Parker Lewis ne perd jammais, Saison 1

Aujourd’hui, je vous propose un voyage dans les années 90 avec la première saison de la série culte : Parker Lewis ne perd jamais à l’occasion de sa sortie en vidéo chez nous! Une série qui aura marqué un bon nombre d’entre nous, il y a de cela plus de 20 ans lors de sa diffusion dans le tout aussi mythique Club Dorothée. La synchronisation des montres opère-t-elle toujours après tout ce temps??

Test des disques

Le contenu (8,0)

B

ienvenue au lycée de Santo Domingo! Si on se trouve dans un lycée américain tout ce qu’il y a de plus classique, on va rapidement faire la connaissance avec sa faune pour le moins bigarrée et haute en couleur!

Du côté des élèves, on va bien sur trouver Parker Lewis (Corin Nemec), le chef de bande, un petit malin au coeur d’artichaut (il tombe amoureux d’une fille différente à pratiquement chaque épisode) et qui possède une collection de chemises sacrément colorées, puis son meilleur ami,  Mikey Randall (William Jayne) , le beau gosse rebelle, joueur de guitare, qui n’aime pas vraiment l’école, et enfin Jerry Steiner (Troy Slaten), le bizut nerd un peu cliché de la bande, il s’occupe de la technique de la bande et possède un imper très cartoonesque qui lui permet de sortir tout un tas de choses (le dossier « excuses », des outils, de la nourriture)… Il donne du « Monsieur » à Mikey et Parker, ce qui a le don de les agacer..

parker-lewis-saison1-la-team

Du côté du personnel éducatif, il y a l’inimitable Mademoiselle Musso (Melanie Chartoff), Grace de son petit nom), la principale ultra sévère du lycée qui est secondée Frank  Lemmer (Taj Johnson), son servile bras droit qui prend grand plaisir à torturer les élèves (et qui semble également être amoureux de sa patronne). Mais on découvrira finalement que Musso prend juste son métier un peu trop à coeur et surtout qu’il y a pire qu’elle (cf épisode 8).

parker-lewis-saison1-musso-lemmer

Pour compléter le tableau, n’oublions pas Shelly Ann Lewis (Maia Brewton), la petite soeur de Parker, qui va faire office de némésis alternative! Elle passe son temps à essayer de piéger Lewis (qui le lui rend bien) soit avec ses parents ou avec Musso pour laquelle elle bosse régulièrement. Et last but not least, l’ombrageux Kubiac (Abraham Benrubi), un beau bébé de 2 mètres un poil soupe au lait qu’il ne vaut mieux pas chatouiller sur les questions de nourriture sous peine de prendre une grosse baffe..

Opération Musso

La principale activité de nos trois lycéens (en plus de leurs problèmes avec les filles), c’est de faire tourner Musso en bourrique! Et pour cela, il n’hésite à faire appel à toute la technologie de l’époque, qui semble un peu désuète maintenant (pour ne pas dire autre chose). Mais peu importe, ce que l’on aime c’est l’imagination et l’anticipation dont ils font preuve qui sont drôles. Et puis finalement, on a presque un respect mutuel qui finit par se mettre en place entre les deux parties.

parker-lewis-saison1-musso

Mais il y a aussi parfois des sujets un peu sérieux (enfin un peu moins délirants), comme Jerry et son addiction aux jeux vidéos.

Des gimmicks bien rodés

La série impose sa patte d’emblée avec des gimmicks bien sentis :

  • La scène d’intro qui met en scène Parker en famille (le plus souvent en train de se prendre la tête avec Shelly
  • L’ouverture de la porte du bureau de Musso qui explose à chaque fois la vitre de la porte
  • Parker Lewis qui brise très fréquemment le 4ème mur pour s’adresser directement au spectateur
  • L’effet de transition pixélisé, qui fait très rétro maintenant.
  • Parker qui sèche systématiquement la première heure de cours le matin et qui dispose d’un stock d’excuses pour Musso.
  • Des expressions devenues cultes : « Note pour plus tard », « synchronisation des montres », « Sans problème » ou le « faim, manger » de Kubiak (qu’il m’arrive encore parfois de pousser en faisant une grosse voix quand j’ai la dale)..

parker-lewis-saison1-bureau-musso parker-lewis-saison1-synchronisation-des-montres

Parker Lewis, toujours gagnant!

Après plus de 20 ans, je craignais un peu ces retrouvailles avec l’une des séries de ma jeunesse. Mais, non, cela fonctionne toujours bien! Après, je ne sais pas dire si c’est uniquement la valeur intrinsèque de la série ou l’effet nostalgie qui vient brouiller mon jugement..

Il y a un vrai côté cartoon dans Parker Lewis avec les bruitages (le petit mouvement de pouce de Musso qui veut dire « dans mon bureau), les passages en accélérés, ou les exagérations (genre la larme de Kubiac qui fend le sol avec son poids). Un choix assumé et revendiqué! Une marque de fabrique qui a plutôt pas mal vieillie je trouve.

parker-lewis-saison1-acme

Alors, certes les personnages sont pour certains extrêmement stéréotypés, voire un poil monolithique (Kubiac pour ne citer que lui, même si son personnage s’humanise au fur et à mesure des épisodes). Mais cela reste du potache plutôt bon enfant et agréable! Les coupes de cheveux et les fringues sont bien sûr d’époque, mais cela fait maintenant partie du charme rétro de la série..

