Visite du tournage de Silhouette

La vie de blogueur n’est pas toujours une sinécure, il y a parfois des moments de découragement devant les stats qui stagnent et les retours jammais assez  nombreux des lecteurs! Mais heureusement, de temps à autres, on a le droit à de belles surprises dans sa boite mail, comme ici une invitation pour se rendre sur un tournage! A l’invitation de l’attaché de presse du film Silhouette, Silia et moi nous sommes donc rendus sur le tournage de Silhouette, un cours métrage réalisé par Bertrand Cazor. La découverte d’un plateau de tournage étant une grande première pour tous les deux, c’est avec grand plaisir que l’on s’est rendus à Sucy en Brie, dans la banlieue sud-est de Paris pour rencontrer l’équipe de tournage.

Le film

Silhouette est un court de 15-18min (c’est le montage final qui déterminera la durée du film), et qui va nécessiter 6 jours de tournage (3 jours à Sucy, 2 jours en studio à la cité du cinéma et un dernier jour en extérieur nuit). L’histoire se déroule sur une journée. Sur place, l’équipe technique compte une trentaine de personnes. Une équipe relativement réduite, mais vu que l’on tourne dans une maison, on se retrouve face à une vraie fourmilière où tout le monde vaque à ses occupations dans la bonne humeur, mais où il est difficile de trouver un coin où on ne va pas gêner!

Silhouette est un film fantastique dans la veine de la « nouvelle vague espagnole » (L’Orphelinat, le labyrinthe de Pan, Fragile…) et des premiers films de M. Night Shyamalan (Sixième sens, Incassable). Il revendique aussi l’héritage de Roman Polanski, de David Cronenberg ou de Dario Argento.Le film empruntera la forme du “film de genre” (même si c’est une étiquette qui ne plaît au réalisateur) afin d’aborder des thématiques personnelles sous une forme ludique. Notamment la thématique du couple face à un cauchemar éveillé… On n’en saura pas beaucoup plus pour le moment du scénario et les quelques scènes que l’on a pu voir ne nous ont pas livrées plus d’informations. On a bien eu quelques indiscrétions d’une personne de l’équipe, mais on a promis de garder le secret !

silhouette-024

Du coté du casting, on retrouve Maud Forget (Frontière(s), La vie promise) et Ivan Gonzalez (The Divide de Xavier Gens / Errors of the human body / The abc’s of death) dans les 2 rôles principaux. Ils sont rejoints au casting par Marc Duret (La Haine / Les Borgias / Le Grand Bleu / Doberman …) ainsi que Pascal Henault (Un prophète / Le visiteur du futur) et Olivier Perrot (une des célèbres voix off en France).

Le tournage

C’est une ancienne maison qui date de 1911 qui sert de lieu de tournage. La gestionnaire du patrimoine de la ville de Sucy (qui gère le bâtiment) nous expliquera qu’elle a été construite par Ludovic Halévy, un librettiste d’opérettes reconnu du XIX siècle, pour l’un de ses fils. Depuis la maison est inoccupée et gérée par la ville de Sucy. Disposant d’un parc et légèrement à l’écart de la circulation, c’est un endroit idéal pour tourner ! Lorsque l’on est arrivé, l’équipe était déjà à pied d’œuvre depuis un moment. Pas moins de deux camions de matériels étaient présents, ainsi qu’un camion électrogène chargé d’alimenter en courant tous les équipement du tournage. C’est donc une forêt de câbles qui court un peu partout autour de la maison.

 silhouette-014 silhouette-016

silhouette-011 silhouette-001

silhouette-047
Tourner en décor réel est bien plus contraignant pour l’équipe qui doit se déployer dans toutes les pièces, installer les équipements, et la lumière. On découvre par exemple un projecteur et un filtre à l’extérieur qui éclairent la fenêtre de la cuisine où est tournée une scène. De même que l’équipe arrive avec ses propres ampoules pour les éclairages d’appoint afin de maîtriser complètement le facteur lumière, car elle doit être identique pour être raccord, Quel que soit le moment du tournage !

silhouette-002 silhouette-008

On nous explique également que la maison doit être rendue évidement à l’identique de ce qu’elle était avant le tournage et dans le délai imparti. Ce qui semble tout à fait normal, mais impose pas mal de contraintes à l’équipe. Mais le matériel est conçu pour, et par exemple de grandes barres télescopiques sont installées en haut des murs pour pouvoir ensuite fixer les éclairages sans aucun dommage. Mais tout cela nécessite bien sur beaucoup de temps de montage / démontage.

silhouette-018  silhouette-036 silhouette-043  silhouette-025silhouette-038

La vie est rythmée par les “silence” lancés à intervalles réguliers avant le “moteur” lancé par le réalisateur. A ce moment, tout le monde s’arrête et on attend dans un silence quasi religieux le moment où la scène est coupée. Et comme on peut se l’imaginer, la préparation du tournage d’une scène, c’est très long ! On a assisté au tournage complet d’une scène (champs puis ensuite contrechamps), et c’est une sacrée affaire de minutie et de préparation ! Entre le placement des acteurs (avec des marques au sol), de la caméra, du réglage de la lumière pour éviter toute zone d’ombre ou de reflet, cela prend beaucoup de temps. Viennent ensuite les différentes prises pour trouver LA prise où tout fonctionne bien ! Du coup, s’il y a beaucoup d’activité du coté des techniciens, pour les acteurs, c’est effectivement pas mal d’attente entre chaque scène. Ce qui nous a permis de pas mal papoter avec Pascal Henault notamment!

Pascal Henault

Si vous êtes fan du Visiteur du futur, ou plus récemment de la Théorie des Balls, vous connaissez forcément Pacal ! D’un abord très sympathique, on a assez vite engagé la conversation, en lui expliquant pourquoi on était là (car les visiteurs sur les tournages, ce n’est pas si courant). Tout naturellement, la conversation est venue sur la Théorie des Balls, le sujet chaud du moment pour Pascal. Et ça tombe bien puisque Silia était présente à la projection de la web-série au Max Linder. Il nous a dit avoir été un peu anxieux car il devait faire un speech façon “Dick” avant la projection, et ne savait pas quel en serait l’accueil, mais visiblement, le public a “appreciate” ! Il nous a d’ailleurs confié que le personnage de Dick est venu d’un de ses délires, à la base.. 🙂

On a également parlé du dernier sketch de French Nerd sur la chasse aux canards, tout en essayant de ne pas spoiler Silia qui ne l’avait pas encore vu.

silhouette-021

Bertrand Cazor – Réalisateur

On profite d’une pause clope pour échanger avec Bertand Cazor sur son parcours et le projet du film. Il nous confie ne pas être très habitué aux interviews, on le rassure en lui disant que pour nous aussi, c’est assez nouveau !

  • Montage du projet
    On débute sur la genèse du film qui date d’il y a environ 3 ans. A cette époque, Bertrand habitait encore sur Toulouse. Pour monter et réaliser le film, il décide alors de “monter” sur Paris. Comme souvent, le montage financier est compliqué ! Une partie est financée par Ullule, mais Bertrand va également investir des fonds de sa poche (pour le même montant que Ullule), puis d’autres vont venir investir des fonds en tant que co-producteur (La terre Tourne, et Poison-communication). Il a également crée une association “Shoot me if you can” afin de gérer le financement du projet. Comme souvent, c’est long et complexe, il faut vraiment être très motivé et passionné pour aller jusqu’au bout!
  • Parcours
    Passionné de cinéma de longue date, Bertrand a commencé sa vie professionnelle dans l’ingénierie aéronautique (il a travaillé pour Airbus). Mais l’envie de raconter des histoires a été plus fort que tout ! Tenté un moment par la carrière d’écrivain, il a finalement abandonné l’idée, un peu rebuté par l’aspect solitaire du métier. Il a donc finit par monter une boite de production audiovisuelle sur Toulouse où il a réalisé pas mal de vidéos institutionnelles (une bonne école pour apprendre).
  • Pourquoi Silhouette?
    C’est avant tout une envie de raconter une histoire en se faisant plaisir! L’idée est aussi de se faire une carte de visite et de nouer des contacts pour d’autres projets. Il y a même une dimension quasi catharsique, pour faire “sortir” les idées de sa tête ! Le média est pour le moment la vidéo, mais Bertrand n’exclut pas d’explorer d’autres supports (il nous avoue avoir une certaine appétence pour la BD également).

Ce qui me frappe à chaque fois que je discute avec des réalisateurs (Guillaume Lubrano, ou plus récemment Julien Mokrani), c’est la force de volonté et la passion qui leur est nécessaire pour parvenir à monter leur projet! La préparation et le montage financier sont longs et compliqués et il faut vraiment rester motivé sur de longues années pour arriver à ses fins! Les projets qui voient finalement le jour sont donc réellement l’aboutissement d’un travail de longue haleine! Chapeau bas les artistes!

 

Le mot de la fin!

Le film sera dans un premier uniquement visible dans le cadre de festivals. Si des médias se montrent intéressés, il sera ensuite vendu pour une diffusion télé, mais ce genre de format court est en général assez difficile à vendre. Et même les chaînes actives dans la diffusion de créations un peu atypiques sont difficiles à convaincre (France 4 qui est très active dans ce domaine ne diffuse que les créations sur lesquelles elle co-produit). Wait and see, mais on ne manquera pas de vous tenir informés! Une très belle découverte de l’envers du décors pour nous! Un grand merci à Natacha pour cette invitation et à l’équipe du tournage pour son accueil chaleureux!

 

Le petit mot de Silia

C’était également un première pour moi d’assister à un tournage, et c’est avec plaisir que j’ai accompagné Mat dans cette petite aventure pour les jeunes bloggeurs que nous sommes. L’envers du décor est impressionnant, avec un nombre de personnes et une logistique que j’imaginais un peu, mais pas dans une telle ampleur. Nous avons pu constater le temps et les moyens que nécessitent le tournage d’une scène d’un peu plus d’une minute, avec ses champs, ses contre-champs, ses plans larges et serrés. Tout le monde répète les mêmes gestes, on enlève un objet qui fait un reflet dans une vitre, on modifie un éclairage pour estomper une ombre, on attend le passage d’un avion pour avoir un son propre, et on recommence les prises jusqu’à obtenir LA bonne. Les discussions que nous avons pu avoir toute l’équipe étaient très enrichissantes, nous avons appris pas mal de choses, et c’était un vrai plaisir que d’assister à ce tournage. Merci à eux de nous avoir reçu, et désormais, il nous tarde de découvrir le résultat final !

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1207 articles

6 réflexions au sujet de « Visite du tournage de Silhouette »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *