The Hate U Give

En préparant ma liste des sorties cinéma de 2019 à surveiller, j’ai remarqué un point intéressant : la fin du mois de janvier veut me faire me sentir mal. Et me rappeler que le racisme est quelque chose de bien trop présent encore aujourd’hui.
Nous avons « Sorry to Bother You » (qui est le film que j’attendais le plus), le nouveau film de Barry Jenkins (le réalisateur de la bombe qu’a été Moonlight). Et encore « Si Beale Street pouvait parler », « The Green Book » et celui dont nous allons parler ici : « The Hate U Give ». Voyons voir ce que le bougre nous propose.

Petite précision avant de parler du film : The Hate U Give est une adaptation éponyme d’un roman écrit par Angie Thomas. Je n’ai pas lu le livre en question, donc je ne pourrais pas juger le film sur son respect de l’oeuvre original ou sur les libertés prises lors de l’adaptation. Ma critique se basera sur The Hate U Give, le film et le film uniquement, pas l’adaptation.

Le film nous raconte l’histoire de Starr, une jeune afro-américaine qui se retrouve témoin de la mort d’un ami d’enfance par un policier. Bloquée entre sa difficile condition au quotidien et la personnalité qu’elle a dans son école privée, elle va essayer de vivre avec ce drame.

The Hate U Give, c’est une réussite sur le papier. Un énorme 97% sur Rotten Tomatoes, le film a été un vrai succès critique. En terme de box-office, ce n’est pas glorieux mais le film a remboursé ses 23 millions de dollars de budget.
Vu les sujets traités et le contexte tendu en Amérique, le film a sans doute pas mal marquer les esprits et les coeurs des spectateurs. Tout ça, c’est pour vous dire que mon avis ne compte pas tellement en fin de compte. Parce que je suis loin de donner un 97% à ce film pour ma part.

Mon avis

Mon visage quand je finis le film et que je vais devoir critiquer un film qui parle de racisme.
Je ne souhaite l’exercice à personne !

Parlons déjà des bonnes choses : le film excelle sur la forme. La réalisation qui assure pour nous faire entrer dans le coeur de l’action. Le casting est globalement très réussi avec la famille principale du film qui est on ne peut plus crédible. Mention spéciale aux parents ! Mais la star est ici très clairement Amandla Stenberg. Cette jeune actrice est tout simplement brillante.
C’est la première fois que je la vois pour ma part. Mais je suis déjà convaincu qu’on va la revoir et qu’elle va atteindre les hautes sphères d’Hollywood très rapidement. Elle nous livre vraiment une prestation qui ne lésine pas sur la volonté de nous mettre un coup de poing émotionnel.

The Hate U Give ne fait d’ailleurs pas les choses à moitié non plus. Le film n’est pas là pour nous proposer une ballade de santé mais bien pour nous toucher là où ça fait mal. Et les quelques moments de douceur et de bonté ne sont là que pour nous replonger dans la colère, l’injustice et l’incompréhension quelques minutes après.

Vu les retours on ne peut plus positifs, il est tout à fait probable que ça ne soit que moi. Mais le gros problème du film vient de son sérieux manque de nuance.

Je me livre un peu : je suis un homme blanc. Je n’ai jamais eu de contrôle au faciès ou l’impression de me faire contrôler pour une raison spécifique. Donc même si je vois le racisme systémique et que j’en suis ulcéré, je ne peux prétendre comprendre ce que les personnages ressentent dans ce film. Mais le film veut tellement nous toucher émotionnellement qu’il en vient à nous ignorer complètement côté intellect.

Les actions et dialogues que nous livrent l’héroïne sont touchants la plupart du temps, mais parfois complètement à côté de la plaque, au point où je me demande si elle a vécu ce qui est montré dans le film.
Le policier qui a tiré sur l’ami de l’héroïne n’était pas un meurtrier raciste mais clairement un jeune policier qui a fait une terrible erreur dans une situation de stress. Et d’un coup l’héroïne nous sort que si elle voyait le policier elle lui demanderait si il aimerait aussi la tuer.
Quoi ? J’ai raté une scène où le flic est un membre actif du KKK c’est pas possible…

Et le soucis, c’est que des scènes comme ça il n’y en a pas qu’une ! Je ne vais pas vous faire une liste complète car cela vous spoilerait! Mais aussi cela voudrait dire un second visionnage du film pour ma pomme et personnellement, non merci. Mais il y a plusieurs scènes comme ça qui m’ont fait sortir complètement du film et je n’ai pas réussi à y retourner.

Au final

Encore une fois, peut-être serais-je le seul. Peut-être qu’il n’y a que moi qui voit le film ainsi et que vous adorerez. Le film a encore une fois d’excellents retours donc faites-vous votre propre avis. Mais si vous trouvez que le film fait du mal à son propre propos par manque de nuance, eh bien sachez que vous n’êtes pas seul(e) !

The Hate U Give, c’est un bel emballage et d’excellentes prestations qui servent malheureusement un message trop bancal pour que je puisse vous le recommander.

5.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Greil

28 articles

Une réflexion sur « The Hate U Give »

  1. C’est court mais la critique décrit assez bien le film, juste que j’en sors avec un ressenti différent: je pense que l’auteur est à côté de la plaque sur ce qu’est le film.

    Ce film n’est pas là pour nous dire « ouh méchant blanc » « gentil noir » mais pour présenter le plus simplement possible la vision d’une personne, d’une famille dans ce contexte, comment ils le vivent. Il n’est pas là pour nous dire que cette famille a raison ou tort mais seulement nous montrer leur vie, leur ressenti dans tout ça.

    « Et d’un coup l’héroïne nous sort que si elle voyait le policier elle lui demanderait si il aimerait aussi la tuer. »
    A aucun moment il est dit dans le film que l’héroïne c’est Jésus Christ et elle fait tout bien. C’est là que l’auteur de la critique est complètement à côté de la plaque. Evidemment que le policier n’est pas tout à fait en tort, il a réagit comme ça parce que lui aussi a sa propre vie, sa propre histoire, propre ressenti dans ce contexte particulier et au final à sa place, avec sa vie, nous aussi on aurait fait la même chose (même l’oncle de l’héroïne aurait fait pareil). Mais là on suit cette jeune fille, avec des qualités et des défauts comme tout le monde, et comment elle ressent tout ça.
    Non c’est pas Jésus c’est juste une petite fille et on a là sa pensée.

    Donc ce film n’est pas une propagande de Jésus noir anti-blanc, non, il s’agit seulement d’UNE vision parmi des milliers de visions différentes selon les vies différentes (noir/blanc/riche/pauvre…), ni plus, ni moins. Et on peut être sûr que beaucoup de personnes ont déjà vécu cela, penser de la même façon que dans le film et s’y identifient donc parfaitement.
    Au final le film n’est pas là pour nous dire quoi penser mais pour nous donner de quoi penser en nous mettant sous les yeux une vie/un ressenti dans un contexte particulier et c’est à nous de juger.

    Vous avez pris le film pour ce qu’il n’est pas, pas très pertinent à mon humble avis, et évidemment que vous en ressortez déçu.

    On aurait très bien pu avoir un film avec la vision du policier, ça serait seulement pour délivrer son ressenti, sa façon de pensée comme ici dans ce film, comment il voit/ressent tout cela. Après à chacun de se faire son avis sur cette vie dans ce contexte. Mais ça serait pas pour délivrer « un message trop bancal », rien à voir, à côté de la plaque, il n’y a pas de messages dans le film mais plutôt des faits, ou ce qu’il s’en rapproche, avec lesquels il nous faut se forger un avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.