Le retour d’Ethelior

Lorsque j’ai reçu le communiqué de presse pour Le retour d’Ethélior, le premier tome d’une saga transmédia, j’ai tout de suite été curieux de voir ce que cela pouvait donner. Ne pouvant pas me rendre à la séance de lancement, j’ai malgré tout pu obtenir une version papier du livre pour vous en parler (mon coté réac a du mal avec les livres électroniques).

Synopsis

Après les Lunes sombres en 2199, l’humanité a sombré dans le chaos suite à la montée des eaux et autres catastrophes naturelles. Deux factions se sont alors élevées suite à cela. Les Domiens, qui se sont adaptés à une vie sous-marine grâce à des modifications génétiques. Ils sont devenus une nouvelle espèce, les “homo aquaticus“, cultivateurs de la mer et pourvoyeurs d’algues nutritives pour le reste de la planète. De l’autre côté, les Tekens ont élevés d’immenses tours au-dessus des flots, les Teks. Ils ont pour philosophie de rendre le savoir accessible à tous. Pour cela ils mettent en place les RS (Réseaux de Savoir), des mondes virtuels auxquels ils vont accéder directement par l’esprit grâce à la “décorporation”, une mort cérébrale qui libère leur esprit du corps.

Mais au fils des années, les Tekens vont passer plus de temps dans les RS que dans la vie réelle. Et ils vont devenir une nation militaire belliqueuse et autoritaire. Le techno-facisme est alors de mise. Point de jonction entre ses deux factions, la Guilde Universelle des commerçants Aérien, qui se veut parti neutre. Ce sont eux qui assurent le commerce entre les deux factions, algues pour les Domiens et énergie des Tekens. Ils sont dirigés par l’Archicom qui veille à la prospérité de sa guilde. Ce sont eux les détenteurs et créateurs de la monnaie unique, le Dolo.

On va justement suivre le destin de l’un d’eux, Yarel Grinch, qui a perdu son vaisseau et sa famille lors d’un violent affrontement avec des pirates au-dessus de la pyramide de Guizeh.

Mon avis

J’ai trouvé beaucoup de ressemblances avec Dune, la saga de Franck Herbert (voir mon dossier). La guilde des commerçants ressemble beaucoup à la guilde des navigateurs (transporteurs et entité faussement neutre), leurs maîtres d’armes sont aussi un point commun avec la saga SF. Une inspiration que je retrouve aussi sous forme d”easter eggs”! La chef des Djinns, se nome Akaris, l’anagramme de Arrakis, le nom Fremen de la planète Dune. La ville Imen Zeren qui signifie Homme Libre, évoque quant à elle les fiers Fremens, les habitants de Dune, qui sont des “Free Men”, des hommes libres. Et ce ne sont que les plus évidents..

Un univers riche en promesses

Mais au delta de ses ressemblances avec le classique de la SF de Frank Herbert, se dessine au fur et à mesure une autre dimension. Celle de la réincarnation d’être dotés de pouvoirs magiques (la science arcanique) et qui depuis déjà de nombreux siècles, voire millénaires s’affrontent au travers de deux sociétés secrètes rivales. Un éternel combat du bien contre le mal. Au fil des pages et des révélations, on va découvrir l’ampleur de cette lutte. Tous les affrontements que l’on a pu connaitre et ceux que l’on découvre dans le monde des Tekkens et des Domiens, n’est que la partie émergée de cet affrontement. Une idée par forcément originale, mais qui reste toujours efficace.

Du coup, ce premier tome n’est finalement qu’une introduction à l’univers riche et foisonnant d’incarnatis. Un univers qui s’étend en plus de la préhistoire à notre futur! De quoi imaginer moult scénarios et nous proposer de nombreux livres sur le sujet. On est assez proche du “endless wonder” de la série Warehouse 13 en la matière.. Un univers qui a donc un gros potentiel vu sa richesse, et ce malgré des emprunts çà et là.  Il y a malgré tout des idées et des concepts sympa, comme la notion d’Intelligence Synthétique, une expression que je trouve bien plus parlante que celle d’Intelligence Artificielle..

La promesse transmédia

Ce qui m’a donné envie de lire le livre, c’est avant toute chose la promesse du transmédia. Transmédia délivré par une application (Android et IOS) malheureusement par encore disponible pour Android au moment ou j’écris ces lignes. Mais on peut également et plus basiquement, avec une application dédiée,  scanner les QR code que l’on rencontre pendant sa lecture pour accéder aux éléments.

Après lecture (et consultation des suppléments transmédia), je ne suis pas totalement convaincu! Si certains éléments comme les récits audio (lecture, extrait de radio,..) ou les musiques apportent un vrai plus, un vrai aspect transmédia, d’autres comme les illustrations n’apportent rien. Je veux dire par là que l’on pourrait très bien avoir les illustrations directement dans le livre, ce qui serait largement plus simple que de devoir sortir son smartphone, scanner le QR code et voir l’image sur un petit écran. Cette partie-là ne fonctionne pas du tout pour moi. J’aurais largement préféré des vidéos par exemple (même si c’est plus complexe à produire).

Ceci étant, je pense que le concept est plutôt prometteur, mais nécessite encore quelques réglages pour être plus percutant. On pourrait imaginer également avoir un peu plus d’éléments (on n’en compte “que” 15 pour un peu moins de 300 pages. Mais j’ai bien conscience que “trop” d’éléments transmédia nuirait au rythme de lecture. Un équilibre doit donc être trouvé.

Reste que cela complexifie nettement la tâche de romancier qui doit démultiplier sa vision des choses et faire appel à d’autres artistes pour l’aider. C’est presque pour moi un nouveau métier! Romancier Transmédia! Mais la seul limite devient ici l’imagination (et un peu les moyens financiers tout de même).

Au final

Une idée pertinente qui ne tient pas toutes ses promesses, mais qui reste intéressante malgré tout. Sans être réellement original, l’univers proposé est pour le moment plutôt cohérent et riche, il y a de quoi imaginer pas mal d’aventures à venir! Une façon de renouveler la façon de lire est en marche, a vous de voir si vous êtes séduits ou pas! Le prix du livre est un peu élevé par rapport à un livre “classique”, mais il ne faut pas oublier les “plus” livrés avec le livre qui expliquent cette différence de prix.

Le livre se lit assez facilement et reste assez accrocheur. La fin du livre comprend un glossaire qui explique les termes et expressions rencontrées, une bonne initiative.

Je remercie Marc Fradet pour l’envoi du livre et pour sa dédicace, c’est très sympa. Plus d’infos sur le site d’Incarnatis. Le tome 2 est annoncé pour Octobre 2017, il va falloir être patient..

Commander sur Amazon

ethelior

En commandant le livre avec le lien ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!

7.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1227 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *