Bilbo le hobbit, part one

Si vous suivez Geekroniques, vous savez mon étonnement à ce que l’adaptation de Bilbo le hobbit soit une trilogie vu la taille du livre qui fait à peine 400 pages (voir mon article à ce propos). Je n’ai pas été le seul à faire cette critique, mais Peter Jackson se dit envers et contre tous fan de Tolkien et qu’à ce titre il ne peut pas trahir l’œuvre originale. Mouais, pas tout à fait convaincu de la bonne foi du garçon sur ce coup-là! Et ce n’est pas les affiches promotionnelles du film avec par exemple Galadriel (qui je le rappelle n’apparaît à aucun moment dans le livre) qui vont contredire mon impression! Bref, il est temps de me confronter au film pour me faire mon opinion!

Premier constat, ce premier film est long (2h50), mais on ne s’ennuie pas un instant, tant et si bien qu’au générique de fin, on se dit « déjà?? ». On s’arrête juste après le sauvetage de la petite troupe par le roi des aigles ! Soit à peu près le tiers du livre. Mission accomplie donc pour le spectateur qui y trouve son compte. Maintenant, il est temps de mettre à profit ma récente relecture du Hobbit pour comparer le livre et ce premier volet de la trilogie.. Par contre, un truc qui m’a bien ennervé, c’est le fait que dans le doublage, on ait gardé le nom original de « Bilbon », alors qu’en VF, c’est bilbo partout (livre, affiches, ..). Bref une sacrée boulette de la part des traducteurs que je trouve absolument regrettable pour un film de cette envergure… C’est dit!

La joyeuse troupe

seigneur des Hobbits?

Le film commence par un court interlude sur l’histoire des Nains et de leur cité Erebor, attaquée et détruite par le terrible Smaug, le dragon cracheur de flammes. Pas présent dans le livre, mais permet de resituer un peu le contexte et de mieux comprendre  rapidement la raison de la quête des nains, donc pas de soucis avec ce premier ajout. S’ensuit encore un ajout, une conversation entre le bilbo « agé » (Ian Holm) vu dans la trilogie et le jeune Frodon (Elijah Wood, l’ami des chiens). Absolument dispensable car cela n’apporte pas grand chose. Mais c’est la première pierre à la systématisation employée par Peter Jackson pour relier cette trilogie à celle du seigneur des anneaux. Quitte à parfois rajouter des scènes inutiles comme celle-ci ou comme la scène avec les géants de pierre qui s’affrontent juste avant leur arrivée chez les gobelins (ou si il y a un intérêt, il m’échappe). D’ou mon titre « Le Seigneur des Hobbits »!

Pour autant, l’arrivée de la petite troupe de Nains dans le trou de Bilbo, suite à sa discussion avec Gandalf (Ian McKellen) est fidèle, j’ai même apprécié la petite chansonnette poussée par les nains bien dans l’esprit du livre. Une fois tout le monde en route, la première épreuve sera la rencontre avec les trolls ou Bilbo commencera à révéler son utilité (même si tous n’en sont pas persuadés encore). Nouvelle petite entorse, les poneys sont perdus à cette étape dans le film alors que dans le livre, c’est lors de la rencontre avec les gobelins qu’ils sont perdus!

Les trolls
Radagast le brun

Nouvel ajout à ce niveau, on voit entrer en scène les orques alors qu’ils ne figurent pas dans le livre. Une nouvelle fois, c’est un effort de lier le film à la trilogie ou les orques sont les ennemis omniprésents. On y découvre tout particulièrement un chef orque à qui Thorin (Richard Armitage), le chef des nains à coupé un bras lors de la bataille de la Moria, et qui cherche à se venger. Cela nous vaudra également une bataille inédite (et pour cause) entre Thorin et l’orque au moment de leur fuite de la grotte des gobelins. Autre ajout, le fantasque magicien Radagast le brun (Sylvester McCoy), qui rencontre les araignées géantes et affronte un Nazgul ramené à la vie par un nécromancien (qui n’est autre que Sauron) à Dol Guldur. Le sorcier est complétement barré et nous offre une course poursuite avec les wargs à bord de son traineau tiré par des lapins (si, si, je vous le jure!). Cela n’apporte en soi pas grand chose, si ce n’est préparer le terrain pour la suite (la petite troupe va se retrouver face aux araignées) et préciser la menace à venir qu’est Sauron.

Bref, reprenons le fil de l’histoire, lorsque notre troupe atteint (mi-contrainte par Gandalf), Fondcombe, la ville ou réside l’elfe Elrond (Hugo Weaving). Le film met bien plus l’accent sur les relations elfes / nains et nous explique même pourquoi Thorin ne porte pas les elfes dans son cœur. Le livre reste bien plus évasif à ce sujet, on sent simplement les nains peut enclins à fréquenter les elfes. Mais là ou le film en fait des tonnes pour une nouvelle fois « recoller » au seigneur des anneaux, c’est la rencontre au sommet entre Saroumane (Christopher Lee), Galadriel (Cate Blanchett), Elrond et Gandalf. La rencontre est effectivement intéressante si on met les choses en perspectives! Gandalf qui prévient d’un danger sous-jacent, Saroumane (et pour cause) qui minimise, voila les prémices du retour de Sauron. Mais bien loin du livre encore une fois!

Fondcombe

Partis en catimini de Fondcombe, les 14 aventuriers finissent par tomber aux mains des Gobelins. Bilbo, qui a réussit à se mettre à l’écart va rencontre Gollum, surement la rencontre de sa vie. Alors que dans le livre il trouve par hasard l’anneau en rampant dans le noir, dans le film on le voit tomber des affaires de Gollum lorsqu’il récupère un cadavre de Gobelin à proximité de Bilbo. Ce qui est somme toute plus cohérent ainsi. Chacun réussit à s’enfuir par ses propres moyens, même si encore un fois, dans le détail, on s’éloigne du livre. L’évasion de Bilbo suit pratiquement celle du livre (hormis le fait qu’il perd ses boutons de gilet non pas en passant la porte de la caverne qui se renferme, mais en fuyant Gollum), par contre, pour ce qui est des nains, Peter Jackson en fait un peut trop en nous faisant une évasion avec moult rebondissements et une glissade de plateforme dans le plus pur esprit Indiana Jones! Pas très grave, mais symptomatique encore une fois…

Dernière scène du film, la troupe reformée fuit les wargs montés par les gobelins (et les orques) et est contrainte de se réfugier sur les arbres. Ils seront sauvés par les Aigles (grâce à un message envoyé par Gandalf). Mais contrairement au livre, pas de discussions avec le roi des aigles (pour économiser le coût des effets spéciaux?)..

Un warg monté par un gobelin

Ce ne sont là que les principaux changements que j’ai pu constater, il y en a quantité d’autres (comme le fait que ce soit Gandalf qui trouve les épées dans la grotte des trolls par exemple) mais qui ne sont pas forcément significatifs.

A suivre dans le prochain film : la rencontre avec Beorn, l’homme ours..

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!
width=

Article écrit par Mat

Mat, créateur et admin du site GeeKroniques. Grand fan de séries et de culture Japonaise, je vous parle de mes coups de coeurs et parfois de mes coups de gueule! Retrouvez également mes tutos informatiques sur mon autre site.

1272 articles

11 réflexions sur « Bilbo le hobbit, part one »

  1. Aaaah! J’attendais ton avis avec impatience! Même si tu as aimé, tu sais rester mesuré, ce qui est loin d’être mon cas! ^^
    Même si j’ai lu Le Hobbit il y a longtemps, je ne trouve pas qu’il ait été « charcuté ». Il est clair que Peter l’a fait avec en tête Le Seigneur des Anneaux, et le côté « préquelle » ne me gêne pas. J’avoue que j’étais à l’affût justement des signes avants-coureurs du SDA et qu’à terme, mon plaisir ultime sera de me regarder tous les films d’un coup! Après je comprends (un peu) les déçus. Mais bon, on ne peut pas plaire à tout le monde! Je suis plus qu’impatiente de voir La désolation de Smaug, par contre, aucune chance que je sois objective! Bilbo m’a dans sa poche, ainsi que Thorin (sublime Richard Armitage!) et je serai tellement contente de les retrouver que je suis emballée d’avance! Mais pas grave, je viendrai faire un tour par ici… 😉

    1. Salut Stéphanie,

      🙂
      Bon, je ne vais pas redire ce que j’ai déjà longuement dit dans l’article.. Mais je vois que ton coté « Fan-Girl » a complétement pris le dessus! Il va falloir patienter un peu pour le N°2. J’espère que l’on verra un peu plus Smaug qui n’a été que « suggéré » dans ce premier épisode, mais cela a permis de renforcer son coté je passe juste en coup de vent pour tout détruire!
      On s’en reparle dans un an, mais tu peux repasser ici avant hein!!

  2. Moi aussi j’attendais la critique ! N’ayant pas lu le livre (mais seulement les BD… honte à moi :P) je n’ai donc pas pu faire une comparaison globale avec le film, mais certains détails m’ont quand même mis la puce à l’oreille…
    Par exemple, il faut m’expliquer comment d’une plaine désertique, la troupe arrive à se retrouver à Fondcombe juste en passant dans une crevasse… J’ai trouvé que Saroumane et Elrond manquaient de charisme lors de la réunion avec Galadrielle et Gandalf et certaines scènes me laissent un bilan assez mitigé, comme la rencontre des nains et de Bilbo (deux chansons en moins de 10 minutes…). N’allant pas jusqu’à dire que j’ai été déçue, j’ai une espèce de petite voix dans ma tête qui me souffle qu’il y a un truc qui cloche quelque part, et je pense que c’est la différence de sérieux entre le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit qui en est la cause…

    1. Salut Hana!

      Pour fondcombe, c’est un lieu « caché » qui n’est pas accessible pour ceux qui ne connaissent pas le chemin, donc pour moi, rien d’illogique.
      La rencontre entre les nains et BilBo est certainement la partie la plus fidèle au livre! Les chansons sont même présentes dans le livre. Il faut les écouter en VO pour les apprécier (surtout la deuxième a capella qui est magnifique en VO et qui perd un peu de son charme en VF).
      Que tu aies constaté une différence entre le hobbit et le SDA, c’est normal! elle est encore plus marquée dans les livres! Car le ton du hobbit est léger (comme je le disais, écrit pour des enfants), sans le background complexe et noir du SDA. Mais cette différence est en partie gommée par la ré-écriture par Peter Jackson..
      Voila..

  3. Oui j’avais vu le trailer avec la chanson a capella, magnifique =)
    Je suis une critique un peu sévère de temps en temps, il faudrait peut être que je le revoie… Le film reste très bon, et j’ai hate de voir ce que les deux opus suivants vont donner ^^

  4. J’y allais ni à reculons ni avec impatience mais je me suis tellement amusée que je prends le 2 dès qu’il arrive ! C’est dur d’être objective quand on est coincée entre d’un côté les fans aveugles « nonnnnn il est magnifiques » qui refusent de voir combien les scènes rajoutées sont mal intégrées (celles avec Radagast par exemple sont beaucoup trop longues, du coup ça tranche trop radicalement quand on revient sur la compagnie) et les détraqueurs de mauvaises foi « Le SDA c’était mieux » qui sont allés jusqu’à refusé de faire une petite recherche google pour voir qu’on adaptait un conte pour enfants…

    Bref, les paysages sont toujours somptueux, les acteurs très bons, l’ambiance légère et aventureuse retransmise tout en gardant le côté sombre et tragique de Thorïn, la BO magnifique, je regrette juste, non pas qu’il y ait des scènes rajoutées, je les trouve sympathiques et/ou importantes (l’apparition de Thranduil en amont pour expliquer pourquoi tant d’animosité), bref je regrette que les transitions ne soient pas plus travaillés… Quitte à nous faire deux longues expositions sur Radagast, pourquoi ne pas avoir développé ces scènes à part, sans nous expliquer qui il était puis l’avoir fait croisé Gandalf ensuite ?

    Mais je pinaille, juste pour essayer de rester objective^^ Super divertissement, la HFR est très déstabilisante mais incroyable, la Vo se mérite, c’est ce que j’appelle un film de cinéma 🙂

    Agreeeeeed quoi 😀

    1. Salut LL,

      Décidément que de filles fan de Tolkien, ça fait plaisir!! Pour Radagast, je suis bien d’accord, c’est justement pas raccord avec le reste! A moins qu’on le revoie plus tard.. On est d’accord que tout n’est pas parfait, mais ça a de la gueule quand même!!
      Je me le ferais en VO à sa sortie en vidéo je pense, mais je pouvais pas infliger 3 heures de film en Vo STFR à mon fils de 9 ans!!

      1. Bonsoir a toutes et tous. Je sors tout juste d’une scéance VO en 48images/s.
        Pour ma part j’ai vraiment apprécié le résultat. J’ai réussi à retrouver une ambiance, une alerte, que j’avais perdu, hélas, depuis LSDA. Bien sur il y a forcement des choses à polémiquer. Parfois, j’avais l’impression de voir un making-of. Les décors se voyant un peu trop comme de simples décors. Les modifications aussi.
        J’y suis allé avec un ami qui m’a posé une question e je ne su quoi lui dire. Ne trouvons nous pas que les aigles sont « abusés » et pourquoi ne les emmènent-ils pas directement en Erebor? Il est vrai que des que besoins les aigles viennent, une sorte de pouvoir illimité alors pourquoi ne pas s’en servir ? Enfin bref j’ai apprécier la bande son, les costumes, les paysages choisis, l’ajout de Azog… Je reste sur ma faim et ne peux que attendre de la suite avec impatience

        1. Salut totolepasbo,

          Merci pour le commentaire! Pour ce qui est des aigles, cela reste assez fidèle au livre. Et puis si les aigles emmènent la petite troupe directement en Erebor, c’est pas drôle ! Les aigles ne souhaitent pas s’impliquer, ils sauvent le hobbit et ses compagnons parce que les gobelins sont leurs ennemis..
          Et sinon, tu as pensé quoi du format 48 images/s?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.