Les Animaux Fantastiques: Les Crimes de Grindelwald

Au début envisagée comme une trilogie, la saga Les Animaux Fantastiques s’est finalement retrouvée avec deux autres opus annoncés pour un total de 5 aventures se déroulant avant les événements de la saga du plus célèbre des sorciers. N’étant pas le plus grand fan de la saga Harry Potter, une telle annonce m’a laissé sceptique. Après un premier opus non sans défauts mais qui montrait quelque chose de nouveau et plein de potentiel, je me disais que cette saga avait de l’avenir. Cet avenir est sorti au cinéma avec Les Crimes de Grindelwald, et… ce n’était pas glorieux.

Vous l’avez compris, cette critique ne va pas être positive. Je ne serais certainement pas retweeté par J.K. Rowling par mes propos sur ce film parce que je lui en veux un peu au passage.

Néanmoins, je ne veux pas simplement critiquer pour critiquer donc je promets de ne pas tomber dans l’insulte, et je vais même commencer par les points positifs ! En échange, vous devez accepter le fait que les points positifs se comptent selon moi sur les doigts d’une main d’un grave accidenté. On fait comme ça ?

Moi aussi, c’est la tête que je tirerais si je sortais du sacré bordel qu’était Justice League
pour finalement me retrouver dans le sacré bordel qu’est ce film …

Ce qui fonctionne

Au niveau de la forme, je n’ai quasiment que des points positifs à signaler. Les costumes sont de qualité, ainsi que les décors. La volonté d’amener le monde magique dans une époque passée (ici, en 1927) marche et on y croit.
On ajoute à tout ça des effets spéciaux de qualité et des thèmes musicaux qui continuent de faire leur effet et on obtient globalement un bel emballage.

Je peux aussi signaler que j’aime beaucoup le personnage de Norbert. Nous voyons très clairement qu’il a de gros soucis pour communiquer mais ne passe jamais pour un débile, seulement excentrique. Eddie Redmayne est clairement l’acteur qui fournit la meilleure performance dans les deux opus.
Jude Law est cool, mais parce que c’est Jude Law. Et le voir en Dumbledore fonctionne. Johnny Depp, je reconnais ma subjectivité sur son sujet mais je suis tout simplement lassé de lui et de ses performances.

Quand je pense qu’on avait Colin Farrell dans l’opus précédent…

Je vous avais prévenu : pour les points positifs, c’est court. Maintenant entrons dans le vif du problème de ce film. A vrai dire, il y a plein de problèmes avec ce film. Mais disons qu’il y en a un majeur duquel découle quasiment tous les autres.

Ce qui ne fonctionne pas

Les Crimes de Grindelwald n’a pas été écrit comme un film, mais comme un chapitre de forum de fan fiction. Ce que je trouve dramatique quand on sait que c’est J.K. Rowling elle-même qui a écrit ce film. Mais auteure et scénariste sont deux métiers très différents, et ce film montre pourquoi.

Le film n’a pas une seule histoire mais plusieurs sous-intrigues qui s’entrecroisent pendant 2 heures avant de se voir réunir à la fin dans un dernier tiers assez navrant en terme de maladresse d’écriture. Pour ne pas vous spoiler le tout, nous avons une scène dans un caveau qui entame la dernière partie du film qui est presque une parodie tant c’est aberrant. L’histoire n’a jamais avancée pendant les deux premières heures et une fois dans ce caveau, nous avons les personnages qui nous expliquent le film. Il n’y a pas d’autres façons de le dire, car ce n’est pas une vraie « conversation » qui fait naturel, c’est réellement une longue pause dans le film pour expliquer au public toute l’histoire, nous donner le plein de révélations et le passé de plusieurs personnages dans un gros bloc qui vient achever l’intérêt du spectateur.

Oupsie, désolé les gens ! Mais promis je ferais mieux pour Les Animaux Fantastiques 3, Les Animaux Fantastiques 4 et Les Animaux Fantastiques 5. Vous viendrez quand même payer votre place de cinéma hein ? Hein ?

Le fait de nous balancer tout ça d’un seul bloc est tellement néfaste pour le film et ce pour plusieurs points :

  • Le film devient ennuyeux car les 2 premiers tiers ne font pas vraiment avancer l’histoire.
  • Plusieurs sous-intrigues n’ont absolument aucun intérêt, tout comme les personnages concernés. Faire revenir le couple Jacob / Queenie ? Vu ce que ça amène dans le film, on pouvait réellement se passer de toute leur intrigue facilement.

On se retrouve donc avec en guise de final un énorme pavé de dialogues pour essayer de relier le tout de manière maladroite, mais c’est beaucoup trop tard car l’investissement émotionnel n’est plus là depuis un moment.

J’aimerais me soucier de l’arc du personnage de Leta, j’aimerais me soucier du frère de Norbert, j’aimerais me soucier de Queenie et de sa situation, j’aimerais me soucier de Dumbledore et de son duel à distance avec Grindelwald. Mais c’est impossible car on ne se fixe sur aucun d’entre eux, on a tellement de sous-intrigues que finalement aucun personnage ne se développe vraiment, ce qui amène des rebondissements sur la fin dont on se fout un peu.

L’arc de Leta Lestrange ou l’un des plus beaux « tout ça pour ça ? » de l’année.

On ajoute à tout ça de trop nombreuses références à Harry Potter qui sont là pour répondre à des questions que personne ne se pose. Qui avait réellement envie de connaître le passé du serpent de Voldemort ? Qui avait envie de voir la pierre philosophale comme si ça n’était rien ?

Cela ne donne que deux impressions pour moi : Les Animaux Fantastiques ne peut pas se tenir toute seule en tant que saga, et l’univers de ces deux sagas n’est pas si grand que ça. Il faut trouver un équilibre entre un gentil clin d’oeil et J.K. Rowling qui vient te hurler dessus « HEY T’AS COMPRIS ?! C’EST DANS HARRY POTTER ! J’AI ÉCRIT HARRY POTTER TU SAIS ?! »

Je ne veux pas qu’on me raconte le passé de Harry Potter, je veux qu’on me raconte les aventures de Norbert Dragonneau. Mais avec Norbert qui ne fait qu’être témoin de l’action durant tout le film, difficile d’en avoir encore quelque chose à faire.

Les vrais crimes de Grindelwald

On sent clairement que tout ça est juste une piste de départ pour les nombreuses suites qui arrivent derrière, et c’est terrible car le film ne peut pas exister en tant que film en lui-même, c’est juste un post d’un forum de fictions écrites par des fans qui se termine par « à suivre au prochain post ».

Les trop nombreux clins d’oeil à Harry Potter rendent l’univers beaucoup plus petit ce qui est dramatique quand normalement un spin-off est là pour faire exactement l’inverse. On nous raconte de manière trop alambiquée et inintéressante des événements dont on a déjà entendu parler dans la saga principale. Les Animaux Fantastiques a déjà emprunté le même couloir que la trilogie du Hobbit, et savoir qu’on a encore 3 autres films qui arrivent derrière est déprimant. Il va falloir un sacré rattrapage et une vraie concentration sur ce qui importe dans l’écriture car ça commence à sentir le crash industriel.

3 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation


Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Greil

8 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.