Lou et l’île aux sirènes

Malgré les efforts et l’énergie déployée par le distributeur Eurozoom, pas facile de voir en salles Lou et l’île aux sirènes, le nouveau film du réalisateur du fou (et déjà culte) “Mindgame”. Peu présent hors des réseaux d’art et d’essai et restant peu à l’affiche, il faut être à l’affût pour le voir! Ce qui a été finalement chose possible (mais un peu tardivement).

Kai habite avec son père et son grand-père dans une petite ville portuaire, Hinashi. Il est venu s’installer ici quand sa mère et son père se sont séparés et que cette dernière est partie vivre une nouvelle vie. Taciturne et peu sociable, le moins que l’on puisse dire c’est que le jeune garçon ne respire pas la joie de vivre.

Sa vie s’écoule de manière morne entre le collège et la musique électronique qu’il compose. Suite à la mise en ligne de l’un de ses morceaux, Yuho, une exubérante camarade de classe, va lui proposer de rejoindre le groupe qu’elle a formé avec Kunio, un autre camarade.

Kai va protester mollement contre cette proposition, mais ne va pas pouvoir résister longtemps à Yuho. Ils vont donc aller répéter ensemble sur l’île aux sirènes qui se situe en face de leur ville. C’est à cette occasion que Kai va rencontrer Lou, une jeune sirène candide qui adore la musique. Une rencontre qui va bouleverser la vie de Kai et de toute la ville!

Mon avis

Un joli conte initiatique

Lou et l’île aux sirènes, c’est avant tout un conte initiatique. Ou comment Kai et ces amis vont vivre une aventure hors norme qui va les faire grandir! Car si leur premier réflexe naturel, c’est de parler à tout le monde de Lou (et c’est aussi le souhait de la sirène qui veut être amie avec tout le monde), ils vont bien vite se raviser.

Car malgré le côté hyper kawaii de Lou, on se doute que les croyances, les méfiances et puis finalement la haine vont finir par réapparaître dans le coeur des humains. Et Yuho va comprendre que ses actes ont des conséquences graves. Les 3 amis vont donc devoir laisser leur insouciance et assumer leurs responsabilités! Et c’est finalement une belle collaboration qui va se mettre en place!

Un air de Myazaki

Mais un air seulement! Je suis le premier à râler contre les journaleux qui comparent souvent les réalisateurs japonais avec leurs ainés (et Miyazaki en premier lieu). Mais je dois avouer qu’avec Lou et l’île aux sirènes, j’ai souvent fait un rapprochement avec l’oeuvre de Myazaki. Que cela soit l’aspect initiatique, le rôle fort des créatures surnaturelles (on pense d’ailleurs à Ponyo), pas mal de points rappellent le maître de l’animation japonaise. Nul doute que Masaaki Yuasa aura été influencé comme beaucoup par les œuvres du studio Ghibli (le père de Lou aurait pu figurer sans sourciller dans un Chihiro par exemple). Mais il sait apporter sa touche personnelle!

Si le film est bien moins fou que Mind Game, on retrouve une partie de sa folie dans Lou et l’île aux sirènes! Que cela soit dans les scènes de danse, ou dans les flashbacks, le film a ses petits moments de lâcher prise!

La musique est d’ailleurs assez présente, avec des styles très différents. Souvent de facture classique, elle se lâche sur les scènes plus folles, accompagnant ainsi parfaitement le film dans son délire. C’est particulièrement le cas dans les scènes ou tout le monde s’agite au son de la musique, et ou le spectateur ne peut résister à faire de même (voir extrait ci-dessous)!

Une autre animation

Lou et l’île aux sirènes, c’est le cinéma d’animation que j’aime. Une jolie histoire aussi colorée que ses graphismes, bien servie par une technique maîtrisée, et un joli brin de folie qui vient dynamiter tout cela! Un film dont on ressort avec une belle banane!

Certes, le chara-design simple avec un coté très cartoon (voir simpliste dans le cas de personnages comme le grand-père de Kunio) peut surprendre. Mais je trouve qu’il donne une touche très personnelle au film et permet une animation très fluide. Mais aussi une identification très simple et aisée de tous les personnages.

Les décors sont quant à eux très détaillés et très beaux. J’aime vraiment cette patte que le réalisateur japonais apporte à ses oeuvres. On remarquera aussi le jeu des couleurs qui reflète la personnalité des personnages : Kai le morose habillé en foncé et Lou la fantasque parée de couleurs chatoyantes!

Mais cantonnée à un public de “connaisseurs”?

Alors que depuis une dizaine d’années, le monde de l’animation se porte très bien, que les noms de grands réalisateurs sont désormais connus du grand public, tout n’est pas rose pour autant. Je ne sais pas combien fera d’entrées le film en France, mais ce sera bien largement en dessous de ce que sa qualité pourrait attendre. Alors qu’il mériterait de faire autant d’entrées qu’un Disney, ce ne sera pas du tout le cas. Pendant ce temps, on va être abreuvé de films insipides en image de synthèse basés sur des licences et qui feront surement plus d’entrées.

Alors oui, je sais que qualité ne rime pas toujours avec le nombre d’entrées. Et ça me désole notamment pour Eurozoom qui fait un superbe travail (notamment) sur les films d’animation diffusés dans nos salles. Mais cela me permet aussi de me rappeler pourquoi je tiens ce blog depuis déjà plusieurs années : partager mes coups de coeur (et plus rarement coup de gueule) et vous faire découvrir de belles choses.

Au final

Si Lou et l’île aux sirènes passe près de chez vous, n’hésitez pas à aller le voir, c’est un très beau film, drôle et tendre. N’hésitez pas à le voir avec vos enfants, les miens ont apprécié la séance! Le film a été primé au festival du film d’animation d’Annecy 2017 ou il remporte le Cristal du long métrage (amplement mérité à mon sens).

Et si vous l’avez vu, n’hésitez pas à me laisser votre avis / critique juste en dessous!

8 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1202 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *