The Brink, Saison 1

The Brink, que l’on pourrait traduire par quelque chose comme « sur le fil » ne me faisait pas forcément rêver sur le papier. Il est question de crise politique au moyen orient que doivent régler les USA éternels sauveurs du monde. Super! Sauf que la série parvient à tirer son épingle du jeu avec un ton assez particulier qui oscille sans cesse entre le comique absurde (qui louche parfois vers le mockumentary) et un fond somme toute assez réaliste. Une autre belle découverte OCS qui diffuse la série en VOSTFR le lendemain de la diffusion US.


T

out commence avec  Alex Talbot (Jack Black), employée très médiocre de l’ambassade américaine d’Islamabad au Pakistan, que son patron, le très biggot Robert Kittredge (John Larroquette) s’apprête à virer! Car Alex passe plus de temps à courir les femmes plutôt qu’a faire son job. Il fourni même de temps à autre des prostituées à Walter Larson (Tim Robbins), le secrétaire d’état américain quand il est de passage. Car le mariage de Walter avec Joanne Larson (Carla Gugino) semble plus un mariage d’opportunisme, chacun couchant de son côté! Alors que Alex est en virée avec Rafiq Massoud (Aasif Mandvi) un local employé par l’ambassade US, un coup d’état renverse le président démocratiquement élu et les ennuis d’Alex vont débuter!

The Brink

Le  Général Umair Zaman (Iqbal Theba), le nouvel homme fort du pays, ne semble pas tout à fait saint d’esprit et menace Israël et ses alliés. S’engage alors une grosse machine diplomatique pour tenter d’éviter une  escalade sur place qui pourrait conduire à une troisième guerre mondiale. Walter va devoir convaincre le président Julian Navarro (Esai Morales) qu’il peut trouver une solution pacifique à la situation, mais son rival  Pierce Gray (Geoff Pierson), le secrétaire de la défense, va quant à lui bien sur proposer une solution militaire au problème. Heureusement (ou pas), Walter va bénéficier d’un soutien sur place : celui de Alex qui va se retrouver au milieu d’événements qui vont vite le dépasser.

The Brink

En plus de cette plongée dans les arcanes du pouvoir, on va également suivre deux pilotes de chasses qui vont se retrouver au milieu des opérations militaires liées aux événements, le Commandant Zeke « Z-Pak » Tilson (Pablo Schreiber) et son copilote, le Lieutenant Glenn « Jammer » Taylor (Eric Ladin). Et si vous attendiez du « Top Gun » like, vous allez être très loin du compte!

The Brink

Walter va-t-il réussir à éviter un conflit nucléaire? C’est pas gagné!

Mon avis

T

he Brink distribue les baffes à tour de bras, tout le monde en prend pour son grade! Que cela soit l’ignorance de l’américain moyen personnalisé par Alex, les manoeuvres politiciennes qui virent parfois au règlement de compte infantile, les militaires d’élite sous influence, le cliché du dictateur du moyen-orient qui va prendre un virage inattendu. Bref, une série US avec beaucoup de recul et de dérision, qui sait se moquer mais sans jammais vraiment tomber dans le parodique. L’équilibre entre comédie et réalisme est la plupart du temps bien dosé, et on trouve parfois que c’est un peu trop tout en se disant que quand même, ça pourrait arriver! Et c’est là toute la réussite de la série, c’est de nous donner le sentiment que cela peut vraiment se passer comme cela en « coulisse ». Que finalement le jeu de pouvoir tient à peu de chose. Parfois, on dérape quand même, comme dans le passage avec les deux pilotes et les trafiquants d’arts. Si on est heureux de revoir Michelle Gomez (la méchante de la saison 8 de Doctor Who), j’ai vraiment trouvé ce passage too much par rapport au reste de la saison.

Le cast

Le panel de personnage est très large et on a une sacrée palette de comédiens talentueux! Si sans surprise, Jack Black joue un looser qui tente de s’améliorer avec plus ou moins de succès, on a un Tim Robbin qui envoie du lourd! Ultra convaincant dans son rôle de secrétaire d’état toujours en mouvement, cherchant le prochain coup (politique ou avec une nouvelle conquête), il n’arrête pas une seconde! Je suis content de retrouver Carla Gugino, toujours sublime et excellente en « bitch » arriviste prête à tout! Leur couple est assez surprenant, il s’agit plus d’une alliance qu’autre chose, mais leurs liens restent forts malgré tout.  Aasif Mandvi, un habitué des seconds rôles, est pas mal également dans son rôle du pakistanais qui doit se farcir un « ami » encombrant (Alex), mais qui loin des clichés, vis dans une famille aisée et cultivée qui ne voit pas non plus d’un bon oeil le coup d’état. Pas mal de second rôles sympas : Jaimie Alexander (La « Sif » des films Thor), John Laroquette en illuminé qui attends la fin du monde! Bref, on est plutôt pas mal à ce niveau!

The Brink

Du rythme!

Malgré le format des épisodes de 30 minutes, le rythme reste très soutenu, on reste sur les 3 histoires en parallèles : Alex, Walter et Zeke. Les 3 intrigues sont bien sur liées et permettent de voir différentes facettes de l’histoire. Et la fin de chaque épisode est l’occasion d’un twist plus ou moins vertigineux, qui remet assez souvent pas mal de choses en cause.. Que cela soit les plans de Zaman et de son frère ou de simple tweet d’une jeune pakistanaise.. Et c’est quand tout semble sous contrôle que tout dérape! Le dernier épisode gagne en intensité avec le lancement de plusieurs attaques nucléaires et le jeu des alliances entre nations qui se met en branle.. Et quand le destin du monde repose sur deux pilotes qui viennent de se bourrer la gueule au bain de bouche, on se dit que c’est pas gagné! Le tout est rehaussé de dialogues assez percutants, les vannes et les bons mots fusent! Bref le ton acide de la série est aussi présente au travers des dialogues. Ah, j’ai failli oublier la BO pop-rock très agréable et qui elle aussi apporte sa pierre à l’édifice..

The Brink est déjà renouvelée pour une saison 2 qui traitera d’une autre crise (vu la fin de la saison, j’ai ma petite idée sur le sujet). Un bon moyen d’effacer les compteurs et de renouveler l’intérêt du spectateur! Bref, moi qui ne suit pas spécialement un grand fan de HBO (hormis quelques séries comme GOT), je revois peu à peu mon jugement.. En tout cas, je me suis bien marré avec cette série satirique que je recommande à ceux qui ne l’ont pas vue!

EDIT : The Brink a finalement été annulée par HBO qui est revenu sur sa première décision..

8 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1264 articles

5 réflexions sur « The Brink, Saison 1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.