Dead Landes, les escapés, Saison 1

Dead Landes, c’est le retour du fils prodigue de la web série française, François Descraques, le créateur du Visiteur du Futur et de quelques autres succès. Mais cette fois, avec Dead Landes, il nous offre un vrai format série télé avec 10 épisodes de 25 minutes diffusés sur France 4 à partir du 3 décembre!

490509

Dead Landes nous emmène à l’Escapade (d’ou les “escapés”), un camping en plein cœur des landes, accueillant mais un tantinet ringard. Alors que les vacances touchent à leur fin et que les vacanciers commencent à partir, une équipe de journalistes réalise un marronnier sur la fin des vacances justement! La gendarmerie est appelée sur place pour une bagarre qui vient d’éclater.  Alors que tout ce petit monde vaque à ses occupations, le ciel va s’obscurcir, la terre va trembler, et des projectiles vont tomber du ciel. Pendant que tout le monde se met à l’abri dans le Zabriskie Diner, le restaurant de l’escapade, on va faire plus ample connaissance avec  les personnages :

  • Michel (Thomas VDBThomas VDB), le patron de l’escapade, très volubile et accueillant. Mais les affaires ne vont pas fort depuis l’arrivée d’un concurrent.
  • Julien (Baptiste Lecaplain) le petit copain d’Agathe et l’animateur du camping, un poil baba cool et en dehors des réalités.
  • Sam (Yacine Belhousse), le cuistot du camping, légèrement irresponsable sur les bords
  • Natalia (Adriana Gradziel), l’épouse polonaise de Michel, qui ne parle qu’anglais et qui semble sur le point de mettre les voiles..
  • Agathe (Julie Farenc-Deramond), une lieutenante gendarme qui va tenter de maintenir un semblant de calme et d’ordre.
  • Clovis (Sören Prévost) le survivaliste colérique. Un homme normal avant le passage de la tempête xynthia qui lui a tout fait perdre.
  • le père Cohen (David Salles) qui officie dans une église voisine et qui ne semble pas tout à fait catholique et doté d’une belle droite en tout les cas!

deadlandes-michel deadlandes-julien deadlandes-sam  deadlandes-natalia deadlandes-agathe  deadlandes-clovis deadlandes-pere-cohen

Alors que la confusion règne et que les moyens de communication sont tous aux abonnées absents, Agathe part en ville chercher des secours. Sauf que la route est barrée par un mystérieux brouillard menaçant qui ne semble pas vraiment naturel. Le petit groupe semble bel et bien coupé du monde. Mais que se passe-t-il donc? Ce petit coin perdu est-il la seule poche de survivants?

Mon avis (Mat) : 8,5 /10

Une série de survival dans les landes, il fallait oser! François Descraques, François Uzan et France 4 l’ont fait! Comme beaucoup de fans du visiteur du futur, j’attendais avec beaucoup d’impatience la première “vraie série” de François Descraques. La bonne nouvelle, c’est qu’il a gardé l’aspect à l’économie de la websérie. Pas de débauche d’effets, des décors assez peu nombreux (plus conditionnés par l’aspect huis clos de la série). Pas de scènes inutiles ou bouche-trou. Chaque élément présent a son utilité. Mais pour autant, on ne tombe pas dans le “cheap”, je vous rassure. On voit malgré tout que la série a disposé d’un budget (200 000€ par épisode). Certes, on est loin des séries US, mais loin aussi de la web-série!

Un cast aux petits oignons

Les acteurs ont été plutôt bien choisis! La plupart sont des visages connus, que l’on a déjà vu (sans forcément toujours se rappeler ou d’ailleurs) :

  • Sören Prévost (le fils de Daniel Prévost) que j’ai pour ma part découvert dans Peps dans le rôle du prof de sport à côté de ses baskets. Il incarne parfaitement Clovis et son côté à vif et barge. On le sent prêt à craquer à tout moment.  
  • David Salles, vu dernièrement dans le rôle de “grosse teub” dans la websérie le secret des balls (et vu également dans la folle histoire de Max et Leon). Il rend son personnage inquiétant et trouble, et c’est lui qui offre la scène la plus drôle dans le dernier épisode..
  • Thomas VDB, pour moi, il reste le Helmut de Lazy Company, même si il a visiblement plein d’autres cordes à son arc! Volubile et un peu dépassé par la situation, il incarne un Michel finalement très attachant
  • Julie Farenc-Deramond, une ancienne de plus belle la vie (et oui, j’ai une énorme culture série), elle campe de manière tout à fait crédible la femme forte du groupe! 

En mode found footage

Par contre, un aspect m’a vite dérangé, c’est le côté filmé à la première personne. Le procédé façon blair witch permet certes d’apporter une certaine dynamique et une touche de réel, mais j’ai trouvé ça un peu pénible. Ceci étant, Dead landes ne se contente pas des deux caméras des journalistes, mais utilise aussi les caméras de surveillance ou même de portables. Un jusqu’au-boutisme qui trouvera une justification scénaristique à la toute fin de la saison (je vous laisse la découvrir). Après, cela reste une question de gout!

Girl Power

Indéniablement, les femmes prennent les choses en main dans Dead Landes! Que cela soit Agathe ou Nathalia, ce sont elles qui vont faire en sorte que tous s’en sortent indemnes! Agathe le fait de manière directe et frontale, parce que c’est son job en tant que gendarme, mais aussi parce que c’est une femme de caractère! Mais pour autant, ce n’est un personnage badass à l’américaine. Non Agathe doute, a autant peur que les autres, mais elle continue à se battre. Ce qui rend le personnage d’autant plus humain et sympathique. Pour Natalia, c’est complètement différent! C’est la conscience, l’électrochoc du groupe! Elle n’a de cesse de râler, crier, pour pousser les autres à avancer dans le bon sens. Ça, plus le fait qu’elle veut quitter Michel au début de la saison pourrait rendre le personnage complètement antipathique. Mais assez vite, sous son aspect de femme en colère se dessine quelqu’un d’assez humain, d’un peu perdue dans un pays qui n’est pas le sien et qui tient plus qu’elle ne le pense à Michel. Un vrai rôle de composition pour la jeune femme!

Du côté des hommes, ça couine, ça part en cacahuètes. Bref, c’est carrément la bérézina!

Au final

Les deux François (j’ai beaucoup parlé de François Descraques, mais je n’oublie pas pour autant François Uzan) ont vraiment su s’approprier le concept du survival et en faire quelque chose avec une vraie identité. On est pas dans le copié-collé laborieux de certaines séries françaises (hein, qui a dit RIS??). Une vraie belle surprise donc que ce Dead Landes! Si je ne doutais pas du talent des personnes impliquées, le pitch pouvait laisser sceptique! Ne manquez donc pas la série qui arrive à partir du 3 décembre sur France 4! Si le sujet vous intéresse, vous pouvez également lire mon autre article sur le sujet ou je présente la série et ou je fais un rapide récap de la très belle soirée presse ou j’ai eu la chance d’être présent!

Mon avis (Silia) : 8 /10

Une équipe au top

Les films catastrophes et autres séries post-apocalyptiques ne sont pas vraiment ma tasse de thé. Alors pourquoi avais-je tant hâte de voir Dead Landes, me demanderez-vous ? Et bien, je dois reconnaître que c’est une bonne question, et la réponse est très simple : l’équipe ! Comment pourrais-je rater la première série télévisée réalisée par François Descraques, alors que j’ai suivi pendant des années avec le plus grand intérêt ses travaux sur internet ? C’était tout bonnement immanquable pour moi, et j’y suis allée les yeux fermés malgré un sujet qui de prime abord ne m’intéressait pas… Puis j’ai vite rouvert les yeux, car le casting était parfait pour moi :

  • Thomas VDB, que j’avais pu voir comme Mat dans la Lazy Company et dont je connaissais également le travail d’humoriste, est parfait dans le rôle de Michel, le gérant de camping exubérant, mais attachant.
  • Sorën Prevost, que j’avais eu l’occasion de voir au théâtre et à la télévision, est excellent en Clovis, un Daryl à la française qui pointe son arbalète à tout bout de champ (les cheveux sales en moins, mais la paranoïa exacerbée en plus).
  • Baptiste Lecaplain, que je connaissais surtout en tant qu’humoriste, fait ici jouer son physique dans le rôle de Julien, le mono sportif.
  • David Salles incarne avec brio le père Cohen dans toute sa complexité. Et si le nom de cet acteur ne vous dit rien, vous l’avez surement déjà vu malgré tout. Il a joué dans beaucoup de sketches du Golden Moustache, il faisait le psy dans Bref ou encore Einstein dans la Lazy Company (oui, ça fait beaucoup de fois que l’on vous cite cette série. Et pour une simple et bonne raison : elle est géniale ! Donc une fois que vous aurez fini de regarder Dead Landes, vous filerez la regarder si ce n’est pas déjà fait.)
  • La websérie bénéficie également d’un casting solide agrémenté d’acteurs bien connus de l’internet : Julfou, FloBer, Antoine Daniel, Clara Doxal …
  • Et je vous ai gardé mon chouchou pour la fin : Yacine Belhousse. Il joue le rôle de Sam, le cuisinier, et son personnage est drôle, attachant, émouvant, courageux (et voleur et lâche, d’après Clovis). Bref, comme je l’ai dit, c’est mon chouchou. Mais je n’ai pas connu Yacine avec Dead Landes. On peut le voir dans le rôle de Demain, dans Bref, ou dans l’épisode le plus triste du Visiteur du Futur (que je ne nommerai pas pour pas spoiler, et aussi pour ne pas pleurer). Mais c’est surtout un humoriste qui me fait pleurer de rire ! Si vous ne connaissez pas son travail, allez voir ses sketchs sur Youtube (les Québécoises, notamment, qui est ultra culte. Mais aussi la chanson du geek ou l’histoire racontée par des chaussettes avec Dedo, et tant d’autres choses …). Et si vous avez l’occasion, foncez voir sur scène son nouveau spectacle Révolutions !

Une réalisation innovante

Comme je vous l’ai dit plus haut, je me suis lancée dans la série les yeux fermés, et j’ai bien fait, car sinon, j’aurais dû surmonter un deuxième obstacle. En effet, la série prend le parti de la caméra à la première personne… Et il s’agit là encore d’une chose que je n’apprécie habituellement que très peu. D’ailleurs, je ne regarde pratiquement pas de séries de type mockumentary pour cette raison… Mais si j’étais restée sur un tel blocage, je n’aurais jamais vu le bijou qu’est Parks and Recreations, par exemple ! Donc je suis passée outre mon appréhension du genre, et cela m’a permis de découvrir une réalisation inventive. Ainsi, les cameramen intégrés à l’histoire ne sont pas les seuls à fournir les images de la série. On profite également du point de vue des caméras de surveillances, des smartphones et autres objectifs pouvant faire partie de notre vie quotidienne. Cette multiplication des caméras est extrêmement bien utilisée tout au long de la série, et toujours de façon très intelligente.

Une histoire et des personnages intelligents

Vous noterez cette magnifique transition ! Car la réalisation n’est pas la seule chose intelligente de la série, l’histoire l’est tout autant. Toutes les informations apportées au cours des épisodes, même si elles semblent insignifiantes de prime abord, finissent toujours par apporter leur pierre à l’édifice. Cela donne une série cohérente de bout en bout, que l’on a plaisir à suivre et que vous apprécierez retrouver semaine après semaine (et je l’espère saison après saison). Et autre point à souligner parce que je trouve ça très rare pour des personnages en situation de catastrophe : ils sont intelligents ! Non, ils ne se séparent pas à la vue du moindre danger ! Ils s’entraident, ils soignent leurs blessés, ils essayent de comprendre ce qu’il se passe et de survivre … Alors qu’habituellement, dans ce genre de situation cinématographique ou télévisuelle, j’ai toujours l’impression que les personnages font la course pour mourir le premier de la façon la plus idiote qui soit. Ici, vous n’aurez pas à hurler sur votre poste, les personnages sont parfois bêtes, mais jamais idiots. Si vous hurlez, ce sera seulement de rire. Car oui, avec tout ça, j’ai presque oublié le point le plus important …

Une série drôle

Car oui, on rit énormément devant Dead Landes, même dans les moments les plus critiques. Alors oui, il y a aussi de l’émotion, de la tension, mais surtout énormément de comédie. Et les ressorts comiques sont multiples : le rire peut venir d’un personnage, d’une réplique, d’une situation, d’un effet visuel, sonore … Et dans ces temps troublés, ça fait beaucoup de bien. Donc même si comme moi, sur le papier, la série n’est peut-être pas faite pour vous, laissez-lui sa chance, et je suis sûre qu’elle saura vous séduire et que vous mourrez d’envie d’aller passer des vacances avec Michel et son équipe à l’Escapade ! Et dans ce cas, n’hésitez pas à venir me faire coucou, je suis toujours partante pour une soirée karaoké.

8.3 Note GeeKroniques
8.7 Visiteurs (1 vote)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1234 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.