Westworld, Saison 1

Westworld était l’une des séries les plus attendues de la rentrée 2016! À la fois l’adaptation du film éponyme du prolifique Michael Crichton (Urgence, Jurassic Park) et nouveau hit de la chaîne HBO. Le network mise gros sur ce projet, car la poule aux oeufs d’or de GOT arrive à son terme..

Un parc d’attractions hors-norme!

Westworld, c’est le parc d’attractions ultime! Mais plutôt que de miser sur la réalité virtuelle très en vogue en ce moment, le parc choisit une démarche inverse! Tout est bien réel, sauf que les personnages qui peuplent le parc sont des robots à apparence humaine. Des machines que l’on va très vite associer aux PNJ (Personnages Non Joueurs) chers aux jeux de rôles. Des machines que l’on peut tuer, massacrer ou même utiliser pour avoir des rapports sexuels. Mais des machines qui sont programmées pour ne pas pouvoir faire de mal aux visiteurs (faudrait quand même pas qu’ils blessent les riches clients du parc). Ce qui donne par ailleurs des gunfights totalement étranges ou un seul visiteur peut venir à bout de toute une bande de PNJ.

Les personnages

Dans cet univers artificiel, mais au combien réaliste, on va croiser une sacrée galerie de personnages! En voici un florilège!

L’équipe du parc

dr-fordSi les visiteurs ne voient jamais les équipes techniques du parc, les coulisses grouillent pourtant d’activité! On fera connaissance avec le facétieux et cachottier docteur Robert Ford (Anthony Hopkins), le directeur du parc et son cocréateur avec le mystérieux Arnold (qui est décédé depuis). Il n’écoute pas vraiment ce que lui dit son équipe et n’en fait qu’a sa tête. Il est très lié à Bernard Lowe (Jeffrey Wright), le responsable de la programmation qui lui est très dévoué. La directrice des opérations, Theresa Cullen (Sidse Babett Knudsen) est beaucoup moins malléable et reste très souvent campée sur ses positions.  On croisera de manière plus anecdotique Ashley Stubbs (Luke Hemsworth) , le directeur de la sécurité du parc, Lee Sizemore (Simon Quarterman), le prétentieux directeur de la narration du parc et Elsie Hughes (Shannon Woodward), une programmeuse de l’équipe de Bernard qui va s’avérer un peu trop curieuse..

westworld-theresa-cullen westworld-bernard

Les visiteurs

westworld-man-in-blackLes visiteurs affluent tous les jours sur le parc, mais on va suivre de plus près certains d’entre eux. Le plus marquant, c’est sans conteste l’homme en noir (Ed Harris impeccable dans le rôle)! Ce mystérieux habitué du parc (on découvrira plus tard qu’il en est l’un des actionnaires majoritaires), semble poursuivre un but qui lui est propre. Son objectif? Résoudre l’énigme du labyrinthe, une sorte de niveau secret du parc.

Pour William (Jimmi Simpson), en revanche, c’est sa première fois dans le parc. Ce qui est loin d’être le cas de son ami Logan (Ben Barnes) qui l’a un peu traîné de force à Westworld! Peu enclin aux excès que permet le parc, William va longtemps rester sur la réserve. Mais peu à peu, il va se découvrir grâce au parc. Une révélation qui va changer sa vie!

westworld-william westworld-logan

Les androïdes

westworld-doloresLes androïdes du parc ont une apparence complètement humaine. Ils sont programmés pour “jouer” dans les différents scénarios proposés par le parc. Leur personnalité est “codée” et modifiable à volonté par les techniciens du parc. Ils peuvent ainsi devenir plus agressifs, plus intelligents au bon vouloir du parc. Mais ils n’ont pas “conscience” de leur statut de machine et leur mémoire à court terme est effacée chaque jour. Seuls demeurent les souvenirs implantés qui servent le background et la personnalité de l’androïde.

On va faire la connaissance de Maeve Millay (Thandie Newton), une tenancière de bordel qui va commencer à se souvenir des jours passés et qui va avoir une soudaine envie d’émancipation.  Clémentine Pennyfeather (Angela Sarafyan), l’entraineuse la plus populaire de l’établissement de Maeve, qui va finir en victime collatérale.  La candide et naïve Dolores Abernathy (Evan Rachel Wood) qui va s’avérer un personnage central, c’est l’un des premiers androïdes mis en service. Son personnage va évoluer tout au long de la saison et beaucoup changer. Teddy Flood (James Marsden), le gentil cowboy amoureux de Dolores, et Hector Escaton (Rodrigo Santoro), le criminel le plus recherché du coin viennent compléter le tableau.

westworld-maeve westworld-teddy

Mon avis

Une trame riche

De manière assez naturelle, les intrigues se scindent en deux parties distinctes, mais liées. On va suivre d’un côté les événements à l’intérieur du parc avec les trames de William & Logan, de l’homme en noir, de Dolores et de Maeve. Et de l’autre, les coulisses du parc, avec le mystérieux créateur du parc Robert Ford, le directeur de la programmation Bernard Lowe et ses relations compliquées avec Theresa Cullen la responsable de la sécurité. Toutes ces trames vont bien sûr interagir, et au fil des épisodes, de manière assez lente, on va comprendre un peu mieux tout ce qui se trame. Pas simple de s’y retrouver, car tout cela forme un canevas qui va en se complexifiant. Mais tout cela va se clarifier en cours de saison, au fil des révélations..

westworld-william-logan

En coulisses

D’autant que tous ne sont pas toujours ce qu’ils semblent être (je n’en dirais pas plus). Et que le roublard Ford, n’est pas un vieil homme fini, sur le point de prendre sa retraite comme certains y aspirent. Non, Ford est bel et bien le co-créateur du parc avec Arnold. A ce titre, il est le seul a connaitre tous les secrets du parc (dont nombre d’entre eux ont été placés par lui-même). Mais on découvre aussi que quelque soit son but, celui de son directoire n’est pas le même et reste purement financier. Une bataille et un jeu de dupe se sont donc engagés au plus haut niveau concernant la mainmise sur le parc. Coup bas, trahisons et révélations à la pelle! Mais c’est bien Ford qui aura le dernier mot!

westworld-ford-bureau

Dans le parc

Même chose côté parc où les spéculations et rebondissements vont aller bon train. Alors que le candide William venu à l’insu de son plein gré à Westworld va peu à peu se révéler dans cet univers factice, on va découvrir que certains androïdes vont peu à peu garder des souvenirs de leurs journées précédentes. Des souvenirs confus dans le cas de Dolores, mais de plus en plus précis pour Maeve qui va se rebeller contre les faux dieux qui manipulent ses semblables (une dimension “religieuse” assez surprenante par ailleurs). Une rébellion qui n’exclura pas la violence malgré les verrous dont sont censés disposer les androïdes. Si l’hypothèse du bug informatique a bien vite fait long feu, on se demande qui est derrière tout cela. Si l’on suspecte rapidement Ford, c’est Arnold, le mystérieux cofondateur disparu qui va refaire parler de lui.

westworld-maeve-clementine

Do androids dream of electric sheep?

Impossible de ne pas penser (entre autres) au roman de Philp K.Dick  Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, celui sur lequel se base Blade Runner, en regardant la série. Une fois passée la phase d’introduction, la question de l’humanité (au coeur du roman de K.Dick), de la conscience de ces machines, arrive en force.

westworld-dolores-reves

On ne sait plus trop si ce sont des machines ou des êtres conscients. Quel est leur statut? Quels sont les droits des humains sur eux? Quels sont leurs droits a eux? En ont-ils? Ne sont-ils que des machines que le parc peut utiliser et jeter à sa guise? Ou des êtres vivants qui sont torturés? Un questionnement qui aura un écho dans le dernier épisode avec la discussion de Bernard et de Ford concernant Arnold.

Bref, on tombe dans des questionnements assez classiques en la matière, mais qui sont toujours passionnants. Maeve, qui prend pleinement conscience de son statut semble totalement décidé à s’émanciper de ses créateurs / bourreaux. Mais où commence la conscience et ou s’arrête la programmation? Westworld va beaucoup nous tourmenter sur le sujet (même si on s’oriente plutôt vers un éveil de la conscience des androïdes).

Welcome to the maze

L’homme en noir quant à lui semble être dans une quête quasi mystique avec son labyrinthe! À moins que cela ne soit une métaphore du labyrinthe dans lequel erre le spectateur en quête de réponses! Un jeu qui va trouver son épilogue lors du dernier épisode qui va révéler la genèse et le but de ce labyrinthe. Un joli pied de nez pour ceux qui auront cherché des explications.. 🙂

westworld-maze

Car le labyrinthe n’est pas destiné aux visiteurs (dommage pour l’homme en noir), mais pour ses occupants.

T’as le bonjour d’Arnold!

Arnold, le cofondateur du parc avec Ford restera l’Arlésienne de cette première saison. Si les circonstances de son décès seront clarifiées, le mystère de ses interactions avec le parc et ses androïdes demeure. On sait que c’est lui qui a ajouté les “rêveries” lors de la mise à jour du début de saison, que c’est lui qui a programmé Maeve pour se rebeller. Mais on sait aussi qu’il est mort!

Alors qu’en est-il d’Arnold? Est-il une espèce de présence désincarnée qui hante les réseaux informatiques du parc?

Un rythme lent

En partie à cause de la trame complexe et de la multitude de fils rouges, la série avance lentement. C’est un peu le même syndrome que pour GOT d’ailleurs. Si cela n’est pas dérangeant sur les premiers épisodes, on commence à s’impatienter vers le milieu de la saison. Heureusement les choses vont prendre un coup d’accélérateur pendant l’épisode 7 ou un certain nombre de cartes vont être abattues. Un rythme qui va se maintenir jusqu’en fin de saison, chaque épisode donnant son lot de révélations, plus ou moins surprenantes! Si certaines avaient déjà été découvertes par les fans les plus hardcores (Cf Bernard ou l’identité de l’homme en noir), elles en restent néanmoins efficaces et changent complètement la donne.

Westworld s’amuse en fait à laisser des indices pour les spectateurs les plus vigilants pour leur permettre de découvrir en avance ces révélations. Un jeu du chat et de la souris que l’on retrouve même sur le site de Delos (le propriétaire du parc) qui contient des infos dans le code source de la page. Ou plus évident, des détails furtifs qui permettent de comprendre certaines choses (le couteau de l’homme en noir, le bureau de Ford qui annonce la scène finale).. Bref, tous ces easter eggs sont bels et bien cachés à dessein!

westworld-bureau-ford

Et la suite?

Une de mes craintes au départ, c’était de voir comment Westworld pouvait tenir durant les 5 saisons prévues pour le moment. Certes, il nous reste encore les autres univers du film non encore évoqués pour le moment. Le dernier épisode nous montre par ailleurs quelques images d’un univers visiblement de type Japon médiéval puisque l’on voit des androïdes Samouraï s’entraîner. Et Maeve se dirige vers le monde I à la recherche de sa fille. Gageons que ce monde n’est ni celui de cette saison ni celui du Japon médiéval..

Et vu la fin de saison, on imagine qu’il y a de la matière!! Donc, plutôt rassuré de ce côté (même si vu les enjeux, je ne doutais pas que les scénaristes avaient bien bossé sur la suite).

Au final

Westworld impressionne diablement avec cette première saison riche et dense. Le seul reproche que je fais à cette première saison, c’est une première moitié de saison un peu trop lente à mon gout. Une impression de lenteur qui plus est accentuée par l’effet de répétition des journées qui sont pratiquement identiques. Certes, la série pose le cadre, mais il y avait moyen d’accélérer un peu les choses.

Malgré tout, j’ai été emballé par la série qui “transpire” le (très) gros budget! Décors nombreux et magnifiques, FX parfaitement intégré et un cast impressionnant (que cela soit les têtes d’affiches comme les acteurs moins connus).

westworld-ford-fait-le-show

La fin de saison livre beaucoup d’informations et laisse très peu de questions en suspens (ce qui assez rare) tout en ouvrant la porte au scénario de la saison 2. Des ouvertures qui permettent d’imaginer une suite complètement ouverte, même si on l’imagine beaucoup plus violente et tendue.

Une fin de saison qui en profite également pour “réhabiliter” Ford. Alors que l’on percevait le personnage comme cynique et presque méprisant envers les androïdes qu’il ne considère que comme des machines, le final va révéler un Ford tout autre. Un Ford qui prend soin d’eux comme avait pu le faire Arnold en son temps. Mais contrairement à son ami, son regard cynique lui a fait voir les choses de manière totalement différente. Mais son but reste le même : permettre l’émancipation des androïdes en tant qu’êtres conscients.

Et vous, conquis également par cette première saison? N’hésitez pas à laisser votre note et votre critique juste en dessous..

Commander sur Amazon

9 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1242 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.