Vinyl [Pilot]

Dans Vinyl, comme son nom le laisse à entendre, on va nous parler de musique! La série a été imaginée par  Mick Jagger, Martin Scorsese, Rich Cohen et Terence Winter (excusez du peu) et diffusée sur HBO. Ce drama met en scène Richie Finestra, le patron d’American Century, une grosse maison de disque dans les années 1970 qui va connaitre un revers de fortune. Sexe, drogue et Rock & Roll au programme!! J’ai pu voir le pilot en avant première.

Nous sommes en 1973 à New York, Richie Finestra (Robert Cannavale, excellent dans le rôle) semble au bout du rouleau dans sa voiture de luxe et s’envoie un rail de coke pour oublier ses soucis. Soucis que l’on va découvrir par le biais d’un long flashback. Parti de rien, Il a fait fortune avec sa maison de disque, Américan Century et mené grand train (grosse bagnole, avion privé, belle maison) mais le temps du faste semble révolu et il s’apprête à vendre la boite aux Allemands de Deutsche Grammophon (l’actuel Polygram). Quitte à devoir dissimuler que la boite ne marche pas aussi bien qu’il le prétend.

Il faut dire que l’abus de drogue et d’alcool a pas mal diminué son flair pour dénicher les talents et vu l’équipe de bras cassés de la maison de disque, le chiffre d’affaires ne cesse de baisser (malgré les combines malhonnêtes employées). Entre Scott Leavitt (P. J. Byrne vu dans Intelligence, méconnaissable avec ses rouflaquettes) l’avocat qui ne sait pas se taire, le directeur des ventes Skip Fontaine (J. C. MacKenzie),  Julian “Julie” Silver (Max Casella), le responsable des contrats et Zak Yankovich (Ray Romano) le directeur du marketing, Richie n’est pas toujours bien secondé!

Vinyl : L'équipe de American Century

Mais il y a encore des employées qui en veulent comme Jamie Vine (Juno Temple) une assistante qui a envie de s’investir dans la découverte de nouveau talents. Elle tente de promouvoir le groupe Nasty Bits dont le chanteur ne laisse pas indifférente. On va découvrir également Devon Finestra (Olivia Wilde), la femme de Richie. Sous des apparences de parfait petit couple avec leur grande maison et leurs deux enfants, la réalité semble bien plus dégradée que cette image d’épinal. On fera également la connaissance de Lester Grimes (Ato Essandoh), un chanteur de blues qui a été autrefois l’un des poulains de Richie au début de sa carrière. De nouveaux flashback nous révélerons pourquoi les deux hommes sont depuis brouillés.

Mon avis

D’emblée, le pilot de Vinyl se démarque sur deux points : la reconstitution des années 70 particulièrement convaincante et la musique omniprésente. Le New-York de l’époque crade, miné par un taux de criminalité élevé, est vraiment très bien rendu, on retrouve quelques gadgets qui font rigoler comme le téléphone de voiture de Richie. Mais cela permet une réelle immersion, tout comme la musique qui ne cesse de bercer l’épisode. Que cela soit lié à la la situation (concert, enregistrement,..) ou en simple musique de fond, il y a très peu de moments sans musique, ce qui est peu courant (en tout cas à ce point). On pourrait craindre un effet d’overdose, mais cela va bien avec la série. Et ce qui est appréciable (mais que certains n’ont pas aimé à contrario), c’est l’aspect éclectique de la musique : du rock, de la soul, et un début de punk-rock / hard-rock. Du coup, on apprécie plus ou moins les différents morceaux, mais cela renforce la aussi l’aspect reconstitution soignée que la série cherche à véhiculer. D’ailleurs, Philippe Manoeuvre qui était présent lors de la soirée de projection (voir plus bas) confirme de l’exactitude de la reconstitution qui va jusqu’à utiliser des instruments de musique de l’époque.

Mais Vinyl offre également quelques passages complètement irréels! Le premier, qui est d’ailleurs le passage le plus drôle, met en scène un meurtre. Oui, je sais, cela peut paraître étonnant de rire d’une telle scène, mais vous comprendrez en la regardant! L’autre scène, c’est la scène finale qui image parfaitement l’expression “casser la baraque”! La scène vue par les yeux d’un Richie complètement défoncé est quasi onirique, mais très bien réussie. Reste qu’avec un peu de recul, on se demande ce que vient faire un meurtre dans l’histoire d’une maison de disque (même si cela reste suggéré dès le début de l’épisode). La suite de la saison nous dira si c’est finalement bien intégré ou pas.

Vinyl : Richie en plein trip

Vinyl : Sexe, drogue & Rock & Roll

Si finalement Vinyl reste assez sobre sur le côté sexe (enfin si l’on fait abstraction de l’orgie chez le propriétaire de radios), la drogue est partout! Outre Richie qui en use et en abuse, on en trouve partout chez American Century! Elle est utilisée par les artistes pendant les séances d’enregistrement et chaque responsable de contrat va chercher ses “fournitures” chez Jamie qui fait les courses pour la boite. Assez hallucinant tout de même!

La marque Scorcese

Je ne suis pas forcément un grand connaisseur du travail du cinéaste, mais on retrouve dans la série des thématiques qui lui sont chères! La plus évidentes étant la présence de la mafia, qui on va le découvrir, va permettre à Richie de lancer American Century. Tout comme le meurtre dont je parlais juste avant, on se demande si tout cela sert réellement l’intrigue, car dans l’immédiat, tout cela nous éloigne un peu du sujet et de la musique. La série est aussi une occasion pour le cinéaste de nous prouver encore une fois son amour pour New-York et pour les scènes de nuit!

Dernier point, malgré les nombreux flashback, la narration reste extrêmement claire et on n’est jammais perdu, ce qui est quand même un beau tour de force!

Cet épisode très dense est donc une belle réussite et nous donne sans conteste envie de voir les 6 épisodes restant. J’espère que le format plus court de ces épisodes (1 heure) permettra au récit de se concentrer plus sur l’intrigue principale. Robert Cannavale, que je découvrais, est vraiment excellent dans son rôle! La série est diffusée le lendemain de sa diffusion US sur OCS City, et disponible dans les offres CANAL, à partir du 15 février!

La soirée

Le pilot de Vinyl nous a été projeté lors d’une soirée événement organisée par CanalSat et OCS. Rendez-vous a donc été donnée aux blogueurs et journalistes au Palais de Tokyo. Enfin plus précisément au YOYO, une salle en sous-sol, espèce de grotte de Lascaux du Street’art! Les murs sont ornés de fresques et de gravures qui sont normalement visibles uniquement lors de visites guidées. Le lieu est donc en “libre-service” de manière exceptionnelle et colle parfaitement au thème de la soirée (une panne de batterie m’a malheureusement empêché d’en prendre en photo) . Des ateliers photos sont organisés pour ceux qui veulent se prêter au jeu. Comme d’habitude le buffet est au top, mais vu la foule dense, il est difficile d’approcher (pas facile la vie de blogeur).

On ouvre les hostilités avec les discours de Canalsat et OCS la diffusion des bandes annonces des nouveautés à venir, j’ai noté en plus de l’incontournable GOT, l’arrivée de la saison 3 de l’excellente Silicon Valley. Puis, c’est Phlippe Manoeuvre qui vient nous présenter la série et sa genèse. Le projet initial de Mick Jagger et Martin Scorsese était de faire un film de 3 heures intitulé “Long Play”. Mais vu le budget prévu, le projet a été abandonné. Il a finalement repris vie sous forme de série sur HBO.

La soirée s’est prolongée après la projection, mais j’ai en profité pour m’éclipser discrètement pour rentrer!

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1202 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *