grand  chose à faire sur Geekopolis.

Autre point fort, le livret que l’on vous distribue à l’entrée! Cela à l’air de rien, mais c’est le seul salon ou on vous distribue un livret avec l’ensemble du programme et un plan (plan global et plan par zone) et c’est vraiment indispensable! Car on a souvent besoin de le consulter! Seul petit reproche, sur les plans par zone, les stands sont listés par numéro de stand, il aurait mieux fallu avoir une liste alphabétique, bien plus simple pour retrouver rapidement un stand. Mais je chipote.

plan-teklab

Enfin, l’un des points noirs de l’année passée, la restauration (il fallait faire une queue interminable pour obtenir à manger sur les rares stands de nourriture) m’a paru résolu! En effet, j’ai patienté moins de 10 minutes pour obtenir mon repas le dimanche (vers 12h30)  sur le stand de Paint Cakes. Rien d’insurmontable donc! Je n’ai pas fait le test le samedi étant arrivé vers 14H00..

dejeuner

Concernant le respect des horaires, c’est plutôt positif, hormis pour le quizz, mais c’est sur un emplacement pas forcément géré par le staff. Pour toutes les autres conférences ou activités que j’ai faites, le staff veille au grain et le débordement / retard ne dépasse pas les 5 minutes en règle générale. A ce niveau, on peut donc dire que les enseignements de l’année ont également été tirés! Bravo, c’est bien d’apprendre de ses erreurs!

Activités – stands

Comme l’année passée, il y a profusion de choses à faire et à voir! Passer sur le stand des webséries que l’on apprécie, comme l’émissaire des étoiles ou de Self Story pour papoter un peu avec eux. Voir des projections que l’on a repéré sur le programme comme celle des Seigneurs d’outre monde ou de Double Rainbow infinite, des conférences comme celle sur Metal Hurlant avec Jean-Pierre Dionnet, l’un des fondateurs du magazine. Et puis, au hasard des allées, c’est découvrir des stands sympas et de rencontrer des gens! J’ai ainsi découvert Maroin Eluasti et son projet Kickstarter d’un animé réalisé au Japon intitulé Astérion. J’ai eu l’occasion de discuter avec lui, et je vous en reparle dès que le kickstarter est en ligne (il y a déjà eu un ullule pour la réalisation d’un teaser visible sur le stand). J’ai vu également quelques stands de webséries sympas, je vous en reparle également dès que j’ai le temps de les regarder!

Le weekend est passé extrêmement vite, mais s’est fini en apothéose avec plus de 2 heures de concert avec La Sega, que j’ai découvert à l’occasion, un orchestre symphonique qui joue des musiques de jeux vidéos! Le final avec la chorale des Negitachi (également découvert l’année passée à Geekopolis) nous a offert quelques uns de mes morceaux favoris de Final Fantasy avec “Liberi Fatali”, le générique d’intro de FFVIII, et la musique du combat contre Sephiroth dans FF7, “One winged angel”. Je connais ces morceaux par cœur, mais écoutés en live, ça a été un grand moment..

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ambiance

Ça reste toujours très bon enfant, on circule bien dans les allées, avec parfois quelques petits ralentissements, mais rien de significatif. On croise beaucoup de visiteurs cosplayés, ceux avec juste quelques éléments, d’autres avec des costumes très élaborés ou improbables! Je n’ai pas de chiffres, mais à vu de nez, j’ai eu l’impression qu’une bonne moitié des visiteurs étaient en mode cosplay! Ce qui est admirable aussi, c’est que l’on a de tout les ages, et une belle parité homme / femme! Comme quoi le geek, ce n’est plus l’ado boutonneux! Nan, le geek est devenu transgénérationnel et plus uniquement réservé aux garçons! D’ailleurs, du coté des filles, la mode du corset semble revenir en force, ce qui n’est pas pour me déplaire, même si j’imagine cela très inconfortable à porter! Mais j’ai vu de très jolies choses (et de très jolies filles). Mais je m’égare..

Cette aspect transgenérationnel ne semble pas avoir échappé aux organisateurs qui ont cette année prévus des activités pour les plus jeunes. Une belle initiative que je salue (même si je suis venu sans mes enfants). Bref, un salon pour les geeks, tous les geeks!

Au final

Une nouvelle fois, je repart fatigué mais enchanté de ce weekend. J’ai rencontré des gens, découvert plein de choses, laissé quelques cartes de visites (il faut vraiment que je m’en fasse des “vraies” d’ailleurs). Le seul bémol pour moi (mais qui n’en est pas vraiment un en soi), c’est que l’on a jammais le temps de tout faire et de tout voir. Il y a un telle profusion de choses qu’il faut faire des choix. Et que parfois, certaines activités ne disposent pas d’assez de temps, du coup, on est obligé de terminer un peu brutalement. Je me dis que peut-être, il faudrait prévoir un peu moins de choses en simultanées et avoir des sessions plus longues pour certaines choses (la conférence avec Jean-Pierre Dionnet aurait pu largement déborder sur 1H30 vu toutes les anecdotes dont il nous a régalé).

Je tire donc mon chapeau aux organisateurs de Geekopolis qui sont proches du sans faute pour moi (hormis les quelques bémols émis ça et là). J’espère donc de tout coeur que le festival sera reconduit l’année prochaine, je suis déjà impatient de remettre le couvert! Merci!

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1298 articles

6 réflexions sur « Bilan Geekopolis 2015 »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.