This is Us, Saison 1

Si je ne devais retenir qu’une seule série pour la rentrée 2016, ce serait indéniablement This Is Us! Une série dont le pitch de base semble simple voir banal (la vie d’une famille), mais qui recèle un script riche en émotions et en surprises! Préparez vos mouchoirs, et embarquez avec moi!

Je vois déjà venir les râleurs en fond de la salle me dire “ouais encore une série qui tire sur la corde sensible pour émouvoir les chochottes”. Bien que moi-même un râleur de compétition (ce ne sont pas mes collègues de l’open space qui me démentiront), je dis non! Non, car la série est très bien écrite et vous tirera des larmes “sincères” à quasiment chaque épisode. Car il va arriver bien des choses à cette famille. Et non, on n’est pas dans le genre saga familiale à la française, je vous rassure..

Attention, spoilers sur les prochains paragraphes!

Une famille & 2 époques

This Is Us-Jack-rebeccaSi on croit au début suivre plusieurs familles qui ont en commun une date de naissance, la fin du premier épisode livre une révélation surprenante : il s’agit d’une seule et unique famille, mais que l’on va suivre sur 2 époques. Il y a donc les parents, Jack Pearson (Milo Ventimiglia qui porte la moustache de façon impeccable) et Rebecca Pearson (Mandy Moore). Ils vont être parents de triplés en 1979. Sauf que l’accouchement va mal se passer et le couple va perdre un enfant. Durement touchés par cette perte, ils vont alors décider d’adopter un bébé afro-américain abandonné à la naissance et qui est arrivé à l’hôpital en même temps qu’eux.this-is-us

On va découvrir  ces 3 enfants à notre époque. Kevin Pearson (Justin Hartley), un acteur de seconde zone qui aspire à de meilleurs rôles. Il vit à LA avec sa soeur Kate Pearson (Chrissy Metz) qui est son assistante. La jeune femme est obèse, une situation qui la complexe énormément. On va enfin découvrir Randall Pearson (Sterling K. Brown), leur frère adoptif, qui a une vie parfaite : un super boulot, une femme et deux filles. Mais malgré tout l’amour de sa famille, il se met en quête de son père biologique. Une quête qui va lui permettre de retrouver William Hill (Ron Cephas Jones), son père, un ancien drogué atteint d’un cancer et condamné à brève échéance.

this-is-us-randall-williamthis-is-us-kateThis is us va donc nous faire rentrer dans la vie de la fratrie, Kevin qui plaque la série The Manny qu’il ne supporte plus, Kate qui rencontre Toby (Chris Sullivan), et Randall qui va apprendre à connaitre ce père qui l’a abandonné à la naissance. Mais on va également vivre la vie de la famille dans les années 80 avec Jack et Rebecca. Les problèmes d’alcool de Jack, la difficulté d’élever 3 enfants, surtout quand l’un d’eux est noir dans une famille blanche. Cela pose plein de questions très pragmatiques comme faut-il mettre aussi de la crème solaire à Randall? Les problèmes de poids de Kate sont aussi de la partie. Comment la jeune fille en souffre déjà dès son enfance, comment ses parents vont tenter de l’aider. La jalousie entre Randall et Kevin, qui va visiblement les amener à prendre des distances une fois adultes.
this-is-us-kevin

Bref, on va vraiment s’immiscer au plus près de la vie de cette famille américaine à la fois banale et extraordinaire. Et This Is Us joue beaucoup sur ces deux temporalités pour mettre en abîme ses personnages..

Mon avis

Vous l’aurez déjà compris, je suis super fan de cette magnifique série. Dan Fogelman, le créateur de la série que j’apprécie déjà depuis quelques séries (The Neighbors et Galavant) a vraiment fait très très fort. Lui qui a vu ses deux dernières séries annulées après deux saisons est enfin reconnu par la critique et le public! Car la série est un vrai carton d’audiences, avec des chiffres qui ne faiblissent pratiquement pas au fil des épisodes. Et ça, ça fait super plaisir!

De l’émotion, pas de simulation!

L’une des grandes forces de This is us, c’est de nous impliquer émotionnellement très rapidement dans cette famille, à laquelle on s’attache d’emblée. Une famille qui ne vit pas que des choses heureuses (comme beaucoup de familles), mais qui fait face. Et du coup, on réagit aux coups durs ou aux moments heureux qui en deviennent très émouvants. Émouvants parce qu’ on est connecté avec eux. Attendez-vous a être émus, souvent jusqu’aux larmes à chaque épisode.. Vous êtes prévenus, il vous faudra les mouchoirs!

this-is-us

Pas de mise en scène dramatique pour nous tirer les larmes pour autant. Juste des “vrais” moments émouvants vécus par les personnages. Des moments empathiques ou l’on se met à leur place. Des moments qui parfois résonnent avec notre propre vie (en tout cas ça l’a été pour moi). Que cela soit les coups durs, les engueulades, ou les bons moments.

Et c’est là que le titre “This is us” (“c’est nous”) prend tout son sens. La famille Pearson, c’est nous, c’est toi, c’est moi.

Des personnages écrits et touchants

Les personnages sont bien écrits, avec des forces et des faiblesses, comme nous tous. Ils ont très rapidement une vraie épaisseur, et ne sont pas stéréotypés. Ils sont réels et crédibles.

Randall, c’est monsieur parfait! Un super job, une belle famille. Mais on va aussi découvrir de nombreuses failles dans son armure. Failles qui vont être ravivées par l’arrivée de son père dans sa vie. Randall va peu à peu perdre pied. Et les flashbacks vont nous faire découvrir l’envers du décor. On va découvrir un colosse aux pieds d’argile qui va craquer en cours de saison et qui va opérer des changements radicaux.

Kevin semble de prime abord le plus superficiel de la fratrie. Le beau gosse un peu idiot va se révéler plus complexe que cela. Sous l’apparence du mec cool et un peu prétentieux, on découvre un Kevin qui doute sans cesse de lui et de son talent. Un Kevin qui a été marié avec Sophie, son amour de jeunesse et qui regrette d’avoir dû divorcer après l’avoir trompée. Mais conscient de ses défauts et travers, il n’aura de cesse de s’amender. De retisser des liens brisés avec Randall, avec Sophie..

Kate, elle, se débat avec ses problèmes de poids et d’estime de soi. Mais surtout du regard des autres qu’elle n’arrive toujours à ignorer. Car oui, on regarde les gros de travers, on se moque d’eux, comme si c’était une condition qu’ils ont choisie. Tout le contraire de Toby qui semble parfaitement assumer ses kilos et se moquer éperdument du regard des autres. Doté d’un humour tout terrain, il ne se laisse jamais décontenancer. Mais on va découvrir derrière la bonhomie du personnage une vraie souffrance (qui l’a conduit à prendre du poids et à sombrer dans la dépression). Tout cela est évoqué toujours de manière fine et sans tomber dans les clichés.

Clichés dans lesquels certains personnages vont ironiquement tomber pour mieux les dénoncer! C’est le cas de Kate qui ne va pas comprendre que l’ex-femme de Toby soit super canon et d’apparence très sympathique.  Elle qui est jugée sur son apparence va faire de même. Une manière astucieuse de rendre le personnage encore plus humain tout en dénonçant les travers qu’elle subit.

La question de l’adoption

L’adoption va être l’un des fils rouges de la saison. Si cela est traité d’abord sur le ton humoristique au départ (les questionnements de parents blancs envers leur fils noir), cela va vite prendre un ton plus grave lorsque l’on va découvrir que Rebecca à caché à Randall qu’elle était en contact avec son père biologique. Un choix  que la série explique parfaitement, mais sans jammais porter de jugement. Un choix que Randall aura bien du mal à comprendre, la question de ses origines l’ayant depuis toujours beaucoup torturé, nonobstant l’amour de ses parents adoptifs.

L’absence du père

Si cette absence n’est pas si perceptible du fait des flashbacks, la mort de Jack reste le fil rouge principal et le sujet tabou de la famille Pearson. Personne n’en parle, c’est un véritable secret de famille. Encore moins Kate qui semble traumatisée par la disparition d’un père qu’elle adorait. On n’en saura pas beaucoup plus si ce n’est qu’elle se sent responsable de sa mort. Mais alors que l’on pensait découvrir pourquoi à la fin de la saison, cela ne s’avérera qu’une fausse piste au final.

this-is-us-famille-pearson

Même si cela n’est pas une fin en soi, espérons que la saison 2 nous donnera le fin mot de ce traumatisme…

Un cast impeccable

Tout ce que je viens de dire sur This is Us est appuyé par un cast impeccable. Il y a souvent une partie des acteurs qui ne convainc pas totalement dans une série. Ici, ce n’est pas le cas, chacun est à sa place et dans son personnage. J’avoue que je n’aurais pas forcément misé ma chemise sur Milo par exemple. Mais, il est vraiment bon en père un peu débordé, mais toujours présent pour ses enfants. Et il porte super bien la moustache, ce qui n’est pas donné à tout le monde! Un peu pareil pour Mandy Moore qui n’est pas très connue (elle a notamment joué un petit rôle dans Scrubs). Mais elle est convaincante et attachante dans son rôle de mère dévouée..

Un gros coup de coeur pour Sterling K. Brown pour son interprétation de Randall, qui va passer du superman au mec paumé qui va exploser en vol. Il exprime très bien ce côté très en retenue, qui va peu à peu voir sa carapace. Je l’ai trouvé très touchant. Peut-être aussi parce que je me suis un peu assimilé à lui. Mes certitudes se sont pour la plupart effondrées l’année dernière. Là aussi, c’est le talent de la série de touchers à l’intime de ses spectateurs.

this-is-us-randall

Même chose pour Ron Cephas Jones, qui incarne un William à la fois ultra cool et à la fois complètement brisé par la vie, la drogue, le fait d’avoir abandonné son fils. Mais cela lui donne un côté vieux sage, qui n’est dupe de rien. Mais un personnage diablement attachant..

Au final

Je suis complètement conquis par cette première saison de This is Us. C’est vraiment la première fois qu’une série me touche autant. C’est à la fois dû au talent de Dan Fogelman, mais c’est aussi surement lié à ma propre situation. Suite à ma séparation, je vis seul, et cette évocation de la famille par This Is Us me touche d’autant plus qu’elle me parle (parfois douloureusement).  Et que ma “sensibilité” est à fleur de peau depuis lors. Objectivement, je pense que la série est en phase avec ce  que je vis personnellement. Cela démultiplie donc probablement son impact pour moi. Mais vu comment elle touche bien d’autres personnes, je me dis qu’il y a un sens universel.

Le seul bémol concerne pour moi l’épisode final. Un épisode qui ne sert à rien. j’attendais une explication sur la mort de Jack. Je ne l’ai pas eu. J’attendais un torrent d’émotion, je ne l’ai pas eu. C’est surement l’épisode qui m’a le moins ému de cette saison. Pour moi, il aurait fallu arrêter la saison à l’avant-dernier épisode. Une erreur de parcours un peu étonnante après une saison parfaite. Mais une erreur de parcours que l’on pardonne après avoir eu autant d’émotions et de plaisir à regarder tout le reste. Car à vrai dire, j’ai eu la larme à l’œil à chaque épisode, hormis le dernier.. Je me revois encore, les yeux rouges dans le tram, les gens ont dû me prendre pour un fou! Mais qu’importe, c’est une charge émotionnelle qui fait du bien, qui fait se sentir vivant malgré ses propres problèmes. De là à dire que la série a eu un effet thérapeutique sur moi, sans doute pas, mais elle a été un très agréable compagnon..

This is Us reste pour moi un coup de coeur absolu. Une série à ranger au firmament des plus belles séries TV, à côté d’un Breaking Bad par exemple ou d’un Battlestar Galactica en ce qui me concerne… Bref, même si vous n’êtes pas sériephile, regardez-la, vous ne pourrez être que séduits.

Et si d’aventure vous n’étiez pas séduits, n’hésitez pas à en parler ici ou sur les réseaux sociaux où GeeKroniques est présent, le débat est ouvert avec un grand plaisir!!

9 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (1 vote)
On a aimé
Une série qui touche au coeur les spectateurs
On a pas aimé
Un dernier épisode inutile
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1207 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *