Masterclass de Jeff Davis

Il y a quelques semaines, à l’occasion de la soirée de lancement de la saison de Canal Sat, «Les séries prennent le pouvoir», j’ai eu la chance de pouvoir assister à une Masterclass de Jeff Davis, créateur et showrunner de Teen Wolf. Pourquoi moi et pas notre cher Mat, qui était également à la soirée et en a fait un retour ici ? Parce que j’étais visiblement la seule de l’équipe à avoir vu la série ! Et ce n’était malheureusement pas le cas de toutes les personnes présentes à la Masterclass, rendant les questions parfois trop vagues à mon goût.

Jeff3Il faut dire que ce panel de journalistes et blogueurs n’est pas vraiment dans le cœur de cible de cette série fantastique très adolescente, et destinée plutôt à un public féminin si on se base sur le nombre de torses entrevus par épisode. Mais j’aime beaucoup cette série, car je lui trouve un ton très différent des autres teen séries que je peux regarder. Teen Wolf, même si elle est majoritairement drôle, est une série qui sait aussi être sombre, et ses personnages sont extrêmement attachants (cher lecteur, si tu regardes cette série, tu sais très bien que je parle de Stiles).

 C’est donc avec plaisir que j’ai assisté à cette Masterclass de Jeff Davis. Dés son arrivée dans le studio, j’ai été étonnée par son air juvénile. Puis, dès qu’il a ouvert la bouche, j’ai été touchée par son humour, et la passion avec laquelle il parle de son métier et de sa série. Je vous retranscris ici les questions en français de l’interviewer, les réponses originales de Jeff Davies ainsi qu’une petite traduction de mon cru pour les non-anglophones.

JEff1Les premières questions furent posées par l’interviewer :

Vous considérez-vous comme chanceux, après un nombre de série aussi faramineux et un nombre d’épisode qu’il ne l’est pas moins ?

Do I think that I’m lucky ? Well, I hope some of it has to do with talent. But in Hollywood, it’s very much about persistence.
Actually, whenever I speak with aspiring scriptwriters and directors, I usually tell them that it is mostly about persistence. If you simply keep working and keep trying, you will succeed eventually in Hollywood.

Est-ce que je me considère comme chanceux ? Et bien, j’espère que le talent y est aussi pour quelque chose. Mais à Hollywood, le plus important est d’être persévérant.

En fait, à chaque fois que je discute avec des aspirants scénaristes et réalisateurs, je leur dis habituellement que le plus important est d’être obstiné. Si vous continuez simplement à travailler, si vous continuez d’essayer encore et encore, vous finirez bien par percer un jour, à Hollywood.

 

Vous définiriez-vous comme un gros travailleur ?

I would say incredible persistence, yes. Being a showrunner is a all consuming job.

Je dirais plutôt que je suis incroyablement tenace. Être showrunner est un job à plein temps.

 

Comment vous êtes vous inspiré de la mythologie des loups-garous et comment avez-vous fait le travail en amont pour préparer une histoire comme Teen Wolf ?

Teen Wolf requires a lot of research, especifially because we use so much of real mythology.

We prefer to use true fables, true stories, mythologies from different cultures for our show. It grounds it and allows the audience to look things up online to be part of it, to understand.

Teen Wolf nécessite beaucoup de recherche, notamment parce que nous nous appuyons au maximum sur des mythologies existantes.

Nous préférons utiliser de vraies fables, de vraies histoires, ainsi que des mythologies tirées de différentes cultures pour notre série. Cela ancre l’histoire et permet aux spectateurs d’aller chercher des éléments sur internet pour mieux la comprendre, pour en faire partie.

 

Comment vous y prenez-vous pour travailler ? Comment arrivez-vous à faire une série de qualité ?

Well, for our show, we wanted to make it as cinematic as possible. And that had to do with our directors, like Russell Mulcahy who comes from film, and he’s done an incredible work. We try to shoot each episode as a movie.

The way we treat each season of Teen Wolf like a movie. When we have 12 episodes for a season, the first 3 episodes are the first act, the next 6 episodes are the second act, and the last 3 episodes are the third act. So along with the serialised structure, it makes it feel like one big story. And in cable especially, serialised shows are done very well because it’s fells like a more complete story. So that’s how we design each season. When we’ll get to 20 episodes, it should be more different, for season 5.

Our writers’ room is made of about 6 writers, and much of our days are spent in brainstorming and ideas. Usually, we start with characters : what does each character want, what do they need, where is the greatest conflict and how to scare our audience, how to thrill them and how can we twist the story.

