werewolf image une

Werewolf

Werewolf est le combat contre la dépendance à la drogue d’un jeune couple de marginaux canadien. C’est la mutation d’un couple de junkies vers une vie meilleure et stable grâce à un programme de sevrage à la méthadone. C’est la transformation d’un homme et d’une femme face aux difficultés et aux exigences de la vie, de leur propre vie. Et c’est un film d’Ashley McKenzie à découvrir dès le 22 mars 2017 au cinéma.

Werewolf

Sur l’île canadienne de Cap-Breton, un jeune couple de marginaux vit de petits boulots. Chaque jour, ils mendient de porte en porte proposant de couper l’herbe avec leur tondeuse rouillée. Soudés dans leur vie aux conditions précaires Blaise et Vanessa (Nessa) sont un couple accro à l’héroïne. Ayant la volonté de s’en sortir ensemble, ils ont décidé de suivre un programme de sevrage à la méthadone. Mais alors que Nessa mettra toutes ses forces dans la bataille, Blaise sombrera de plus en plus. Vaincront-ils leur addiction ? Leur couple lié par une forte dépendance affective survivra-t-il à cette épreuve ?

La genèse de Werewolf

Nous entendons tous régulièrement parler des problèmes d’addictions et de leurs divers effets tant physiques que psychologiques et sociaux. Pouvant encore parfois s’apparenter à un sujet tabou, c’est sur ce thème et lui seul que le film prend racine et se développe.

werewolf blaise et nessa

La réalisatrice Ashley McKenzie (presque showrunner sur le film) s’est basée sur une histoire vécue. Son producteur (Nelson MacDonald) et elle sont nés à Cap-Breton, une petite île où tout le monde se connaît. C’est là-bas qu’un jour ils ont vu un jeune couple débouler avec une tondeuse. Ils tambourinaient aux portes des maisons, à la recherche d’un travail et de l’argent, mais personne ne leur avait ouvert. Ils étaient surnommés les « accros au crack » et selon la rumeur vivaient dans les bois sous une tente volée.

Pour le reste, c’est son expérience et son imagination qui ont fait le travail et qui font de Werewolf un film dans l’air du temps. Un film qui se permet de traiter de façon détaillée un retour à une vie plus classique, une transformation, une mutation, un combat contre les addictions.

Mon avis

Ce couple n’est pas qu’uniquement dépendant à la drogue. Nessa et Blaise multiplient les dépendances : à l’amour, à l’aide sociale et à leurs conditions de vie précaires. Surtout que c’est sans compter sur le cercle vicieux qu’est leur vie, faite d’abandon, de rejet et de discrimination. C’est là toute la complexité et la profondeur du film.

werewolf nessa

La réalisatrice s’est donc attachée à nous montrer la complexité psychologique du couple et son isolement, en faisant le choix de l’image et du son plutôt que des dialogues. Et quoi de mieux que des gros plans pour illustrer cet enfermement, ce petit espace clos dans lequel évolue le couple et qui les compresse. Rappelons que nous sommes sur une île et voilà le spectateur embarqué au plus près, presque au cœur des difficultés de ce couple. La lumière est également très travaillée. Elle est aussi pâle que la vie du couple, aussi effacé qu’ils le sont dans la société. Pourtant les extérieurs très verdoyants montrent bien que l’histoire se déroule en été.

Les personnages secondaires sont rarement montrés à l’écran. C’est comme s’ils étaient là sans l’être, en étant transparent pour Nessa et Blaise. Et c’est là que se trouve le film politique. En effet par ce procédé, entre autres, Ashley McKenzie traduit visuellement sa frustration et sa colère à l’égard des institutions et de la société. Elle illustre son sentiment d’abandon et de négligence envers les besoins des gens.

Pour conclure, pour son premier long métrage, Ashley McKenzie nous propose un drame humain et sociétal qui pourra facilement satisfaire les amateurs de films indépendants. En revanche si vous êtes à la recherche d’un film d’action, passez votre chemin.

6.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par aris

Tout à commencé par Stargate SG1 puis Altantis. Grand fan de séries de science fiction (qui n'aime pas Star wars), j'ai fini au fil des années par diversifier les genres tout en augmentant ma consommation. Aujourd'hui je consomme des séries récentes ou anciennes, de tous genres et de tous horizons. Mes préférés ? Battlestar Galactica et Stargate Alantis.

14 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *