James Bond : SPECTRE

Un James Bond en salles, c’est toujours un événement attendu par les cinéphiles pour l’une des sagas les plus cultes du cinéma. Daniel Craig remet le costume de l’agent 007 pour la 4eme fois et pour une deuxième collaboration consécutive avec Sam Mendes après le succès critique et public que fut « Skyfall ».

En pleine guerre interne dans les services secrets britanniques, Bond doit une nouvelle fois donner de sa personne afin de lutter face à un nouvel ennemi : Spectre, une organisation mondiale du crime.

SPECTRE-Affiche-USA-FinalLES MORTS SONT VIVANTS

« Spectre » et Sam Mendes ne veulent pas passer par 4 chemins avec le personnage de James Bond, pour cela le film commence par un plan séquence enchaîné avec une grosse scène d’action en plein cœur de Mexico avec un Bond bien décidé à se faire justice lui-même après les blessures physiques mais surtout mentales vécues dans « Skyfall ». Comme souvent avec cette saga, le générique d’intro du film en dit long sur l’esprit de celui-ci, pour ce dernier opus on nous fait comprendre clairement que « Spectre » va nous renvoyer aux histoires passées : de la mort de M, aux grands méchants Tiago Rodriguez, Dominic Greene ou encore Le Chiffre et sans oublier l’amour de James ( Vesper)… Une fois le contexte posé, que vaut ce 24eme James Bond ?

Et bien, difficile pour « Spectre » de passer après « Skyfall », qui en plus d’être un James Bond, était le film qui exploitait énormément le passif et la psychologie de notre agent secret. On se retrouve face à un James Bond assez classique dans la construction, enchaînant scènes d’actions et longs dialogues permettant ainsi de développer tout un contexte et une sorte de conclusion de la période « Daniel Craig ». L’humour est plutôt efficace, jamais lourd et ajoute du panache à une franchise cinéma qui pourrait facilement tomber dans l’austérité et la poussière. En effet, l’ami James va devoir affronter le boss des boss, le patron de l’organisation « Spectre » : Franz Oberhauser. C’est le charismatique Christopher Waltz qui a été choisi pour interpréter LE méchant de cet opus, un Christopher Waltz qui fait du Christopher Waltz cabotinant un maximum avec ce type de rôle qu’on aime (trop) lui confier. Mais soyons honnêtes, un James Bond sans James Bond Gilrs, ce n’est pas un film de l’agent 007 !!

3603400.jpg-r_x_600-f_jpg-q_x-xxyxx

JAMES BOND : de la MILF à la TEEN

Pour compléter le casting de ce long métrage et pour étoffer le duel Bond/ Oberhauser, on retrouve les inévitables M (rôle maintenu tenu par Ralph Fiennes) et Q (Ben Whishaw) mais aussi deux nouvelles conquêtes pour notre britannique aux allures de  vieux beau : Monica Bellucci et Léa Seydoux. Une Monica Belluci très peu présente mais extrêmement sexualisée et une Léa Seydoux et sa sensualité mise en scène avec la manière malgré un jeu d’actrice que je déplore toujours autant. Mais malgré leurs courbes et leurs robes de luxe, c’est David Bautista qui se révèle dans « Spectre » !! Quel pied ce personnage de Mr Hinx, brute épaisse aux services d’Oberhauser qui nous permet d’avoir des combats et poursuites de qualité face à notre héros.

Parlons un peu technique quand même, c’est sobre, soigné, extrêmement travaillé même si je regrette une photographie générale un peu terne malgré une variété de lieux allant de Tanger à Mexico en passant par l’Autriche. Sam Mendes sait iconiser son héros mais aussi les symboles comme tout le folklore autour de l’agence Spectre. Si je devais vraiment reprocher quelque chose à ce film, c’est au niveau de sa bande originale. Les compositions sont de qualité comme souvent avec notamment le super morceau de Sam Smith qui fait l’ouverture du film, mais le niveau sonore général était bien trop élevé pour les apprécier pleinement. Pire encore, certains dialogues étaient complètement couverts par les symphonies composées par Thomas Newman, dommage car ce sont de belles compositions…

XVM0f89183c-41b3-11e5-8f37-cb95dff7ae98

A voir ? Un excellent aboutissement pour le James Bond incarné par Daniel Craig avec un Sam Mendes très appliqué dans ce nouvel opus sur l’amateur de Vodka Martini.

le-spectre-james-bond-affiche

6.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Anthony

Grand consommateur de films, mais attention : j'aime la qualité!!! SF, fantastique, action, réflexion, comédie, français, étranger, drame, biopic, etc, etc, ... du moment que c'est fait avec le cœur et non avec les pieds!!!

79 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.