Room

La victoire de Brie Larson aux derniers Oscars dans la catégorie meilleure actrice m’avait vraiment donné envie de voir «Room», c’est maintenant fait depuis sa sortie en salles le 09 mars 2016. Un concept fort au service de l’émotion et de la relation intense et fusionnelle entre une mère et son fils.

«Room» nous conte l’histoire de Jack, un petit garçon de 5 ans, qui vit depuis sa naissance dans une seule et unique pièce en compagnie de sa mère mais aussi d’un monde imaginaire peuplé de Madame Plante, Madame Garde Robe, serpent d’œuf et encore… Méchant Nick!!!

 Room-affiche

BONJOUR MADAME LAMPE, BONJOUR MADAME PLANTE!!!

Adaptation d’un roman du même nom, «Room» fait partie de ces films qui repose beaucoup sur leur concept de départ et qui en exploite toutes les possibilités narratives. Nous sommes donc propulsés et enfermés avec Jack, un enfant qui vient tout juste d’avoir 5 ans et qui vit avec sa mère dans une petite pièce figée dans le temps depuis sa naissance. Il m’est difficile de vous parler de ce film sans tomber dans la zone spoiler et sans gâcher le plaisir de la découverte du monde de Jack car moins on en sait sur Room, plus le plaisir en sera décuplé!!! C’est à travers les yeux de ce gamin que nous allons voir le monde, SON monde avec une maman aimante, des amis imaginaires, des meubles personnifiés et pour seules perspectives d’évasion: un télévision et une lucarne qui surplombe la pièce. Seule ombre au tableau, le mystérieux Nick, un monsieur dont Jack se cache et qui vient rendre visite à sa maman tous les soirs…

Room-Jack et sa mère

Le film bascule au moment ou Jack quitte la fameuse chambre pour découvrir ce qui se passe de l’autre coté de la porte, le vrai monde, un monde qui lui est totalement étranger. Je ne spoile rien en vous disant cela car le bande annonce le fait très bien toute seule, je pense que même avec cet élément du scénario en votre possession, vous serez surpris, captivés et très empathiques avec cette mère et son fils enfermées. La deuxième partie de ce long métrage est plus classique mais n’oublie pas de conserver ses propres règles de narration avec la vision d’un Jack explorant de nouvelles possibilités et affrontant de nouvelles problématiques dans son assimilation du monde… réel. Joy, la maman de Jack, est elle aussi assez bien traitée d’un point de vue psychologique et renforce également l’aspect dramatique général pesant mais nécessaire pour être juste dans le déroulement de cette histoire qui arrive à mélanger des moments d’amour et de poésie avec des moments qui font vraiment froid dans le dos…

JACK ET LA MECANIQUE DU COEUR

Le petit Jacob Tremblay n’avait pas… tremblé (désolé, l’humour vient de décéder) face à Leonardo DiCaprio lors des derniers Oscars, il avait même fait le buzz avec son naturel et sa petite bouille de petit mec en costard-nœud papillon. Ce qu’il faut surtout retenir de ce gamin, c’est bien son interprétation dans «Room» et son rôle de Jack. Il est juste, touchant, impliqué et terriblement attachant malgré son jeune age, sa forte présence dans le film et la contrainte de tourner majoritairement dans un seul et unique décor. Que dire également de Brie Larson qui mérite amplement sa statuette dorée dans le rôle d’une mère dévouée dont on devine les souffrances profondes et les sacrifices pour son fils, une interprétation sublime, percutante et surtout un rôle de femme forte qu’on ne cherche à sexualiser et qui nous est montrée la plus naturellement possible pour une identification évidente pour le spectateur.

room - Petit moment de détente pour Jack et sa mère

Un super duo d’acteurs donc mais surtout une super réalisation de la part de Lenny Abrahamson, réalisateur irlandais qui nous offre un film très travaillé et très bien pensé. Abrahamson a su exploiter au mieux le roman d’Emma Donoghue dans sa gestion des acteurs, des cadres mais aussi dans sa façon de filmer. En effet, il joue sur les échelles et nous propose deux visions de la chambre mais aussi du monde extérieur à travers les yeux de Jack mais aussi à travers une vision plus adulte qui correspond à une réalité plus marquante, la réalité du spectateur comprenant ce qui arrive à nos deux personnages principaux. J’ai beaucoup apprécié son travail sur les couleurs et les matières en opposant cette fameuse «Room» qui semble être figée dans le temps et décoré d’objets de récup à notre monde réel mais chaleureux pour accueillir Jack et Joy, un monde très moelleux avec beaucoup de bois et de moquette. Pour finir, les musiques sont discrètes mais marquent bien les émotions sans tomber dans le pathos et dans la facilité du tire-larmes.

room

A voir? Pour cette magnifique relation mère-fils et la force qui s’en dégage. Une première partie prenante et inventive mais malheureusement en découle une seconde partie plus classique et moins captivante en forme de conclusion presque logique.

6.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Anthony

Grand consommateur de films, mais attention : j'aime la qualité!!! SF, fantastique, action, réflexion, comédie, français, étranger, drame, biopic, etc, etc, ... du moment que c'est fait avec le cœur et non avec les pieds!!!

79 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.