Your Name

Your Name, le nouveau film de Makoto Shinkai est arrivé chez nous auréolé d’un succès sans précédent au box-office japonais! Déjà familier avec le travail du réalisateur, j’étais donc impatient de voir le film! D’autant que je n’avais pas pu assister aux projections de presse en décembre!

Mitsuha et Taki sont deux adolescents japonais que tout oppose! Mitsuha vit dans un petit village isolé dans les montagnes (on ne sait pas ou exactement, mais c’est probablement dans le nord du Japon) avec sa petite soeur et sa grand-mère. Elle ne rêve que d’une chose : quitter son village pour aller à Tokyo, la ville de ses rêves! Tokyo, c’est justement là où habite Taki, un jeune homme à la vie bien remplie avec ses amis et son petit boulot dans un restaurant italien. Fils unique, il vit avec son père.

Mais un jour, sans crier gare, Taki va se réveiller dans le corps de Mitsuha et inversement! Pensant d’abord qu’il s’agit d’un rêve, car ils n’ont que très peu de souvenirs des moments passés dans le corps de l’autre à leur réveil, les deux jeunes Japonais vont devoir se rendre à l’évidence, ils échangent leurs corps! Passer la première surprise, ils vont s’organiser et se laisser des notes sur leur portable respectif pour se tenir au courant de se qui s’est passé. Et fixer des règles de fonctionnement!

Jusqu’au jour où ces échanges qui se produisent de manière aléatoire vont cesser. Que faire? Comment comprendre ce qui s’est passé entre eux? Une quête quasi mystique, un véritable passage à l’âge adulte vont alors débuter pour nos deux héros peu ordinaires..

Mon avis

Je suis allé en salle sans regarder la bande-annonce, sans lire le dossier de presse. Ma seule préparation a été de voir auparavant les films que je n’avais pas encore vus (Voyage vers Agartha et la tour au-delà des nuages..). Je voulais vraiment arriver le plus neutre en salle pour apprécier au mieux le film.

Je le dis à chaque fois, mais Makoto Shinkai, c’est d’abord une vraie touche visuelle! Décors ultra soignés mis en valeur par des plans larges, des couleurs éclatantes, le tout soutenu par une belle animation. Si ici son amour pour les cieux crépusculaires (avec mélange de bleu et de rouge très caractéristique) disparaît presque (on n’en verre que pour la scène entre Mitsuha et Taki au sanctuaire), le travail sur la lumière et les reflets est encore plus présent, comme une obsession, un leitmotiv. On notera l’arrivée des timelapse, une technique encore non utilisée par le réalisateur, mais qui est magnifiquement bien rendue (et qui sert le propos de l’histoire). En une certaine obsession également pour les portes qui se ferment (que cela soit les portes des maisons ou celle des trains)!

Et une nouvelle fois, l’histoire du film est une création du réalisateur puisque Your Name est l’adaptation d’un roman qu’il a lui-même écrit!

Japon des champs Vs Japon des villes

L’un des points forts de Your Name, c’est de proposer une vision moderne et réaliste du Japon. Une version somme toute relativement universelle (en tout cas si on s’en tient aux pays développés), entre une campagne qui perd ses habitants et la ville qui perd son âme et oublie ses origines.

Sans surprise, Mitsuha rêve de partir habiter Tokyo et de quitter son petit village ou il ne se passe rien. Pourtant, elle préserve les traditions en maintenant actif le temple Shinto de sa famille et perpétue les techniques ancestrales du Kumihimo, une forme de tissage (dont est fait la cordelette rouge utilisée par Mitsuha). A noter tout de même qui si leur vie est très différente, tous les deux travaillent beaucoup en dehors de l’école..

Tout cela pour dire que c’est pour moi l’image (peut-être un peu idéalisée) d’un Japon moderne qui tente de ne pas perdre ses racines et sa culture très riche. Mais c’est aussi la “touche” de Makoto Shinkai, de parler et de montrer un Japon contemporain et sa réalité (même si parfois, il prend des distances avec cette réalité).

Makoto Shinkai et la temporalité

Décidément, le réalisateur aime bien déconstruire ses récits! Tout comme dans la tour au-delà des nuages, le début du film est un peu déroutant dans sa façon de montrer les choses un peu dans le désordre. Mais les surprises ne s’arrêteront pas là non plus, mais je ne veux pas trop en révéler!

Mais c’est aussi pour lui un moyen de dynamiser les émotions qu’il met en scène dans ses films (c’est lui qui le dit). Et bien, je vous le dis, la mission est remplie!

Le roi Ghibli est mort, vive le roi!

Comme beaucoup, j’ai eu énormément de peine à l’annonce de la mise en sommeil du Studio Ghibli. Si ce n’était pas le seul studio japonais à produire des oeuvres de qualité (loin s’en faut), ses réalisations et son histoire en font un studio à part. C’est aussi Ghibli qui a su redonner ses lettres de noblesse à l’animation japonaise et France et dans le monde. Mais ainsi va la vie! La relève est là et belle est bien là!

Mais n’en déplaise à tous les journaleux et les mal informés, Makoto Shinkai n’est pas le “nouveau Myazaki”! Certes, on peut faire le parallèle sur les thématiques de certains films (je pense principalement au Voyage vers Agartha), à leur amour commun des décors travaillés et détaillés, mais aller plus loin serait de la pure fainéantise intellectuelle! Makoto Shinkai a su développer sa propre touche visuelle, et développe plutôt des univers fantastiques, loin du bestiaire folklorique japonais si cher à Myazaki. Il s’ancre aussi à chaque fois dans un Japon moderne et contemporain, ce qui n’est que très rarement le cas de Myazaki. Ici par exemple, les téléphones portables, que tout jeune japonais possède, sont au coeur du film et de la communication entre Taki et Misuha.

Arrêtez donc avec vos “Makoto Shinkai est le nouveau Miyzaki”! Non, c’est “simplement” la nouvelle star de l’animation japonaise! Mais comme souvent, ce n’est que l’arbre qui cache la forêt!

C’est d’ailleurs Makoto Shinkai lui-même qui recadre le mieux cette affirmation simpliste! Oui, comme beaucoup de japonais, il admire Myazaki, le château dans le ciel est d’ailleurs le premier film qu’il est allé voir au cinéma en payant sa place avec son argent de poche! Une expérience qui l’a visiblement marqué! Mais ce qui l’intéresse, c’est de réussir à partager des émotions comme le fait son aîné, pas de faire des films à la Myazaki! Allez, fin de la parenthèse!

les traumatismes des catastrophes naturelles

Your Name, c’est aussi le trauma des catastrophes naturelles qui frappent le Japon depuis toujours, mais tout particulièrement le tsunami qui a entraîné la catastrophe du Fukushima. Ici, la catastrophe prend une forme très visuelle et presque magique avec la comète, mais les images du résultat et l’aspect dévasté du village après l’impact parlent d’eux-mêmes..

Le film de la maturité?

Derrière ce titre un brin provocateur se cache néanmoins une vraie question! Si j’ai aimé ses précédents films, j’ai toujours trouvé des défauts qui m’ont empêché de les apprécier pleinement. Ici, même si la relation entre Taki et Mitsuha peut par certains côtés rappeler 5 cm par seconde, je n’ai pas eu d’accros qui m’ont gêné dans ce film. Contrairement à la tour au-delà des nuages, la narration reste claire et compréhensible malgré quelques complexités narratives (je n’en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir).

Bref, on en prend plein les mirettes (comme d’habitude) et l’histoire est bien ficelée et très émouvante. Mais plus surprenant, le film regorge de moments drôles! Je ne m’attendais pas à ça. Certes, les échanges de corps sont propices à quelques gags, mais il n’y a pas que cela et je trouve que c’est plutôt bien dosé.

En bonus, l’interview de Makoto Shinkai lors de sa venue en France :

Clins d’oeil

Comme je le disais, le film joue sur la temporalité, mais aussi sur la distance! Your Name sème pas mal de clins d’oeils  dans ses scènes! Il faudra, je pense, quelques visualisations pour les lister, mais j’ai par exemple retenu la scène ou Taki tente de téléphoner à Mitsuha. La scène se situe sur un pont de nuit. Un peu après, on aura exactement la même scène avec Mitsuha tentant d’appeler Taki, mais sans succès également (la scène se passe alors de jour).

Au final

Il faut absolument voir Your Name! Malgré tous les efforts de son distributeur Eurozoom qui a fait un très beau boulot et qui fait une promo acharnée sur les réseaux sociaux, je trouve que le film n’est pas suffisamment distribué. Et que malgré le bon bouche-à-oreille dont dispose le film, je crains que ses entrées en salle ne soient pas à sa hauteur. J’ai parfois l’impression de retourner 10 ou 15 en arrière ou voir un film d’animation Japonaise au cinéma tenait presque de l’exploit! C’est vraiment dommage, d’autant que la VF est vraiment très sympa! J’attends d’avoir le film en vidéo pour comparer à la VO, mais vraiment j’ai bien accroché à cette VF.

Je me rends compte que je vous ai parlé de Your Name sans en dire beaucoup sur l’intrigue (putain je m’améliore sur le no spoil mine de rien). Ça reste principalement l’histoire de la rencontre improbable et de la romance entre Mitsuha et Taki. Plein de bons sentiments, mais sans verser dans l’excès de sentimentalisme.

Si le titre du film peut paraître un peu énigmatique, il trouvera son entière et pleine justification vers la fin du film.. Bien joué! Et vu la structure du film, je comprends maintenant ceux qui disent être allés voir le film plusieurs fois! Il faut au moins le revoir une seconde fois pour mieux l’apprécier et voir tous les petits clins d’oeil..

Si vous n’êtes pas encore allés voir Your Name, filez le voir en salle. Et oui, c’est ordre!! 🙂

9 Note GeeKroniques
9.3 Visiteurs (2 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1190 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *