L’ainé, Eragon Tome 2

J’ai lu il y a déjà un bon moment le premier tome d’Eragon, et j’avais été plutôt impressionné par la qualité du livre écrit par Christopher Paolini alors agé de 16 ans. Même si le livre reprends un certain nombre de poncifs de la fantasy, j’avais trouvé originale l’idée de lier dragons et les autres races par le biais du couple dragon / dragonnier (elfe ou humain) qui sont liés à vie par un lien psychique. Pour le reste, la trame reste classique, le jeune fermier Eragon qui se retrouve du jour au lendemain dragonier, super méchant trop fourbe et balèze (Galbatorix). Mais le couple formé par Eragon avec sa “dragone” Saphira est très attachant. Parfait pour une lecture estivale! Ce tome 2 reprend donc là ou s’était arrêté le premier tome, après la victoire d’Eragon qui a tué Durza lors de la bataille de Farthen Dûr.


M

ais cette victoire va laisser des traces durables, car la blessure infligée par Durza va lourdement handicaper Eragon. Ajihad,  le chef de s Vardens est tué dans une embuscade et c’est sa fille Nasuada qui prend son relais. Eragon découvrira également qu’il doit également composer avec la politique, et rejoint le clan Nain “Dûrgrimst Ingeitum” et prête allégeance à Nasuada. On suit également les péripéties de Roran, le cousin d’Eragon resté au village de Carvahall. Menacé par les Ra’zacs revenus le chercher, il organise la défense du village. Il devient alors rapidement le leader de Carvahall et se rend compte qu’il ne pourra pas protéger éternellement le village des assauts des Raz’acs. Il organisera donc la fuite de tout le village vers le surda pour rejoindre les rebelles. Rebelles dont il aura également besoin pour libérer sa fiancée Katrina, prisonnière des Raz’acs. Pendant ce temps, comme prévu, Eragon est formé chez les elfes. A sa grande surprise, il decouvrira que son formateur est un dragonnier, Oromis  (accompagné de son dragon Glaedr) qui s’est caché afin de pouvoir former un dragonier capable d’affronter Galbatorix. Cette formation permettra à Eragon de rattraper son retard et de devenir un dragonier acceptable. Sa formation n’est pas encore achevée que les deux dragons (Glaedr et Saphira) lui permettent de guérir de la blessure infligée par Durza et de lui conférer une partie de l’apparence et des pouvoirs des elfes. Il va pouvoir mettre sa nouvelle force au service de la rebellion car l’armée de Galbatorix est sur le point d’affronter les rebelles.

Sur le champ de bataille, un nouveau dragonier fait son apparition accompagné de son dragon. En l’affrontant, il reconnait son adversaire : c’est Murtagh, le fils de Morzan (un dragonier perverti par Galbatorix que l’histoire retient sous le nom de “parjure”) qu’il croyait mort (et de son coté). Murtagh lui apprend qu’il est lié à Galbatorix et qu’il ne peut pas faire autremenent, et cerise sur le gateau, qu’ils sont tous les deux frères jumeaux! Et que Galbatorix ne peut pas le tuer, car Saphira est la dernière dragonne etqu’il à besoin d’elle pour pouvoir espérer faire perdurer la race des dragons. L’armée des nains arrivera finalement à temps pour faire pencher la balance en la faveur des rebelles. Enfin, Roran rejoindra la bataille avec tous les villageois et s’illustrera en tuant deux magiciens adverses. Les retrouvailles entre les deux cousins sont explosives, mais ils se jurent de venger Garrow (le père de Roran et père adoptif d’Eragon) et de délivrer Katrina. Mais la défaite d’Eragon face à Murtagh ébranle sa confiance et complique la donne.

Mon avis

U

ne bonne suite au premier tome, même si parfois on peut déplorer un certain manque de  “réalisme” (ou je sais c’est un peu étonnant pour un roman fantasy). Mais je trouve par exemple la transformation de Roran de paysan “niveau 2 ” en Guerrier “Niveau 30 ” (pour faire une analogie jeux de rôles) est carrément rapide et étonnante pour ne pas dire peu crédible. Sur un autre plan, la “romance” entre Eragon et l’elfe Arya fait un peu trop “ado” à mon sens (sans pour autant être insupportable). Un pavé de 700 pages qui se lit très bien, même si l’on est loin de la complexité d’un seigneur des anneaux (qui reste ma référence en attendant que je lise “Game of thrones”), mais qui est sans doute plus accessible. L’intérêt réside également dans le fait qu’Eragon se pose beaucoup de question sur la justesse de sa cause : justifie t-elle toutes les personnes qu’il a du tuer? C’est finalement pas si courant un héros qui se pose des questions existentielles…

Il me reste plus qu’à lire le troisième tome en attendant la parution du quatrième et dernier tome prévue le 8 Novembre de cette année aux Etats-Unis.

CITRIQ

Commander sur Amazon :

En commandant le livre avec les liens ci-dessus, GeeKroniques touche une commission qui permet de payer les frais du site (hébergement / nom de domaine). Merci de votre soutien!
7 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1244 articles

3 réflexions sur « L’ainé, Eragon Tome 2 »

  1. Ahaha, je suis sur un gros forum spécialisé dans cette saga^^ Et pourtant, je ne l’aime pas du tout ! Enfin si, j’ai bien aimé le premier parce qu’il avait un caractère léger et no prise de tête bien que simpliste et comme tu le dis, trop cliché par les ficelles bien connues qu’il utilise…

    Le 2 m’a pris la tête à un point… Tu sens que Paolini cherche à évoluer et à créer son propre style mais c’est tellement brouillon et faussement philosophique que j’ai pas accroché.
    Le 3 était un peu plus agréable parce qu’il répondait à certaines questions mais le mal est fait…

    Je tiens à souligner que ma présence sur le forum m’a rendu très aigre xD Au départ, j’étais un peu neutre mais à force de débat avec des gens butés et bornés, ça m’a tué j’avoue ! M’enfin, ça n’aurait pas été de toute manière, le cycle du siècle ! Le tome 1 reste mon préféré !

  2. C’est là que je vois que je suis “bon public”.. Moi le seul point qui m’a un peu dérangé, c’est la relation eragon-Arya, pour le reste, j’ai trouvé bien foutu.. Vu le jeune age de l’auteur, je trouve ça plutôt remarquable..

  3. Ben justement sur le forum en question, y en a un qui démontre (preuve à l’appui) qu’en fait, ça n’a rien d’extraordinaire dans le sens où il l’a commencé à 14 ans mais l’a fini bien plus tard, que c’est son père qui l’a édité donc forcément, qu’il n’a pas eu à se heurter et donc perfectionner son bouquin et cie…

    Quand au tome 2 il l’a écrit au même âge que d’autres qui commençaient leur carrière donc pour moi, ça rentre plus en compte 😛

    J’ai tellement bouffé de livre à une époque qu’autant, j’suis hyper bon public de films et séries , autant les livres, je sacque sec, mais ça je le sais, pour ça qu’il faut pas trop me prendre en compte là-dessus xD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.