Et puis, Parker reste quand même toujours aussi cool! Il trouve toujours une combine pour s’en sortir (même si c’est parfois de justesse). Mais pour autant, ça reste toujours suffisamment bien dosé pour que l’on ne sombre pas dans une impression de trop grande facilité.

Que sont-ils devenus?

Un petit hors sujet que j’avais envie de faire.. Si on a depuis revu  de temps en temps sur les petits écrans Corin Nemec (principalement dans Stargate SG1) ou Abraham Benrubi (le Jerry de Urgences, le géant Arlo dans la saison 2 de OUAT ou plus récemment dans Outcast qui vient de démarrer), ce n’est pas les cas des autres acteurs. William Jayne, après quelques petits rôles, est désormais auteur compositeur, et quant à Troy Slaten, il est devenu avocat, tout comme Maia Brewton d’ailleurs!

Des visages connus ou en devenir..

Parker Lewis, c’est aussi l’occasion de voir des visages familiers ou qui vont le devenir.. La fille du premier épisode, va devenir quelques années plus tard célèbre grâce à Luc Besson. Si je vous dis « Multipass », vous la remettez?

parker-lewis-saison1-mila

D’autres visages vont peut-être aussi vous rappeler quelque chose.. Cette prof super cool dans l’épisode 13? C’est le capitaine Victoria Gates, la patronne un peu vacharde de Becket dans Castle..

parker-lewis-saison1-peny-jonhson-gerald

Son (7,0)

Les DVD proposent la VF et la VO en stéréo 2.0. Rien d’extraordinaire, mais largement suffisant pour ce type de contenu. L’occasion pour les fans de découvrir la VO et de se rendre compte que la VF est plutôt proche et bien foutue. Du coup, j’ai regardé la saison en VF.. 🙂

Image (5,5)

C’est le point faible de ces DVD, l’image d’époque n’a pas très bien vieilli. Si le rendu reste acceptable sur mon écran de télé, sur l’ordinateur, cela passe beaucoup moins bien. Les images d’illustration de cet article sont toutes des captures d’écran du DVD, histoire de vous rendre compte de la qualité. Après, il est évident que le coût d’une restauration d’image pour une série de « niche » comme Parker Lewis reste difficilement justifiable d’un point de vue purement économique et je peux le comprendre.

Un détail qui m’a chiffonné, c’est que sur le générique de début, on a le logo original (Parker Lewis can’t lose) alors que partout ailleurs (menu, jaquette), on a le logo français. Pas très grave, mais j’aurais préféré une homogénéité à ce niveau.

Menus (6,0)

Si les menus sont plutôt agréables et reprennent l’entêtante musique du générique (et la superbe invention de Lemmer), ils sont de manière incompréhensible au format 4/3. Pas terrible, d’autant que l’image semble pour le coup déformée, avec un effet escalier, ce qui gâche le visuel.

parker-lewis-saison1-menu-principal

Suppléments (7,0)

Un seul supplément qui est situé sur le dernier DVD :

Histoire de la cool attitude (VOSTFR,  35’57 min, filmé à l’occasion de la sortie en DVD aux états-unis en 2009). Étonnamment, on est ici aussi au format 4/3.

Les acteurs et les intervenants de la série reviennent sur leurs années « Parker Lewis ».  L’occasion de rappeler que la série était très novatrice à son époque sur sa manière de filmer et de mettre en scène. Une réalité que l’on oublie un peu après tout ce temps. Pas de caméra statique façon sitcom, mais une caméra dynamique en perpétuel mouvement, qui porte aussi l’aspect cartoon de la série.

On découvre également que les acteurs ont influencé l’écriture de leurs personnages en apportant leur touche personnelle. On n’échappe pas au côté promo « bisounours » (tout le monde il est beau et gentil), mais ça reste plutôt sympa!

Le documentaire vaut aussi largement pour voir comment les acteurs ont évolué physiquement! Maia Brewton (Shelly) est quasi méconnaissable, et William Jayne (Mikey) a toujours ce côté beau gosse cool par exemple.

parker-lewis-saison1-william parker-lewis-saison1-maia

Packaging (NA)

Comme la plupart du temps, je n’ai eu que des DVD de presse, je ne peux donc rien vous dire sur le packaging..

Au final

Parker Lewis ne meurt jamais! La série a vieilli (l’image est là pour en témoigner), mais a gardé son fun et sa coolitude qui m’avait marquée à l’époque.. Je reste malgré tout déçu de la qualité de l’image qu’idéalement j’aurais aimé voir restaurée. Mais c’est un grand plaisir de revoir la série.

Merci donc à Condor (et Showshank films) pour cette sortie, j’espère que les saisons 2 et 3 suivront rapidement. Pour info, la saison 3 n’est jamais sortie aux USA à cause des mauvaises ventes des 2 premières saisons.. Fans français, à vous de jouer!

Je remercie Condor entertainement pour les DVD de presse.

Acheter sur Amazon :

parker-lewis-saison-1-min

En commandant le DVD / Bluray avec les liens ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!
 
8
Contenu
7
Son
5.5
Image
5
Menus
7
Bonus
Note GeeKroniques 6.5
Visiteurs (0 votes) 0
Vos avis Laissez votre avis
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre avis

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1272 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.