Et bien, nous voulions rendre notre série aussi cinématographique que possible. Et cela est rendu possible grâce à nos réalisateurs, comme Russell Mulachy qui vient du cinéma, et qui a fait un travail incroyable. Nous essayons de tourner chaque épisode comme un film.

D’ailleurs, nous traitons chaque saison de Teen Wolf comme un film. Quand nous avons une saison de 12 épisodes, les 3 premiers épisodes constituent le premier acte, les 6 suivants le deuxième et les 3 derniers le troisième. Associé à la structure sérielle, cela donne l’impression d’une seule grosse histoire. Et les shows sériels, particulièrement sur le cable, sont une réussite car ils forment une histoire plus complète. Donc c’est ainsi que nous avons créé chaque saison. Quand nous devrons faire 20 épisodes, comme ce sera le cas en saison 5, ce sera très différent.
Notre équipe de scénaristes est constituée de 6 auteurs, et nos journées consistent principalement à échanger des idées, à faire du “brainstorming”. Habituellement, nous commençons avec les personnages : Qu’est-ce que désire chaque personnage, de quoi a-t-il besoin, quel sera le plus grand conflit de l’épisode, et surtout comment effrayer nos spectateurs, comment les faire frissonner, et enfin quels rebondissements nous pouvons ajouter à l’histoire.

 

Quel genre de rebondissement aimez-vous ?

We concentrate on big cliffhangers. We love to leave each episode with a big question or exciting moments. Everything is designed to keep the viewer coming back for more, to make it an exciting show. We’re making each episode feel like a thriller.

What is interesting about our writers’ room is that we complete our outlines in the writers’ room, whereas in most TV shows, a single writer set off to do the outline and then a script. I like to complete the outline in the writers room because that way, everyone is invovled in the crafting of the story. So you may see one person’s name on an episode, but each writer would have ideas within that episode.

Nous nous concentrons sur de gros cliffhangers. Nous aimons laisser nos spectateurs sur une grosse question, ou des moments excitants. Tout est fait pour que le spectateur revienne chercher sa dose, c’est pour cela que nous faisons tout pour rendre la série excitante. Nous essayons de faire de chaque épisode un véritable thriller.

Ce qui est intéressant dans notre équipe de scénaristes, c’est que toutes nos lignes directrices sont complétés au sein de l’équipe, alors que dans beaucoup de séries, un seul auteur se charge des grandes lignes puis du script. J’aime que l’on boucle toute l’histoire avec l’équipe, comme ça tout le monde est impliqué dans le développement. Ainsi, même si vous voyez le nom d’un seul scénariste au générique d’un épisode, sachez qu’il y a malgré tout des idées de tous les auteurs au sein de cet épisode.

Jeff2

 

Puis le micro est passé aux personnes présentes à la Masterclass.

Est-ce que MTV vous donne carte blanche ? Ou bien des scènes vous sont-elles imposées, par exemple des scènes avec de la musique ou un des acteurs apparaît torse nu ?

The nudity comes from the request of the writers ! *rires*

In terms of the network, for the narrative, they are actually incredibly supportive. In the first season of a show, you have many cooks in the kitchen, so you often have to fight for your perspective and the way you want to write the show, but once the show is a hit, they leave you alone. And we all cooked for the best.

La nudité est plutôt une demande des scénaristes ! *rires*

Au niveau de la chaîne, pour ce qui est de la narration, ils sont d’un incroyable soutien. Lors de la première saison d’une série, il y a beaucoup de cuistots dans la cuisine, donc vous devez souvent vous battre pour imposer vos idées et votre façon de concevoir la série. Mais dés que la série marche, ils vous laissent tranquille. Et ici, nous avons tous cuisiné pour le mieux.

As for music, the network will be helpfull in securing bands to appear on the show, or DJs. But usually, we work with a music supervisor : Laura Webb. She picks all the songs and is really brillant with it. There are certain songs she’ll pick at the end of an episode that absolutly perfectly matched the emotion of the moment. And that’s when you know you have a great collaborator with you, and that’s important. Having her makes the show really sing.

One prime exemple is the end of 3×24, that I directed, she chose a song call Kids by Mikky Ekko which perfectly summarize that scene where Scott and Stiles look upon the hallway and see all their friends. That’s a great emotional moment.

Pour ce qui est de la musique, la chaîne nous aide beaucoup pour obtenir la participation de certains groupes ou DJs. Mais d’habitude, nous travaillons avec une superviseuse musicale, Laura Webb. Elle choisit toutes les musiques, et elle le fait brillamment. Il y a des chansons qu’elle choisit pour par exemple la fin d’un épisode, et qui correspondent parfaitement à l’émotion du moment. Et ‘est comme ça que vous savez que vous travaillez avec un bon collaborateur, et c’est très important. Elle fait vraiment chanter la série.

L’exemple le plus parlant est selon moi la fin de l’épisode 3×24, que j’ai dirigé. Elle a choisit une chanson de Mikki Ekko nommée Kids, qui résume parfaitement cette scène où Scott et Stiles regardent à travers la pièce et voient tous leurs amis. C’était un grand moment d’émotion.


 

Combien de temps faut-il pour écrire un épisode ?

To write an episode could be anywhere from 3 weeks to 3 days, depending on when we are shooting. And the 3 days one is quite hard.

Ecrire un épisode peut prendre de 3 semaines à 3 jours, tout dépend de quand il faut tourner. Et je peux vous dire qu’en 3 jours, ce n’est pas une mince affaire.

 

Et pour le tourner ?

To shoot an episode, it is 7 – 7,5 days. But often times, our episodes are so complicated we’ll have secondary team adding shots all along the season.

Most network shows have between 8 and 10 days, and a show like Game of Thrones can sometimes be 15 to 20 days.

Pour tourner un épisode, nous avons en moyenne 7 jours. Mais souvent, nos épisodes sont si compliqués que nous avons une deuxième équipe qui tourne des scènes additionnelles tout au long de la saison.

La plupart des séries du cable ont entre  et 10 jour de tournage. Cela peut aller jusqu’à 15-20 jours pour Game of Thrones.

 

Quel type de relation avez-vous avec les acteurs de la série ?

I was actually just texting with both Dylan and Tyler earlier. We have a great relationship, they communicate their wants about their characters. I’m on set a lot if they ever have questions, we talk. We are very lucky to have spectacular actors who are passionate about the show and who love their characters.

Tyler in particular, Mr Posey, would hope to do the show for 10 seasons !

J’étais justement en train d’envoyer des textos à Dylan et Tyler, tout à l’heure. Nous avons une super relation, ils me parlent de leurs envies concernant leur personnage. Je suis autant que possible sur le tournage, comme ça s’ils ont la moindre question, nous pouvons en discuter. Nous sommes très chanceux d’avoir des acteurs aussi exceptionnels, et qui sont aussi passionnés par la série et leur personnage.

D’ailleurs Tyler, “Mr Posey”, espère que la série durera 10 saisons !

 

Combien coûte un épisode de Teen Wolf ?

I’m not sure MTV would like me to say that. I could say that it’s lower than an episode of Walking Dead. And I can also say that we get every penny of it on the screen. And I’m constantly begging for more money.

Je ne suis pas sur que MTV apprécierai que je dévoile ça. Je peux en tout cas vous dire qu’un épisode de Teen Wolf coûte beaucoup moins cher qu’un épisode de Walking Dead, et que chaque centime se voit à l’écran. Et je suis constamment en train de supplier pour avoir plus d’argent.

 

Par rapport aux personnages que l’on a perdu au fil des saisons (Jackson, Allison, Aiden, et plus récemment Isaac) : si vous aviez la possibilité de faire une chose de plus avec chaque personnage, qu’est-ce que ce serait ?

Well, one or two of those characters may be coming back next season…

But if I had Jackson back, I would probably wanna see him in a werewolf fight. He ended up as a werewolf as the end of season 2 and we never got to see him fight.

Et bien, peut-être qu’un ou deux de ses personnages fera une apparition dans la prochaine saison …

Mais si j’avais Jackson sous la main, je souhaiterai sûrement le voir dans un combat de loups-garous. En effet, il est devenu loup-garou à la fin de la saison 2, mais nous n’avons jamais eu l’occasion de le voir se battre en tant que loup.

 

Utilisez-vous beaucoup les storyboards ?

I actually wish we could use storyboards more. I sometimes draw it myself, for the directors, when we need them to reshoot a scene, I’ll draw them to better explain. Russell Mulcahy likes to do his own storyboards. But he also doesn’t like to be held up to them, he likes to improvise on set. And sometimes, when you use storyboards, you can find yourself shooting a scene too strictly according to the storyboard.

What’s most helpful with storyboards are action scenes. But often times, we have so little prep time in TV that you walk the set and do the plotting there, and figure out what your angles are going to be.

J’aimerais pouvoir utiliser plus souvent les storyboards. Parfois, j’en dessine moi-même, lorsqu’un réalisateur doit retourner une scène, pour lui expliquer au mieux ce que j’attends. Russel Mulcahy aime faire ses propres storyboards. Mais il n’aime pas trop s’y cantonner, il aime pouvoir improviser sur le plateau. Et c’est parfois le problème avec les storyboards : lorsque vous en avez un, vous vous retrouvez à tourner les scènes exactement comme elles sont dessinées.

Là où c’est le plus utile, c’est pour les scènes d’action. Mais souvent, nous avons tellement peu de temps de préparation que nous allons directement sur le plateau, et les réglages sont fait sur place, comme les angles de caméra qui seront fait.

 

Vous avez créé Esprits Criminels et Teen Wolf. Est-ce que comme Shonda Rhimes, vous souhaiteriez rajouter une autre série à votre arc ?

Absolutly ! I’m actually working on the possibility of a new show right now. I would not run it, I’m working with another writer. But I need to plan for the future ! My agent wants me to be like JJ Abrams, have 5 shows running, but that sound exausting.

Tout à fait ! Je suis d’ailleurs actuellement en train de travailler sur un nouveau projet de série, mais ce n’est pas moi qui la dirigerai, je travaille avec un autre scénariste. Il faut bien que j’ai des plans pour mon futur ! Mon agent voudrait que je sois comme JJ Abrams, que j’ai 5 séries en cours, mais cela semble épuisant.

Aujourd’hui, la télévision propose plusieurs shows pour adolescents qui parlent de loup-garous et de vampires, notamment Vampires Diaries. Regardez-vous ce genre de show ? Sont-ils une source d’inspiration ?

Actually, I’m friend with Julie Plec, of Vampire Diaries, she is wonderful, and I would say that I’m absolutly inspired by other shows. I’m also friend with Brian Fuller, of Hannibal, and I actually make my directors watch it because it’s so beautifully shot.

I met GRR Martin the other night, and I couldn’t stop talking about Game of Thrones, and I probably bored him. I can say that it’s one of my favorite show on TV, and I’m always trying to learn from other shows. Sometimes I watch shows and I take notes of how to do certain things. There is so much to be learnt. Game of Thrones has phenomenal vilains, and the way they make the audience members hate their vilains, so ferociously … You want emotions like that, in your audience members. And GRR Martin does it brillantly.

Other things I’ve learned from shows such as Game of Thrones and Breaking Bad, are different paradigms for the story telling. On Teen Wolf, we try to make every part of it feel complete, even though it’s a serialised season. Game of Thrones uses a soap opera format, actually, which is : you follow two characters, for a few minutes, and then you’re with another two characters, and you’re across the world with this two characters. Whereas Breaking Bad would tell one story per episode in a kind of mystery or suspense format, which is basically how Teen Wolf is modeled.

En fait, je suis ami avec Julie Plec, qui fait Vampire Diaries, et elle est géniale. Et tout à fait, je suis beaucoup inspiré par les autres séries. Je suis également ami avec Brian Fuller, qui fait Hannibal, et je demande à mes réalisateurs de regarder cette série, car elle est magnifiquement réalisée.

L’autre soir, j’ai rencontré GRR Martin, et je n’ai pas pu m’arrêter de lui parler de Game of Thrones, ce qui l’a sûrement soûlé. C’est une de mes séries préférées, et je suis toujours en train d’essayer d’apprendre des autres séries. Parfois, je regarde une série et je prends des notes sur comment faire telle ou telle chose. Il y a tant à apprendre. Game of Thrones a des méchants phénoménaux, et cette façon qu’ils ont de les faire détester par le public, qui leur voue une haine si féroce … Vous rêvez de ce genre d’émotions de la part des téléspectateurs. Et GRR Martin le fait brillamment.

Une chose que j’ai apprise d’autres séries comme Game of Thrones ou Breaking Bad, c’est qu’il y a plusieurs façon de construire son récit. Sur Teen Wolf, nous essayons de faire en sorte que chaque partie semble complète, même s’il y a toujours le coté sériel de la saison. Game of Thrones utilise un format proche du soap opéra : vous suivez deux personnages pendant quelques minutes, puis vous vous intéressez à deux autres personnages, avec qui vous allez faire un petit bout de chemin. Tandis que Breaking Bad se compose d’épisodes qui racontent chacun une histoire, dans un format de type mystère ou suspense. Et c’est sur ce type de format qu’est basé Teen Wolf.

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Silia

Silia, avec un S comme sériephile. Je lis aussi pas mal : moitié Geek, moitié Young Adults. Et parfois, je donne mon avis.

24 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *