True Detective saison 2

Soirée True Detective, Ballers et The Brink

Lundi 22 Juin, j’ai eu la chance de découvrir deux nouvelles séries de HBO, Ballers et The Brink, ainsi que le premier  épisode de la saison 2 du tant attendu True Detective. Ces nouveautés seront toutes disponibles en France grâce à CanalSat et sa chaine OCS, idéale pour regarder les séries à peine un jour après leur sortie aux US. Vous retrouverez ces trois séries tous les lundis dès 20h55 sur OCS.

Ballers, une série qui a des « balls » !

Ballers nous raconte l’histoire de Spencer Strasmore (Dwayne Johnson) un ancien footballeur américain professionnel. En pleine reconversion,  il décide de travailler pour Joe (Rob Corddry) en tant que manager financier pour avoir accès à son carnet d’adresses. Charles Greane (Omar Miller) est à la recherche d’un nouveau boulot suite à sa carrière footballistique tandis que Ricky Jerret (John David Washington) enchaîne les polémiques médiatiques et mettant au passage en danger sa carrière. Nous sommes donc propulsés au cœur du monde des sportifs qui n’arrivent pas à gérer leur argent comme il le faudrait.

Ballers
Une série musclé mais plutôt intelligente et marrante

 

Derrière cette histoire, on retrouve une partie de l’équipe qui a fait le succès de la série Entourage, c’est-à-dire, les mêmes producteurs : Mark Walhberg et Stephen Levinson. Football américain oblige on retrouve également le créateur de Friday Night Lights, Peter Berg qui réalise ce pilote et qui est également producteur.

 C’est clairement la série qui me tentait le moins du lot déjà par son sujet qui ne m’interpelle pas n’étant pas un grand fan de sport en général et ensuite car je ne suis pas fan de Dwayne Johnson pourtant la série a su me convaincre. Le simple fait que la série parle plus des conséquences de la carrière sportive sur les joueurs et de leur starisation plutôt que du sport lui-même m’a emballé. J’ai trouvé ça plutôt original et bien amené.  Le cynisme de certaines scènes fait mouche et on rit très souvent.

Au niveau casting c’est que du bon, Dwayne Johnson se détache un peu de son image d’actionneur pour s’essayer à nouveau et avec brio à la comédie. Même les autres acteurs rendent leurs personnages attachants. Pourtant  les personnages ont tout pour être détestables avec leurs problèmes d’argents de multimillionnaire.

Un pilote convaincant pour cette sorte d’Entourage du monde footballistique américain après à voir si la série continue dans cette lignée par la suite.

The Brink, une série politiquement incorrecte !

A la suite à un coup d’état au Pakistan, la présidence des États-Unis, via notamment son Premier ministre Walter Larson (Tim Robbins), essaye d’éviter une possible 3ème Guerre Mondiale. Au Pakistan,  Alex Talbot (Jack Black) se retrouve au cœur du conflit avec son chauffeur Rafiq (Aasif Mandvi) après avoir voulu acheter de la drogue.  Enfin le pilote de chasse Zeke Callahan (Pablo Schreiber) deale des médicaments pour maintenir éveillés les autres pilotes.

The_Brink
The Brink, le Homeland humoristique de HBO

The Brink est une série  qui tente de mêler humour noir et politique. Elle a été créée par Roberto (qui avait également produit Weeds) et Kim Benabib. Au niveau de la production on notera le réalisateur Jay Roach qui était déjà derrière la saga Austin Powers et Mon beau-père et Moi. Pour ce pilote, c’est Rob Reiner qui se charge de la réalisation que l’on connait pour  Quand Harry rencontre Sally ou encore le sous-estimé et déjanté Spinal Tap.

Tout comme Ballers, le sujet de cette sorte de Homeland humoristique ne donnais pas très envie sur le papier cependant le casting me rendait plutôt curieux. J’apprécie énormément Jack Black et j’aime beaucoup Tim Robbins donc voir deux monstres de la comédie ensemble avait de quoi m’attirer. Malgré quelques blagues un peu poussives et un rythme un peu long, la série arrive à nous fournir un bon pilote.

Les personnages sont tous très bien interprétés mais le personnage qui ressort le plus est celui de premier Ministre. Zeke est un peu mis à l’écart pour ce premier épisode mais nous réserve tout de même un bon final bien efficace qui donne envie de voir la suite. Jack Black quant à lui reste dans son style cependant j’ai trouvé son arc narratif peu inspiré.Bref une série sympathique mais à parfaire pour me convaincre totalement. A voir si la suite de la saison s’améliore et se démarque un peu.

True Detective Saison 2, une true tuerie !

Comme toute bonne série anthologique, True Detective attaque une nouvelle histoire et des nouveaux personnages à chaque nouvelle saison. Exit donc les paysages magnifiques de la Louisiane et bonjour la Californie ainsi que sa ville fictive Vinci où on y retrouve des personnages plus torturés les uns que les autres dont les policiers Ray Velcoro (Colin Farrell), Ani Bezzerides (Rachel McAdams) et Paul Woodrugh (Taylor Kitsch) ainsi que l’entrepreneur Frank Semyon (Vince Vaughn). Ils se retrouvent alors embarquer dans une affaire obscure suite à la découverte d’un corps mystérieux.

True Detective Saison 2
Collin Farrell sort du lot

Comme pour la première saison, Nic Pizzolatto s’est inspiré d’un fait divers et nous sert un casting digne d’un film. A la réalisation de ce pilote on retrouve Justin Lin plus connu pour la fameuse saga Fast and Furious dont il a fait les 3ème, 4ème,5ème et 6ème volet ou encore le futur Star Trek 3 prévu pour 2016. Choix plutôt surprenant mais efficace.

Il était franchement dur de faire mieux que la saison 1, mais en un épisode j’ai l’impression que cette saison 2 a réellement le potentiel pour la dépasser tellement ce pilote gomme en partie le peu de défauts de la série. Là où on s’attarder sur deux flics dans la première saison ici on a deux fois plus de personnages ce qui nous donne un rythme plus soutenu. Alors certes ce pilote et surtout un épisode pour planter les personnages vu que les choses sérieuses ne commence qu’en fin d’épisode mais il le fait très bien. On retrouve tout ce qui a fait le succès de la série,  c’est-à-dire, les plans léchés et symboliques, une ambiance oppressante, une OST impeccable, des acteurs irréprochables et des personnages complexes.

Seul point noir, le générique que je trouve moins percutant que lors de la saison 1. L’esthétique marche toujours aussi bien cependant la musique utilisée ne colle pas trop avec je trouve même si la sonorité fait écho au côté plus urbain de cette saison. Indépendamment du générique, la chanson de Leonard Cohen reste très belle.

Autant dire que cette saison démarre sur des chapeaux de roues et que j’ai hâte de voir ce que nous réserve le reste de la série qui ne cessera jamais de m’étonner par son côté cinématographique poussé au maximum.

Bilan

Ballers reste une bonne surprise musclé, The Brink casse pas des briques mais reste correct malgré quelques longueurs et la nouvelle saison de True Detective envoie du lourd. Bref HBO nous régale une fois de plus et en plus grâce à OCS et Canal Sat on peut regarder les épisodes 24h après leur diffusion US. Autant vous dire que les lundis soirs vont être chargés en émotion pour ma part !

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Jyrald

“Ain’t no thing like me, except me” (Rocket Raccoon). Je crois que ça me résume bien ! Sinon je suis passionné de jeux vidéos et de cinéma.

13 articles

8 réflexions au sujet de « Soirée True Detective, Ballers et The Brink »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *