Les Gardiens de la Galaxie, Vol 2

«Ooga-chaka Ooga Ooga / Ooga-chaka Ooga Ooga», l’intro du morceau «Hooked On A Feeling» du groupe rock suédois «Blue Swede», le tube de l’été 2014 pour les geeks et les cinéphiles de Terre et de la Galaxie. L’été rime souvent avec amour de vacances, et je dois bien avouer avoir succombé aux charmes de Star Lord, Gamora, Drax le Destructeur, Rocket et encore et surtout Groot dans un volume 1 des Gardiens de la galaxie, aussi drôle que coloré. La surprise en matière de blockbuster et le vent de fraîcheur de l’écurie Marvel au milieu de la phase 2 du gargantuesque MCU.

Un space opera survitaminé et chantant, voilà la promesse des «Gardiens de La Galaxie», promesse tenue avec succès par un James Gunn à la tête de sa première grosse production cinématographique, à travers des personnages aussi inconnus que lui du grand public. 3 ans plus tard, l’ami James remet le couvert intergalactique avec la suite des Gardiens, «Les Gardiens de la Galaxie vol2»!!!

Dans ce volume 2, nos Gardiens vont devoir affronter «les souverains», une peuplade dorée et susceptible, des batailles spatiales, le retour d’un père trop mystérieux pour être sincère, une rivalité familiale, un groupe séparé, une horde de pirates de l’espace enragés et des destructions en tout genre!!!

FATHER«S» AND SON

Après la constitution hasardeuse d’un groupe constitué de bras cassés, les Gardiens arpentent la galaxie pour offrir leurs services aux plus offrants. L’une de leurs missions les amène à affronter une immense créature tentaculaire sur la planète des «Souverains», un peuple assez bling-bling et très à cheval sur le respect de l’hospitalité… Une scène d’action largement teasée dans les différents trailers de ce deuxième volet des Gardiens, immédiatement désamorcée par un clip musical et dansant d’un Baby Groot toujours mignon et vecteur de rires. Le ton est donné, l’humour est toujours présent, l’action se veut rythmée et les Gardiens sont toujours aussi garnements qu’il y a 3 ans.

les gardiens de la galaxie, vol 2

Bien sûr, la dramaturgie guette toujours le rire et la légèreté lorsqu’un morceau du passé de Star Lord va soudainement resurgir pour se mettre sur la route de nos héros. Le retour d’un père toujours manquant, attendu et surtout fantasmé par Peter Quill. Une figure paternelle qui va au-delà des fantasmes d’un enfant arraché à sa mère, son enfance et surtout à la Terre 30 ans plus tôt. Un dieu au sens propre et figuré pour les yeux encore brillants d’un fils séduit par l’opulence et le charme naturel de cette surprise que le destin a étrangement placé sur sa route.

Pour Peter, c’est Papa, pour les autres personnages c’est Ego, une entité cosmique, une planète à lui tout seul, une conscience, un truc hyper perché quand j’y repense… Et pour le public de trentenaires comme moi, c’est Kurt Russel, le fantasme du héros des années 80. Le papa des enfants ayant connu les bornes d’arcades, le cinéma de Carpenter et des buddy movie à la «Tango et Cash» (référence pas placée au hasard, un indice s’est caché dans cette critique…).

les gardiens de la galaxie, vol 2

Vous l’avez compris, la suite des Gardiens de la Galaxie surfe sur les grosses qualités du premier volume : la nostalgie assumée à travers un héros bloqué dans une certaine époque (un peu comme le cinéma blockbusteriens actuel d’ailleurs), un humour potache, des personnages aussi singuliers que déjantés, une BO rétro et la possibilité infinie d’aventures que propose l’immensité de l’univers.

Cette suite a aussi pour ambition de parler de la famille, pas la famille vulgairement développée dans la saga des Fast and Furious, mais la famille qu’on se constitue à travers les années, les embûches et les opportunités. James Gunn met légèrement de côté le «lol» pour ajouter un peu de développement dramatique à ses personnages. L’envie est là, mais l’équilibre l’est moins entre un «Je s’appelle Groot» et une vanne d’un Drax hilare de ses propres punchlines… Mine de rien, le capital sympathie reste intact et certains personnages secondaires arriveront à vous humidifier les yeux, ce qui se fait assez rare dans des films d’un MCU produits à la chaîne. Finalement, l’humanité transpire dans ce Gardiens vol 2, et cela est à mettre au crédit d’un James Gunn, papa d’un univers aux milles possibilités…

LE GARDIEN DE LA GALAXIE

James Gunn, réalisateur américain de petits films de genre, qui gère désormais un budget colossal pour une suite d’un des plus grand succès financiers et critiques du MCU. Pas mal pour un gamin du Missouri!!! Un réalisateur toujours aussi complice de son public, qui a réussi à mettre les Gardiens au centre des productions superhéroiques attendues par de nombreuses personnes.

La recette est pourtant aussi lisible qu’efficace : un héros cool, une guerrière badasse, un colosse très premier degré, un raton laveur qui maîtrise plus le cynisme que le clignement d’œil et surtout un petit être mignon au potentiel merchandising aussi vaste qu’une galaxie. Sans oublier, un univers aux multiples possibilités, et dans ce volume 2, la volonté de diversifié le bestiaire, les peuples et d’aller lorgner sur du Flash Gordon, Albator pour la piraterie, le tout dans un kaléidoscope de couleurs, de kitch et de pulp. Là aussi, on va nous chercher dans la nostalgie, une nostalgie travaillée, justifiée et faite avec respect et la volonté d’amuser le public.

les gardiens de la galaxie, vol 2

Gunn, lui aussi, s’amuse à travers des idées de plans très attractifs, bien construits, véritable feu d’artifice visuel parfois facile, mais toujours jouissif. Il distille quelques caméos qui caressent le spectateur dans le sens du geek. Et surtout, on a droit à un vrai final qui prend le temps de développer du danger et de l’action. Ça nous change des blockbusters actuels qui passent souvent les ¾ du temps à essayer de développer un univers pour finalement négliger un dernier acte à la «va-vite».

les gardiens de la galaxie, vol 2

Bonne écriture de personnages, des qualités confirmées, de l’action, de la nostalgie, mais les Gardiens avaient aussi marqué le public avec une soundtrack aussi rétro que surprenante, une compilation de tubes du grenier, parfois obscurs, mais avaient donné beaucoup de charme à la rencontre de nos héros. A ce niveau là aussi, on ne change pas une équipe qui gagne, retour des tubes à papa, choix plus évidents, plus maîtrisés par un public plus jeune. Un poil décevant, mais la formule marche là aussi à merveille. Une mix tape de Peter qui nous ferait presque oublier les excellentes compositions de Tyler Bates, notamment un thème récurrent qui refait régulièrement surface tout au long de ce long métrage et qui ferait presque de l’ombre au mythique thème des Avengers!!

les gardiens de la galaxie, vol 2

A voir? Une excellente suite pleine de rires, d’aventures et qui renforce les liens sincères de nos drôles de héros!!! Vivement la prochaine aventure des Gardiens de la Galaxie !!!

7 Note GeeKroniques
8 Visiteurs (1 vote)
On a aimé
  • Une suite réussie, qui confirme ses grandes qualités.
  • Un James Gunn qui s'amuse, cherche à nous émouvoir.
  • Coloré, pop, rythmé et des personnages toujours aussi attachants!!!
On a pas aimé
  • La surprise et la découverte n'est forcement plus là...
  • Des effets dramatiques régulièrement désamorcés par l'humour et la recherche du cool.
  • Une BO moins efficace, presque facile...
Ce que vous en dites Laissez votre évaluation
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre évaluation

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Anthony

Grand consommateur de films, mais attention : j'aime la qualité!!! SF, fantastique, action, réflexion, comédie, français, étranger, drame, biopic, etc, etc, ... du moment que c'est fait avec le cœur et non avec les pieds!!!

78 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *