Your Lie in April

Suite au décès de sa mère, le jeune prodige du piano Arima Kosei a subi une dépression nerveuse. Depuis ce moment, il n’est plus capable de jouer du piano. Deux ans plus tard, il ne peut toujours pas jouer du piano et il s’est donc résolu à mener une vie normale en compagnie de ses amis Tsubaki et Watari. Le cours de sa vie va néanmoins changer le jour de sa rencontre avec Miyazono Kaori, une pétillante et jolie violoniste. Avec son aide, Kosei va tenter de faire son retour dans le monde de la musique…

Adapté du manga éponyme, c’est un animé qui commence de manière classique mais agréable avec un héros qui rencontre une fille qui va bousculer sa vie. Néanmoins ce début conventionnel va être contrebalancer par la musique qui a un rôle centrale dans l’histoire. La première moitié de l’œuvre permet donc de suivre le cheminement sentimental du héros de sa première histoire d’amour à sa guérison de blessures d’enfance. Le tout est traité avec délicatesse et un humour souvent tordant. La série déjà magnifique prend son envol dans sa deuxième partie avec une évolution scénaristique qui évite tous les défauts habituels tel que le fameux triangle amoureux niais.

kaori-and-kousei1

Kosei est un héros sensible, drôle, naturellement gentil, et sincèrement attachant. Kaori est attachante, dynamique, drôle, mais sait être touchante, bref elle est vraiment un personnage qui vous marquera. Même les deux amis d’enfance ne sont pas ennuyeux et ont leur rôle pour développer l’histoire, on s’accroche vraiment à cette bande d’amis.

Soutenu par Kaori, Kosei va devoir surmonter son traumatisme et le fantôme de sa mère qui l’empêche de jouer. En effet, Shigatsu wa kimi no uso aborde par le prisme de la relation entre Kosei et sa mère, le rapport parent/enfant dans le cadre d’une pratique à haut niveau. La mère de Kosei, malade, pousse son fils à l’excellence, se projetant en lui et voulant lui éviter ses propres échecs. De fait, ce qui devait être une passion devient un enfer pour le garçon. Sans pour autant porter de jugement sur la chose, la série met en lumière une situation bien existante et universelle.

Au niveau du travail du studio, c’est du bon boulot, l’animation est de qualité et le jeux des couleurs et des lumières est très beau, il y a aussi des effets un peu aquarelle qui sont vraiment splendide. Quand à la musique, et bien vu le thème ça n’étonne personne si je dis qu’elle est de qualité ! Lorsque l’on est face aux scènes de récitals pendant lesquelles Kosei et Kaori jouent, la mise en scène fait écho au jeu des héros et nous traduit visuellement et avec intensité leurs prestations. Que ce soit les envolées au violon de Kaori ou l’incapacité de Kosei à entendre son piano ; tous ces éléments se retrouvent mis en reliefs par la mise en scène et découpage qui colle toujours, étant, tantôt dynamique ou tantôt très calme.

Certes, on est en présence d’une ode à l’amitié, à l’amour et également à la musique. Mais le véritable choc est celui du final. Tandis que de nombreux animes dans le même genre se finissent sur un happy end assez forcé, irréaliste, voire même absurde, Shigatsu ne montre que la froide et placide réalité.

C’est un animé très beau, qui ne manquera pas de toucher votre corde sensible, bien différent des autres shônen qu’on peut trouver et qui mérite le coup d’œil.

8.5 Note GeeKroniques
0 Visiteurs (0 votes)
Vos avis Laissez votre avis
Trier par :

Soyez le premier à laisser une critique!

User Avatar
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Plus
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre avis

Envie de réagir? Dans ce cas, n’hésitez pas à le faire via les commentaires ci-dessous!
L’article vous à plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux via les boutons juste au dessus. Si vous avez rédigé une critique, n’hésitez pas à laisser un lien vers votre article.
Si vous voulez être informé des prochaines critiques, abonnez-vous au flux RSS ou à la newsletter. Une application Android est également disponible!

Article écrit par Skyriel

Touche à tout, je suis toujours prête à faire de nouvelles découvertes puis à les partager. Je suis une grande fan de la culture japonaise, en particulier les mangas, les animés et les jeux vidéos. Mais je suis également une passionnée de littérature, de musique et de cinéma. Je n’ai pas la langue dans ma poche, alors si quelque chose ne me plait pas, ça se saura ! Amicalement, bien sur.
PS: Pikachu dominera le monde.

4 articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *