Black Mirror, Saison 3

Souvent, sur Geekroniques, je viens vous parler de cinéma et essentiellement de cinéma, mais ça, c’était avant le drame… Et oui, Netflix est entré dans ma vie… C’est la fin du peu de vie sociale qui me restait, de la vue du soleil et de la sensation du vent. Je rentre dans une ère d’obscurité, de réclusion et de binge watching!!!

J’ai beau lire des articles indiquant de cette pratique qui consiste à regarder énormément de séries peut être dangereux pour la santé, je suis plutôt fan de cet investissement. Avant que la dépression, la prise de poids et les insomnies ne me saisissent, je rattrape le temps «perdu» afin de tenter de me rapprocher de mon maître en série : Mat. La route sera longue, semée d’embûches, mais j’y crois en m’organisant de véritables séances d’entraînement qui rendraient fiers Rocky Balboa : anciennes séries, séries anglaises ou américaines, série d’animation ou cultes.

Toute cette origin-story marvelienne pour vous parler d’un de mes coups de cœur en matière de série. Une série intelligente, énigmatique et qui vient de reprendre le 21 octobre sur Netflix pour sa troisième saison : «Black Mirror». «Black Mirror» est une série britannique qui a pour sujet de traiter de l’influence des nouvelles technologies sur notre vie à travers des histoires anthologiques, mais qui prennent la forme d’une vision dystopique, fataliste voir pessimiste de notre avenir proche. Une saison 3 pleine de promesses et qui se présente à nous avec 6 épisodes aussi différents qu’intéressants.

black-mirror-logo

BLACK MIRROR EP 1 : NOSEDIVE

Ou «Chute Libre» en VF, un premier épisode qui claque aux yeux des les premières images. L’impression de se retrouver dans l’ambiance feutrée de «Her», le film d’anticipation hipster bobo de qualité de Spike Jonze (un film que je conseille fortement!!!). De chute, il en sera bien question pour une héroïne, interprétée par Bryce Dallas Howard, qui vit dans un monde dans laquelle tout est prétexte à déclencher une note. Une note sur 5 étoiles pour toutes les actions de votre vie, pas seulement pour la dernière photo de votre profil Facebook ou celle sur votre dernière tarte Tatin sur Instagram, mais aussi pour votre façon de dire bonjour, votre tenue, vos interactions personnelles et professionnelles. Un Sens Critique à ciel ouvert qui fait froid dans le dos malgré l’abondance de couleurs pastel et de café macchiato du Starbucks du futur. Un épisode qui démarre la saison avec une réflexion sur notre société qui juge sur l’apparence et sur l’effet pervers que cela entraîne sur l’image que l’on veut donner aux autres à travers les prismes et miroirs de nos réseaux sociaux préférées. Je ne peux que liker cet épisode dont je fais mon «préféré»…

black-mirror-nosedive

BLACK MIRROR EP2 : PLAYTEST

La réalité virtuelle… Depuis le mois d’octobre, la VR de Sony/Playstation est disponible: la promesse du renouveau du jeux vidéo pour certains, un gadget hors de prix pour d’autres. Ce deuxième épisode exploite ce domaine en le poussant dans ses derniers retranchements. Cette fois-ci, c’est un jeune baroudeur qui va découvrir le must de la réalité virtuelle en testant le jeux vidéo le plus révolutionnaire du monde. Une petite sonde à l’arrière de la nuque, vous entrez dans un château en apparence vide et vos plus grandes peurs vont venir vous hanter avec un réalisme à toute épreuve. Un épisode aussi ludique que cauchemardesque qui m’a beaucoup rappelé «Existenz» de David Cronenberg, un film qui exploitait de manière très organique notre rapport à l’image et au virtuel. Finalement, après ce deuxième épisode, je pense sincèrement à me tourner vers la Nintento Switch, c’est moins risqué et moins cher…

A noter la présence de Hannah John-Kamen, la badass Dutch de KillJoys et de Wunmi Mosaku vue dans la saison 2 de In the Flesh.

black-mirror-playtest-1-10192016

BLACK MIRROR EP3 : SHUP UP AND DANCE

L’épisode qui joue avec notre empathie avec le twist de fin le plus troublant de toutes les saisons de «Black Mirror». Pourtant ça commençait plutôt bien (comme souvent avec cette série), un petit jeune qui bosse dans un restaurant, qui vit avec sa sœur et sa mère, timide, effacé, certes victimisé par ses collègues de travail, mais apprécié par sa supérieure hiérarchique. Comme tous les jeunes de son âge, un pc, deux clics et c’est le paradis du porn!!! Sauf que notre héros va se retrouver hacker et filmé à son insu dans une situation honteuse et va tomber dans les filets d’un maître chanteur. Il sera forcé à faire d’étranges livraisons, à enfreindre la loi, à s’associer avec des personnes qu’il ne connaît pas, jusqu’à ce fameux twist… Je ne vais pas plus loin, je ne préfère pas…

landscape-1476532114-black-mirror-shut-up-and-dance

BLACK MIRROR EP4  : SAN JUNIPERO

Les années 80 ont la côte, c’est indéniable. Souvenez-vous du carton de «Kung Fury», du remake de «Ghostbuster» cet été et surtout plus récemment de la série à succès «Stranger Things». «Black Mirror» semble avoir cédé aux sirènes nostalgiques des 80’s avec ce 3e épisode tout en synthétiseurs, blazers en cuir et néons psychédéliques. C’est l’épisode de l’amour entre deux jeunes femmes, une jeune femme moderne et épanouie et sa copine plus discrète, voire coincée. On a la sensation de se retrouver dans un film du regretté Tony Scott produit par le duo Simpson/Bruckheimer. Une sensation de nostalgie qui sert le propos de ce «San Junipero» qui va beaucoup nous questionner sur l’amour, le souvenir, la mort, le destin, mais aussi l’égoïsme et la nature humaine. J’ai souvent l’habitude de dire que «Black Mirror» est une série pessimiste et fataliste dans son traitement, mais je dois constater avec plaisir que cet épisode reste un épisode qui nous questionne sur nous même et qu’il ne tient qu’a nous de ne pas plonger dans le pessimisme ambiant… Ça deviendrait presque philosophique tout ça!!!

Black Mirror

BLACK MIRROR EP5 : MEN AGAINST FIRE

Bienvenue dans un monde où les «cafards» affrontent les humains, un monde de désolation dans lequel la guerre fait rage. Des humains contaminés, des réfugiés à la merci de pillages et des soldats présents pour maintenir l’ordre, en gros, une vision horrifique qui nous renvoie à l’actualité et à l’instrumentalisation des guerres modernes. On va vivre la traque des «cafards» avec un bleu, un soldat aussi naïf que volontaire. J’ai immédiatement pensé à «Starship troopers» de Verhoeven!! On nous parle d’endoctrinement, de conditionnement, avec l’ajout de la manipulation de masse assistée par la technologie. Le sujet de la guerre et de l’exploitation d’hommes pour la faire vivre n’est pas un sujet original, et pourtant les techniques d’instrumentalisation des puissants semblent toujours fonctionner depuis des siècles et pour le futur assurément. Un épisode engagé politiquement, tout le monde en prend pour son grade…

black-mirror-season-3

BLACK MIRROR EP6 : HATED IN THE NATION

La saison 3 de «Black Mirror» se conclut aussi bien que ce qu’elle a commencé. On termine notre tournée de la dystopie made in England dans un épisode aux allures de série policière. Une série de meurtres, meurtres qui ont pour rapport d’être commis sur des personnes détestées par l’opinion publique. Une flic blasée par les années d’enquêtes, et une jeune arriviste portée sur les nouvelles technologies, sont en charge de l’enquête qui les mettra sur les traces d’une société qui créé des abeilles robotiques destinées à remplacer les abeilles «naturelles» en voie d’extinction. Ce dernier épisode veut nous parler de notre haine, du poids de nos responsabilités et d’une certaine idée de la justice… Tout un programme pour cette nouvelle charge contre les réseaux sociaux et la violence qu’ils déchaînent régulièrement, le tout dans un contexte d’écologie cybernétique. Au final, nos sociétés dites évoluées ne prônent telle pas souvent la loi du nombre sur l’individu dans une ruche organisée ou chacun doit rester à sa place??

blackmirror-bee

À voir? Oui, oui, oui, «Black Mirror» est une de ces séries qui se vit, se récent et qui nous pose des questions sur notre monde, ses rites et ses péchés… Je ne peux que vous conseiller de voir ou revoir les 3 saisons de cette série créée par le visionnaire Charlie Brooker accompagné d’un Xanax et d’un grand verre d’eau pour faire passer la pilule.

8 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
On a aimé
  • Un épisode, une réflexion, une vision probable de notre futur.
  • Une réalisation poussée et une photographie soignée différentes à chaque épisode.
  • Un véritable OVNI dans le vaste univers des séries.
On a pas aimé
  • Un aspect pessimiste qui peut en freiner plus d'un...
  • Des épisodes au niveau inégal.
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Anthony

Grand consommateur de films, mais attention : j'aime la qualité!!! SF, fantastique, action, réflexion, comédie, français, étranger, drame, biopic, etc, etc, ... du moment que c'est fait avec le cœur et non avec les pieds!!!

79 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.